A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

14 septembre 2020

Vacances J8 (1) : en Grésivaudan avec Thomas Finot

j0801

Nous sommes à Bernin, une quinzaine de kilomètres au nord-est de Grenoble,  en plein dans la "silcone valley française" : il y a en effet dans le secteur une grande concentration d'entreprise d'informatique et de nano-technologies. En prenant la sortie d'autoroute, je me demande où il peut y avoir des vignes et un chai dans cette débauche de bâtiments modernes entourés d'immenses parkings. On débouche alors dans une petite, et là, un petit hangar qui ne paie pas de mine, avec divers outils viticoles déposés tout autour : me voilà au domaine Finot !

j0802

Ceux pour qui un domaine viticole, c'est une jolie maison entourée de vignes vont être déçus. Il n'y a ni l'une ni les autres. Cela s'explique par l'histoire du domaine. Fils de vignerons en Crozes-Hermitage, Thomas Finot s'est installé dans la région en 2007. Partant de rien, il a acheté, loué (ou défriché) des parcelles au fil du temps, distantes les unes des autres. Il en est aujourd'hui à 7 hectares. Cet entrepôt est son troisième local en 13 ans. Et bientôt, il devrait s'établir pour beaucoup pour plus longtemps dans l'ancienne cave coopérative de Bernin. 

bernin

Il aura beaucoup plus de place pour son cuvier et ses barriques, mais pourra aussi y loger toute sa petite famille. Étant donné l'économie florissante  du secteur, les prix des appartements n'ont pas grand chose à envier aux grandes métropoles. Cela pose d'ailleurs aussi un problème sur le prix des terres agricoles, certains rêvant de les vendre comme terrains à bâtir.

j0805

Mais retournons à notre hangar : soulignons tout de même qu'il est bien climatisé : on s'en rend surtout compte lorsqu'on met le nez dehors (38 °C ce jour-là). J'ai goûté les vins en cours d'élevage : si j'ai adoré le Persan, il a une sévère concurrente en la personne de l'Etraire de la Dhuy. Le seul souci, c'est qu'il y en a très très peu de disponible. Vivement que Thomas en replante trois hectares ! 

j0807

Voici ce qu'en dit son oenologue, poête à ses heures ;-)

j0806

Nous dégustons ensuite toute la production déjà mise en bouteille, régulièrement interrompus par des clients, qu'ils soient de passage ou locaux fidèles. C'était impressionnant, tous ces gens qui défilent un jour de semaine d'août.

j0803

Nous commençons par les blancs...

Tracteur blanc 2019 (80 % Jacquères, 10 % Chardonnay, 5 % Verdesse, 5 % Altesse) : nez expressif sur les fruits blancs rôtis au beurre. Bouche ronde et fraîche, aérienne,  tendue, avec un bel équilibre. Finale savoureuse. Ça démarre bien !

Chardonnay 2019 : nez sur la poire et le tilleul, avec une touche fumée. Bouche ample et élancée, toute en finesse, avec une juste tension. D'une grande digestibilité, à mille lieues du millésime précédent. 

Galopine 2019 (Viognier) : le nez est étonnamment discret. La bouche est fine, élégante, aérienne. Parfait pour ceux qui détestent le viognier d'ordinaire. 

Verdesse 2019 : nez expressif sur le coing et la mirabelle. La bouche est longiligne, tendue par une fine acidité traçante, tout en possédant une matière ronde et mûre. La finale est tonique, intense, avec de beaux amers et une fraîcheur ébouriffante. 

Altesse 2019 : nez mûr, complexe, envoûtant, sur les fruits blancs rôtis, le miel, les fruits secs... La bouche est très ample, enrobante, avec une texture à la fois moelleuse et aérienne, tout en ayant une belle tension. La finale est savoureuse et intense, sur le miel et les épices. Un vin superbe. 

Verdesse Vendange d'automne 2018 : le nez est encore plus confit tout en affichant de la fraîcheur. La bouche est tendue comme un arc, avec une acidité vive, traçante, et une matière concentrée, séveuse. La finale monte encore d'un cran dans l'intensité, et explose de fraîcheur. Magnifique !

Macération cugnète 2018 (vin orange de jacquère) 

1) ouverte depuis quelques jours : le nez est très complexe, sur les fruits jaunes rôtis et des notes résineuses et épicées. La bouche est ronde, ample, veloute, avec une matière charnue, moelleuse et gourmande. Un grand miam 

2) ouverte à l'instant : nez plus frais, sur l'abricot et une touche végétale. Bouche plus ample, plus douce et élégante, très charmeuse. Finale savoureuse, intense. Excellent !

j0840

On passe aux rouges... 

Tracteur rouge 2019 (30 % gamay, 30 % pinot noir, 10 % merlot) : le nez est fruité et très gourmand. La bouche est ronde et fraîche, avec une belle tension et une matière pulpeuse. Finale tonique jubilatoire. Addictif !

Cabernet-Sauvignon 2017 : nez sur un fruit frais, avec une touche de cèdre et de résine. La bouche est fine, très tendue – mais sans dureté ni raideur –  avec une matière très aérienne. Finale encore plus fraîche sur le cèdre et le menthol. Cette cuvée ne s'est jamais aussi bien bue. 

Persan Finot 2018 : nez très frais, profond, tout en affichant des notes de cerise confite. Bouche longiligne, étirée par une superbe acididité, avec une matière très fine. La finale fraîche et élégante confine au sublime. Scotché, j'étais, en buvant ce vin !

j0841

Après cet apéro grand format, nous sommes partis manger à la "cantine" de Thomas : le Garage à Montbonnot-Saint-Martin 

j0816

Cet ancien garage a été transformé en restaurant ...

j0810

.... par un jeune chef, Florian Campanale 

j0808

Toilettes ;-)

j0809

 

j0811

Crème aux champignons, oeuf parfait 

j0812

Veau de Galice maturé

j0813

Trois accompagnements :pureé de carottes, patates douces, salade de butternut

j0814

Ca donne ça dans l'assiette. C'était très bon !

j0815

Nostalgie...

j0817

j0818

Nous sommes allés voir ensuite difféfrentes parcelles de vignes. 

j0819

On oublie assez vite la civilisation située à deux pas.

j0821

 Tout au fond, le Mont-Blanc.... 

j0822

Merci pour ce moment, Thomas !

 



Commentaires sur Vacances J8 (1) : en Grésivaudan avec Thomas Finot

Nouveau commentaire