A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

01 mai 2018

Horizontale Castelpapale

DSCF7065

Lorsque Jean-Loup nous a annoncé le thème de la dégustation printanière, je ne peux pas dire que j'ai débordé de joie : Châteauneuf du Pape 2007 et 2009. Un programme qui feraient rêver certains, mais comme j'ai plutôt un "palais de fillette" (PDF dans le jargon milieu), j'appréhendais un peu de m'enquiller à la suite douze bouteilles d'une appellation réputée pour ses vins "généreux", on va dire, dans deux millésimes solaires qui plus. est... La suite va montrer que j'avais tort de m'inquiéter : la plupart des vins furent d'un haut niveau, et finalement plutôt digestes. 

À part le premier vin (blanc), les autres seront servis par paire. Il y aura toujours un point commun entre les deux, nous annonce Jean-Loup : soit ils proviennent du même domaine, soit ils sont du même millésime, soit les deux. Tout est bien sûr servi à l'aveugle, sinon, ce n'est pas drôle ;-)

Avant de démarrer la dégustation du jour, il nous est servi un premier vin amené par Vivien, totalement hors thème. 

La robe est dor&e. Le nez est intense, sur la poire confite, l'ananas, la truffe, avec une pointe pétrolée. La bouche est droite, pure, très fraîche, avec une matière mûre et caressante. La finale est intense, sur l'écorce d'agrume confit, avec une très légère douceur qui équilibre ces nobles amers. Très joli !

Avec quelques autres, je pars sur du Chenin. La truffe fait penser à l'année 1996. C'est en effet un Montlouis demi-sec 1996 de la Taille aux Loups (offerte par Jacky Blot à notre intention. Merci Jacky !)

 

 DSCF7039

Alors que Nicole nous amène le premier mini-plat du jour – de la lotte à la sauce "bisque"

Jean Loup nous sert  un vin blanc : 

DSCF7050

Blanc, c'est beaucoup dire : la robe est jaune paille intense. Le nez évoque les fruits jaunes, le miel, avec une touche grillée/épicée. La bouche est ample, généreuse, avec une matière charnue, moelleuse, certes bien mûre, mais pourvue d'un bel équilibre. La finale est longue et puissante, mêlant l'abricot confit à l'amertume du cédrat. On n'est clairement pas sur la finesse, mais on ne peut qu'admettre que c'est très joliment fait. Nous sommes plusieurs à supposer que c'est Beaucastel. Après, le millésime... 2009 ? Eh non, c'est Beaucastel 2007 (cuvée "normale" ).

DSCF7041

Terrine de canard et foies de volailles...

DSCF7051

... et la première paire de rouges. 

Le premier a une robe rubis sombre. Le nez évoque les fruits rouges (cerise, framboise), les épices. La bouche est ample, soyeuse, passant progressivement au velouté, avec une matière mûre, gourmande, bien équilibrée. La finale épicée, sur des fruits plus compotés, a un côté plus chaleureux, sudiste. Mais c'est tout de même bien bon !

Le second a une robe un peu plus dense. Le nez est plus frais, plus austère aussi, dans un style "brun ténébreux : fruits noirs frais, cendre, tubéreuse, léger menthol rafle... La bouche est plus ample et aérienne, plus tendue, avec une matière plus enrobante, plus charmeuse. Mais derrière ce charme, on sent une grosse matière qui sait se faire oublier. La finale est intense, avec une fine mâche réglissée/chocolatée. C'est très bon. 

Ces vins ont deux points communs : même domaine et même millésime, puisque ce sont Mont Olivet 2009 et Cuvée du Papet 2009.

DSCF7043

Brochettes de boeuf au poivron ... 

DSCF7053

... une deuxième paire de vins rouges

Le premier a une robe rubis. Le nez est très expressif, sur la fraise confite, la tapenade et le poivre. Dès ce moment, certains commencent à évoquer un vin de Reynaud. La bouche est longiligne, finement tendue, avec une matière mûre et veloutée, bien épicée. On peut pas dire que l'équilibre soit parfait : on sent que l'on monte des tours en alcool. La finale est généreuse, mêlant les fruits compotés aux épices.  avec toujours un côté chaleureux. Je ne suis pas trop fan, même si c'est très bien fait. 

Le second a une robe grenat. Le nez est plus discret, sur les fruits rouges frais,  et les épices douces. La bouche a une tension plus marquée, une fraîcheur éclatante,  et une matière pulpeuse, gourmande, assez déstabilisante pour un Châteauneuf. La finale dévoile une mâche friande, avec toujours cette fraîcheur bien présente, soulignée par des épices. J'aime beaucoup !

Le premier est bien un vin signé Emmanuel Reynaud : c'est Pignan 2009. Le second est un vin de Michel Chapoutier : Barbe Rac 2009 (vinifié et élevé en oeuf béton à partir de très vieilles vignes de Grenache sur galets roulés). J'aurais été tenté d'en acheter, mais à 134 € sur le site du producteur, je passe...

DSCF7044

Nicole nous sert de l'agneau tendre et rosé... 

DSCF7055

... tandis que son homme nous sert une troisième paire de rouges.

Le premier a une robe grenat sombre. Le nez est complexe, sur les fruits rouges et noirs, le cuir, les épices. La bouche est ronde, sensuelle, avec un très beau toucher de bouche velouté. L'équilibre est parfait, entre maturité et fraîcheur. Cela se conclut sur une belle finale, légèrement mâchue et épicée, toujours sur la fraîcheur. Joli !

Le second a une robe très proche. Le nez est plus discret, tout en dégageant plus de classe. La bouche est éclatante de fraîcheur, avec une fine acidité traçante et une matière dense et soyeuse. Et plus encore, un fruit incroyable. La finale est raccord, tout en fruit et en fraîcheur, prolongée par les épices. Superbe !

Même millésime ou même producteur ? Même producteur plutôt, car il y des similarités entre les deux vins.  Ce sont Beaucastel 2009 et Beaucastel 2007. Bravo à la famille Perrin !

DSCF7046

Dernière viande : daube de sanglier ...

DSCF7058

... et dernière paire de vins rouges.

Le premier a une robe rouge sombre. Le nez est fin, frais, sur les fruits rouges confits, le poivre et des notes animales. La bouche est ample, fraîche, fruitée, souple, avec un léger trait végétal (vendange entière). La finale est par contre astringente, un peu serrée, avec un poivre assez marqué (dès qu'on mange le sanglier, ça s'arrondit). Du coup, il est très bon. 

Le deuxième a un robe quasi identique. Le nez est encore plus frais, alliant les fruits confits et le menthol. La bouche est elle aussi plus fraîche,  plus tendue, mais la matière dense me semble peu harmonieuse (pas en place, quoi). La finale sur les fruits mûrs est encore plus serrée que le précedent. Clairement pas prêt, même s'il y a un joli potentiel.  Comme avec le premier, dès que l'on prend une bouchée de sanglier, ça glisse nettement mieux. Mais en dégustation pure, outch... 

Cette fois, nous penchons pour le même millésime. Par contre, difficile de trancher entre 2007 et 2009... Ce sont Pegau 2007 et Vieux Télégraphe 2007

DSCF7047

Le fromage (comté )...

DSCF7061

... et un dernier vin rouge. 

Sa robe est rubis sombre. Le nez évoque les fruits noirs,  le noyau et le tabac, avec une pointe alcooleuse. La bouche est ronde, ample, soyeuse, mais là encore, l'alcool se fait sentir et déséquilibre le vin. La finale est nette, intense, bien mûre ... mais chaude. Voilà le type de vin que je craignais en venant ce dimanche. Ouf, il n'y en a eu qu'un ;'-)

C'est un pirate : Vacqueyras Les Aubes 2007 de Santa Duc

DSCF7048

Des délicieux croustillants aux poires...

DSCF7062

... et une douceur !

La robe est entre l'or et le cuivre. Le nez est très expressif, sur des notes muscatées et florales (rose, oranger). La bouche est pure, éclatante de fraîcheur, avec une matière mûre, gourmande et digeste. L'équilibre est tip-top. La finale est intense, très aromatique, avec un sucre et un alcool discrets. Juste délicieux !

Pas vraiment de surprise sur l'appellation : c'est un Muscat Beaumes de Venise 2015 du domaine des Bernardins (le meilleur, forcément ;-) )

 

Merci à Nicole et Jean-Loup pour cette belle journée, gourmande et instructive !

 

 



Commentaires sur Horizontale Castelpapale

    Le vin de dessert ,pas pour moi car mon palais n'accepte pas tout ce qui est doux,'même les vendanges tardives
    J'ai constaté que le Châteauneuf du Pape ne plait pas à tout le monde car très fort ( pour ma part ,j'apprécie.
    Je retiens les maisons ........à midi j'ai bu un champagne d'Henriot qui me convenait. Le prochain,ce sera un Laurent Perrier
    Bien amicalement. Chris 06

    Posté par chris 06, 01 mai 2018 à 16:51 | | Répondre
Nouveau commentaire