A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

17 juin 2014

Être un homme libéré, c'est pas si facile

mails

Le 28 mai dernier, j'ai enfin pris la décision de ne plus recevoir de mails ni de coup de fil des agences de communication. J'en avais franchement marre de recevoir une cinquantaine de mails par jour, avec au minimum 95 % qui ne me concernait pas. Le plus souvent 100 %. Franchement, qu'est ce que j'en ai à faire de la nouvelle carte des desserts d'Angelina, de croisières de luxe sur des voiliers, d'hôtels à Dubaï ou aux Seychelles, de recettes au reblochon ou de la Maison de la Vache qui rit... Longtemps (trop longtemps !) j'ai continué à accepter cela, car je me disais que je pouvais y trouver de temps en temps une proposition intéressante. Mais finalement, le négatif l'a emporté sur le positif.

Le facteur déclencheur fut l'achat récent d'un smartphone. Avant, lorsque je ne les recevais que sur mon ordinateur fixe, je supprimais tous les communiqués de presse à la chaîne. En deux minutes, c'était réglé pour la journée. Maintenant, j'ai un signal à chaque fois que je reçois un mail. Forcément, je regarde si c'est important. Et neuf fois sur dix : "eh m..., encore un communiqué de presse". Non seulement ça finit par vous rendre dingue, mais ça vous oblige à augmenter votre forfait de consommation de données internet, car tout cela "pèse" au quotidien. Au bout de deux mois d'agressions quotidiennes, j'ai fini par craquer.

Arrêter cela est un long combat, car vous êtes fichés sur un nombre impressionnant de mailing list. A chaque message que vous recevez, vous devez cliquer sur le lien de désinscription si l"agence a eu la correction d'en mettre un (en fait une obligation, passons...). Sinon, vous devez répondre et demander à votre interlocuteur/trice de vous désinscrire. Si ce n'est qu'ils sont un peu bouchés : dans beaucoup de cas, il a fallu le demander une seconde fois, voire une troisième, avec un ton un peu moins sympa pour être sûr d'être bien compris. 

Presque trois semaines plus tard, je commence à en voir le bout : je peux rester maintenant plusieurs heures sans recevoir un seul communiqué de press, puisque je n'en reçois plus que 5 à 10 par jour. Au départ, il y a comme une sensation de vide, mais on s'y fait très vite, et on finit par rapidement apprécier cette nouvelle tranquillité.

Ami(e)s et confrères blogueurs(ses), je ne peux que vous inciter à faire de même, plutôt que de vous faire complice de tous ces marchands de soupe et de rêves !... 

 

 

 

 



Commentaires sur Être un homme libéré, c'est pas si facile

    BRAVO ! Nous sommes tous concernés par ce harcèlement journalier de publicités inutiles, mensongères et racoleuses dont il est très difficile de se défaire, les plus malhonnêtes n'ayant même pas de lien de désinscription... Indignons nous !

    Posté par CC, 17 juin 2014 à 15:39 | | Répondre
  • Pas de marche à suivre mais un chemin à prendre, Bravo!

    Posté par HD, 18 juin 2014 à 12:05 | | Répondre
Nouveau commentaire