A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

27 novembre 2005

Des vins vraiment... étonnants!

Hier soir, nous accueillions à la maison pour la deuxième fois une dégustation "vins étonnants", animée par Eric Reppert. Pour les lecteurs peu attentifs de mon blog (grrrrr...), j'avais déjà parlé de ce site web ici.

100_20732

Nous étions tout de même 17 personnes à table. Il avait donc fallu changer la configuration de la maison pour accueillir tout ce petit monde: la salle à manger est devenue salon, et le salon salle à manger. Afin d'être totalement disponibles et de rendre la soirée conviviale, la formule "auberge espagnole" avait été adoptée: chacun avait amené un élément du repas et l'on partageait le tout: terrine de poisson, quiche marine, charcuteries diverses, pizzas, fromages et desserts...

Mais parlons des vins...

carignan1er vin: jolie robe saumonée parsemée de fines bulles. Nez d'une belle intensité aromatique, assez complexe, avec un côté vineux et des arômes de framboise et de fumée (bacon cru).  Belle attaque en bouche, d'une grande fraîcheur. Suit un milieu de bouche dense, vineux avec des notes d'orange sanguine. La texture crémeuse du vin, associée aux fines bulles qui éclatent en bouche, est un vrai bonheur qui se prolonge dans une finale savoureuse, fruitée. J'aime beaucoup! En tout cas, c'est une rareté, puisque c'est un Carignan  Brut 2000, méthode traditionnelle 100% carignan élevée 4 ans sur lies par Jean-Louis Denois.

clairette2ème vin: robe or très pâle, brillante. Le nez est expressif, tout en finesse, sur des notes d'abricot et de miel. En bouche, il y a bel équilibre entre gras et fraîcheur, et une jolie palette aromatique: pêche blanche, épices. Belle finale sur des notes d'amandes et de pêche. Roussane? Marsanne? Non, clairette! C'est en effet une Clairette de Bellegarde 2004, appellation méconnue, produite par la Terre des Chardons (domaine en bio-dynamie).

3ème vin: robe plus argentée que dorée tellement le jaune en est absent... Le nez, floral, est assez discret. En bouche, le vin est plutôt vif, d'une densité moyenne et un peu plus aromatique qu'au nez. C'est toutefois loin d'être une bombe... Pas mauvais, sans plus... Kiféça? Arrggh, je n'arrive pas lire le nom sur l'étiquette: il est en japonais! C'est en effet un gris de Koshu 2004. Ce vin non prévu au programme est un cadeau fait par un client japonais à Eric Reppert. Ce dernier a profité de cette occasion pour la partager avec nous. Sympa, non?

terre4ème vin: en v'là une belle robe! Or paille, brillante, avec du gras sur les rebords du verre à l'agitation. Le nez est sur la pêche, le miel et la noisette, avec un côté légèrement oxydatif. En bouche, c'est tout à la fois moelleux et d'une grande fraîcheur, et d'une belle puissance aromatique: aux arômes pressentis au nez, se rajoutent un côté pierreux et une touche d'iode... La finale est à l'avenant. Autant dire que ce vin est beau vin de repas qui peut accompagner du homard sans sourciller... Mais qu'est-ce donc? C'est un Vin de Pays des Coteaux de Pérignan, "les terres salées 2003" produit par Christophe Barbier. Il est issu de vignes de Bourboulenc plantées sur un ancien marais salant au pied du Massif de la Clape. Les vignes doivent être innondées tous les hivers pour éviter les remontées de sel qui seraient fatales à la vigne. De ce fait, la plupart des vignes plantées sont franches de pied. Cela peut expliquer la puissance peu commune de ce bourboulenc...

pinot_noir15ème vin: la robe est encore plus intense. Elle est ici presque orange! En tout cas, belle et surprenante. Le nez est expressif, racé, et d'une grande complexité: pêche blanche, pomme au four, mangue, noisette, et même un côté sous-bois humide. La bouche est la hauteur: grand équilibre entre gras et fraîcheur, vineuse, envoûtante et aux arômes multiples et complexes. Finale longue et puissante sur des notes épicées. Un beau vin.  Je ne vous laisse pas languir plus longtemps: c'est un Noir de Blanc produit le Domaine Binner (100% pinot noir vinifié en blanc).

Et l'on passe aux rouges...

counoise16ème vin: la robe est pourpre soutenue, mais limpide. Le nez est profondément gourmand avec ses arômes de fruits noirs (cassis, mûre), d'épices,  mais aussi une pointe de fraîcheur apportée par le bourgeon de cassis. La bouche s'avère toute aussi gourmande, avec une matière veloutée, pulpeuse et cette permanence des épices... Ce vin séduit tout le monde, surtout lorsqu'ils apprennent qu'il ne vaut que 4€90! C'est un vin de pays du Gard, une Counoise 2004 du Domaine de Monpertuis. Assurément, la Counoise est un cépage qui mériterait à être plus utilisé...

verre17ème vin: robe pourpre plus soutenu, et opaque. La couleur trahit un vin qui vient de naître...  Le nez est puissant et distille des arômes étonnants de prunelle, d'humus et de rouille. La bouche est charpentée, les tannins veloutés et  toujours cette omniprésence de la prunelle, cette fois accompagnée d'épices. Ce vin se cherche encore et sera sûrement meilleur dans 2/3 ans... C'est un vin de table du Vendômois de 2004, le Verre des Poètes du Domaine de Montrieux. Il est issu à 100% de Pineau d'Aunis (vieilles vignes franches de pied de 102 ans).

8ème vin: robe grenat foncé, limpide. Nez élégant de fruits rouges (framboise, cerise), depala1 noyau, d'épices et de cacao. La bouche l'est toute autant par sa fraîcheur, son équilibre , et le soyeux de ses tannins. Classe! A l'aveugle, je serais parti sur un Bourgogne de bonne facture. Si c'était vrai, il serait très "hermitagé" puisqu'il est composé à 80% de syrah et seulement 20% de pinot noir...  C'est un vin de pays d'Oc du Domaine de Clovallon: le Palagret.

000_03909ème vin: Robe pourpre d'une bonne intensité. Nez assez expressif sur les fruits noirs avec une touche de poivron vert. Bouche ronde, assez gourmande, sans aspérité si ce n'est un petit côté poivré. Vin plaisant, mais rien de bien original... Vraiment? Ben si: c'est encore un vin japonais!!! Du Kai noir, plus précisément, produit par la Grace Winery. Si ils produisent un cépage local (le koshu), celui doit être issu d'un assemblage bordelais.

Un plateau de fromage composé exclusivement de pâtes dures arrive sur la table. Nous repassons en toute logique au vin blanc...

morillon110ème vin: robe entre l'or et l'ambre. Nez envoûtant de noisette, d'épices, de coing, d'orange confite et de caramel. Avec un nez pareil on s'attend à un vin moelleux un peu  allangui. Que nenni! Dès la mise en bouche, la vivacité de ce vin surprend, tout autant que son gras et sa vinosité. Sa puissance et sa complexité se prolongent dans la finale d'une grande densité. C'est diablement bon! Keskecé? Un vin de table de l'Aude, département bien connu pour ses grands crus ;-). C'est un 100% chardonnay botrytisé avec seulement 12g de sucre résiduel; il s'appelle le Morillon et son producteur Jeff Carel. Issu du millésime 2004, il a été mis en bouteille il y a un mois seulement... Chapeau!

cluya11ème (et dernier) vin: robe vieil or. Nez élégant et complexe: citron confit, verveine, miel... La bouche est d'une grande intensité, associant fraîcheur et suavité, et une lègère amertume rappelant l'écorce de citron vert. Très jolie finale, dense et longue. Beau vin! C'est encore un vin de table, de Loire ce coup-ci (le département, pas la région). Il est issu à 100% de viognier, cueilli avant maturité complète pour préserver la fraîcheur puis traité en "vin de paille". Il s'appelle Cluya et il est produit par Daniel Mondon.

Encore une bien belle soirée, toute aussi instructive que réjouissante pour le palais!



Commentaires sur Des vins vraiment... étonnants!

    Je suis toujours étonnée de voir que l'on peut goûter autant de vin sans rien perdre de leurs qualités. Même s'ils sont pris en petite quantité , comment fais-tu pour apprécier ? Quel est le truc ?

    Posté par Choupette, 27 novembre 2005 à 17:08 | | Répondre
  • Recracher, recracher, recracher...

    Posté par ericevreux, 27 novembre 2005 à 17:13 | | Répondre
  • merci, Eric, pour ce jolie compte rendu. J'adore depuis longtemps le choix vraiment insolite d'Eric Reppert, toujours pleins de découvertes sur son catalogue. J'aurais bien aimé être des votres à la dégustation

    Choupette: Eric a donné le seul secret - depuis que j'ai appris cette "technique", j'ai appris à aimer le vin (j'aime pas l'effect de l'alcool).

    Cela n'empèche pas de savourer un vin en le buvant l'hors d'un repas en bonne compagnie - mais la dégustation est un travail, où il vaut mieux rester sobre.

    Posté par Iris, 28 novembre 2005 à 10:48 | | Répondre
Nouveau commentaire