A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

13 octobre 2013

Un livre à recommander pour découvrir la Bourgogne (JF Bazin)

bazin

J'ai reçu il y a un bon mois "Le vin de Bourgogne" de Jean-François Bazin (éditions Dunod) et je l'ai lu de la première à la dernière page, tant il m'a intéressé. Il faut dire que si je connais plutôt bien le Médoc et Saint-Emilion, je suis une "tache" (voire La Tâche") en Bourgogne, même si j'ai eu la chance de boire quelques chefs d'oeuvre du secteur.

Comme l'écrit Aubert de Villaine dans sa préface, il y a dans ce livre un vrai "talent d'écrivain", ce qui n'est pas forcément courant dans les livres du genre, parfois un peu rébarbatifs. Chaque page est ici l'occasion de raconter une histoire, une anecdote, que ce soit sur un personnage ou un lieu. Mais ce qui transpire avant tout dans ce livre, c'est l'amour de l'auteur pour sa belle région.

Qu'ai-je appris ?

- le terme "côte d'Or" a été proposé par le député Arnoult lorsqu'il a fallu choisir les noms des départements en 1790. Ce nom évoquait la couleur dorée que prennent les coteaux de vignes à l'automne. C'est vrai que c'est plus joli que Haute-Seine ou Seine-et-Saône comme ça a failli s'appeler...

- la Côte de Nuits et la Côte de Beaune ne produisent non seulement pas les mêmes vins, mais qu'elles sont deux mondes à part, avec une histoire, des codes et même des tailles de vignes différent(e)s. On dit souvent en Côtes de Nuits " Oh ! Dans la Côte de Beaune, les femmes ne vont pas aux vignes... Trop grandes dames pour accoler et transpirer au soleil comme les nôtres !" 

- il n'y a qu'un seul Grand Cru à Chablis, subdivisé en sept climats, et non sept comme on lit un peu partout.

- les Mazoyères-Chambertin sont la plupart du temps vendus sous le nom du GC voisin, Charmes (plus charmeur ?) 

- l'inventeur du rosé de Marsannay est Joseph Clair-Daü qui propose son 1919 à Henri Racouchot, célèbre restaurateur de Beaune. Il l'adore ! Et comme Curnonsky y traîne souvent ses basques, le Marsannay rosé devient vite incontournable. Bruno Clair est son petit-fils. 

- avant qu'elle ne soit vendue au prince de Conti, la Romanée appartenait aux Croonembourg. Pas sûr que la Romanée-Croonembourg aurait fait le même carton * ;-)  Par ailleurs, la fameuse "caisse de douze" comprenant une Romanée-Conti n'existe plus depuis 2002. Mais la légende court toujours...

- Charlemagne a parfois bon dos : le domaine d'Aloxe qu'il avait offert à la collégiale de Saint-Andoche de Saulieu faisait 2 ha, taille qui sera préservée durant tout le temps que les moines le garderont (1000 ans, tout de même !). Aujourd'hui, Corton-Charlemagne, c'est plus de 50 ha répartis sur trois communes (elles se firent d'ailleurs la "guerre" pendant plusieurs décennies pour avoir le plus gros bout de gâteau possible).

- longtemps, les vins blancs de la Côte Chalonnaise ont été vendus sous le nom de Chablis, et les rouges sous ceux de villages de la Côte de Beaune. Même les Champenois venaient s'y fournir en vins de base !

- l'appellation Montagny comprend pas moins de 49 climats en classés 1er Cru. Auxquels s'ajoutent 11 autre climats déclassés qui ont obtenu le droit en 1991 de garder durant 30 ans la mention 1er cru sur leur étiquette !!!

Et encore plein d'autres choses tant ce livre est riche en informations !

Ajoutons que les cartes de ce livre sont celles de Sylvain Pitiot et Jean Charles Servant. Si elles sont d'une grande précision, on rêverait qu'un Pierre Le Hong les redessine en 3 D ;-)

 

hospi

 

* Drôlerie de l'histoire, le curé de Vosne-Romanée durant la première moitié du XXème siècle... était le chanoine Krau !

 

 



Commentaires sur Un livre à recommander pour découvrir la Bourgogne (JF Bazin)

    J'ai eu l'occasion de le feuilleter, très beau livre mais il se limite à la Côte d'Or, c'est pour ça que je ne l'ai pas (encore) acheté...

    Posté par Jehan, 13 octobre 2013 à 21:54 | | Répondre
    • Ben non,il parle aussi des autres départements (d'ailleurs, dans mon texte, je parle de Chablis, de la côte chalonnaise, etc) même si c'est vrai que les cartes de Pitiot ne portent pas sur les vgnobles de Saone et Loire.

      Posté par Eric B, 13 octobre 2013 à 22:01 | | Répondre
      • Dju, c'est vrai que je cherchais les cartes de Rully, certainement pour ça que je suis passé au travers (en râlant, je me souviens bien). C'est quand même dommage de ne pas y avoir joint les cartes, du moins s'il parle des villages chalonnais en détail.

        J'ai zappé la fin de ton article, honteux que je suis. Désolé

        Posté par jehan, 13 octobre 2013 à 22:10 | | Répondre
  • Ah voilà l'outil qu'il me faut;sans vouloir comparer mes connaissances avec tout ton savoir sur le Médoc et le Libournais,je suis moi aussi plus à l'aise en terre girondine et garonnaise et si peu érudit des climats bourguignons.Et pourtant plus j'avance dans l'âge plus j'ai envie de comprendre ce pinot noir tellement différent suivant le lieu où il nait.Alors je vais m'empresser de filer consulter ce beau livre et sûrement en faire l'acquisition .
    Bernard Durocher.

    Posté par Durocher, 14 octobre 2013 à 09:53 | | Répondre
Nouveau commentaire