A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

30 janvier 2011

Thon germon mi-cuit, avoinitto à l'encre, croustille de parmesan & roquette

006

C'est avec une certaine émotion que je poste cette recette. Elle n'est pas d'une complexité folle, mais elle a le mérite de "relancer la machine".  Elle devrait être suivie de pas mal d'autres dans les semaines qui viennent, car je commence à accueillir du monde à ma table. 

Décomposons les différentes couches...

La "croustille" de parmesan

Juste du parmesan rapé fraîchement et cuit à sec à la poêle 6-7 mn

La roquette

De la roquette assaisonnée au dernier moment avec quelques gouttes de vinaigre balsamique réduit au sirop.

Le thon germon

C'est du surgelé de Picard, ce qui explique sa forme parfaitement ronde (va trouver ça chez le poissonnier...). Les p'tits gars de Picard sont sympa, en plus : ils l'ont coupé pile-poil au diamètre de mon emporte-pièce, ce qui m'a permis de faire cette jolie présentation.

Il a été saisi dans une poêle bien chaude une bonne minute de chaque côté.

L'avoinitto

Le retour de mes pâtes fétiches, mariées à l'encre de seiche.

J'avais commandé celle-ci à mon épicier fin. Il s'avère que c'est un "assaisonnement à l'encre de seiche" (18 % d'encre) et non de l'encre pure. Ceci dit, c'est pas mal : ça colore bien, et c'est beaucoup plus parfumé : y a de la tomate, du bouillon de palourde et du fumet de poisson, de l'ail... Du coup, ça rend fainéant !

Les pâtes avoine ont cuit 6 minutes à l'eau allongée d'assaisonnement pour commencer à les noircir, puis je les ai égouttées, rajouté mon assaisonnement, un peu de beurre et du parmesan rapé ... et y a bon !

005

008J'ai apprécié ce plat avec un Riesling 2009 de Vincent Stoeffler (cultivé en bio). Jolie robe or pâle. Nez sur la cire, l'aiguille de pin et le zeste d'agrume. Bouche ample, à la matière douce et aérienne, soutenue et étirée par une acidité fine et vibrante. Finale citronnée délicieusement astringente, faisant oublier les quelques grammes de sucre qui traînent...

Une très belle qualité qui montre le soin prodigué par ce producteur à son entrée de gamme (idem pour les autres cépages de la même "série"), ce qui est loin d'être le cas général en Alsace...



Commentaires sur Thon germon mi-cuit, avoinitto à l'encre, croustille de parmesan & roquette

    Tes billets m'ont manqué. J'avais "saudades" de ta cuisine

    Posté par maloud, 30 janvier 2011 à 14:24 | | Répondre
  • Bienvenue chez toi...

    ... enfin, sur ton blog.
    J'aimerais bien être à ta table pour manger ce plat-là, moi !!
    Ca m'a l'air très très bon !

    Posté par marielaboule, 30 janvier 2011 à 14:30 | | Répondre
  • Le retour

    Oui, mais quel retour !! L'esprit n'est pas perdu
    après cette petite absence, tout de même ressentie. Je suis vraiment égoïste...

    Posté par doduv, 30 janvier 2011 à 14:43 | | Répondre
  • Ouf! On te reconnait bien là! J'aurai peut-être ajouté une sauce, mais laquelle???
    Bon retour!

    Posté par damienne, 30 janvier 2011 à 14:54 | | Répondre
  • - C'est beau et ça a l'air délicieux! Bon retour sur la toile!

    Posté par JOSS, 30 janvier 2011 à 15:00 | | Répondre
  • magnifique !! ravie de retrouver tes recettes !
    bises et bon dimanche

    Posté par cecile, 30 janvier 2011 à 15:16 | | Répondre
  • Très belle photo: je ne sais pas si c'est dû à la lumière de ton nouveau chez toi mais ça donne vraiment envie, surtout que j'aime bien faire du thon mi-cuit (Picard aussi).

    Posté par wiquyl, 31 janvier 2011 à 11:11 | | Répondre
Nouveau commentaire