A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

25 avril 2020

Boeuf mi-séché aux herbes et au poivre

beef3

J'avais déja proposé une recette de ce genre il y a une dizaine d'années – le temps passe vite –  mais je trouve qu'elle convient parfaitement à cette période  de confinement où l'on vous décourage de faire des courses  de manière fréquente. Avec cette recette, vous pouvez tenir la semaine avec le même morceau sans qu'il ne se dégrade. L'autre intérêt de cette recette, c'est qu'elle utilise du paleron, l'un des morceaux les moins chers du boeuf (10 € le kg par chez moi) alors que les prix sont en train flamber sur les parties nobles. Même s'il est souvent conseillé de cuire longuement le paleron, la viande crue est très tendre et goûteuse. Il y a juste un peu de travail pour enlever les parties nerveuses, mais vu le prix de départ, ça vaut le coup de le faire. 

Une fois que vous avez dénervé la viande, il faut mettre les différentes pièces dans du gros sel durant 3 heures (un peu plus si vous avez un très gros morceau). Puis vous les rincez bien sous l'eau du robinet, les séchez avec de l'essuie-tout. Dans une assiette, vous mélangez du poivre fraîchement moulu (sarawak pour moi) et des herbes de Provence séchées. Vous roulez les morceaux dedans pour bien les enrober. Puis vous les placez au frigo sur une assiette, enroulés dans une gaze. Et puis c'est tout ! Sur la photo du dessus, c'est au bout d'une journée (c'est d&jà très bon ainsi). 

beef2

Là; c'est au bout d'une semaine. On voit que l'extérieur se dessèche. Si vous voulez stoppez le process à ce moment-là, vous pouvez l'enrober d'un film alimentaire. Vous pouvez soit en faire des tranches fines et le servir comme un carpaccio. Personnement, j'aime bien le couper en petits dés et le mettre dans une salade avec de la roquette, du parmesan, des tomates séchées, du pesto  et des pignons de pin. 

beef1



Commentaires sur Boeuf mi-séché aux herbes et au poivre

  • Excellente idée, en effet ! C'est tout à fait le moment de préparer ses salaisons maison !
    J'admire généralement vos articles en silence, parce que je cuisine rarement de façon aussi élaborée que vous : cette recette simple me donne l'occasion de commenter. Merci de continuer à alimenter ce blog, l'un des seuls que je continue de consulter, et une réelle source de plaisir et d'inspiration depuis des années.

    Posté par Sarah, 25 avril 2020 à 18:58 | | Répondre
  • Mais voilà une super bonne idée, j'ai d'abord cru à du filet mignon que je n'ai pas encore fait, je suis mono tâche sur le magret, j'avoue. Du paleron, et en plus économique, ça me plait.

    Posté par Boljo, 25 avril 2020 à 19:17 | | Répondre
  • Très bonne idée de recette avec du paleron. Celui-ci est aussi délicieux en cuisson lente et basse température.
    Merci pour toutes vos bonnes idées de recettes très documentées, testées et avec photos !

    Posté par Marie-Claire, 25 avril 2020 à 19:17 | | Répondre
  • Le magret de canard est excellent préparé de cette façon.

    Posté par Fred94, 25 avril 2020 à 20:23 | | Répondre
  • Super, je me réapprovisionne dès demain ! Merci

    Posté par Mirelha, 26 avril 2020 à 08:47 | | Répondre
  • attention,le magret demande 6 a 7:00 dans le gros sel....c'est délicieux
    pour le filet mignon,je le laisse toute la nuit,
    la poitrine de porc deux jours pleins....

    Posté par michtf31, 26 avril 2020 à 15:35 | | Répondre
  • Hum j'aimerais bien y gouter !
    Belle fin de journée et douce soirée !
    Bisous de nous deux Papoune

    Posté par choupette88, 29 avril 2020 à 17:46 | | Répondre
  • J'ai essayé avec un onglet de boeuf (j'ai décongelé un lot trop gros pour ma consommation) en diminuant les temps de salaison et de séchage. Super résultat, merci de l'idée !
    C'est très intéressant de pouvoir transformer ainsi la viande en condiment. Pour moi avec une galette de pomme de terre, ail nouveau et sauge - à la Passard - et des asperges sauvages au beurre. Accompagné d'un Chablis 1er Cru L'homme mort 2012 (Boudin) puis Haut-Medoc, Cornélie 2008. Comme un plat de steakhouse mais inversé !

    Posté par vincentj, 25 mai 2020 à 10:47 | | Répondre
Nouveau commentaire