A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

31 mars 2019

Derenoncourt 2018 ou ma soirée au Georges V

P1020490

Cela faisait plusieurs années que Derenoncourt Consultants m'invitait à cette dégustation primeur à Paris. Mais je ne me voyais pas faire l'aller-retour Limoges-Paris juste pour celle-ci. Il se trouve que cette année, cela se combinait plutôt bien : après mon repas de samedi soir autour de grands vins blancs, un dimanche de balade à Paris sous le soleil, et un lundi à visiter Toutânkhamon, cette dégustation en fin d'après-midi suivi d'un repas au Georges V me paraissait faire une bonne conclusion à ceséjour dans la capitale.

Ma dernière dégustation des vins signés Derenoncourt remonte aux Primeurs 2016. Entre temps, la palette des producteurs s'est encore élargie. Rien que sur Bordeaux, on frôle les 100 propriétés.. Il faut dire que le nombre de collaborateurs a également augmenté : ils sont désormais 10 autour de Stéphane. 

L'année 2018 est une année particulière : l'hiver froid et  humide a été suivi par un printemps plutôt chaud, mais tout aussi humide, favorisant la propagation du mildiou. A cela s'est ajouté un orage de grêle le 25 mai qui a dévasté le sud de la région. L'accalmie est  arrivée en juillet : le beau temps s'installe pour ne plus partir jusqu'en octobre, ouvrant la  possibilité de cueillir les raisins au moment de leur maturité optimale. Les degrés sont plutôt généreux (souvent entre14 et 15 %) mais les pH sont plutôt bas (3.4), donnant naissance à des vins équilibrés et souvent toniques, élancés.

De ce que j'ai déjà pu lire ici et et là, tout n'est pas réussi à Bordeaux en 2018. Je n'en doute pas, mais je ne peux que constater que le haut niveau homogène des vins. On va dire que sur la centaine que j'ai pu déguster, il y en avait 3-4 qui se goûtaient mal (dont Smith-Haut-Lafitte, en pleine "prise de bois") et une dizaine qui étaient bons, sans plus. Le reste était d'un très bon niveau. Voici mes nombreux coups de cœur. 

Tous les vins notés excellents et une bonne partie des  "très bon +" ont été regoûtés en fin de dégustation afin de confirmer mes impressions – j'avais du temps à tuer avant de passer dans la salle à manger. Aucun ne m'a déçu. 

 Excellent +

Château  Les Carmes Haut-Brion (Pessac-Léognan - 41 %Cabernet-Franc, 39 % Merlot, 20 % Cabernet-Sauvignon) : rien que le nez est un émerveillement. Bouche intense, traçante, séveuse et racée, avec un peps incroyable. Grande finale. Quel vin !

Château Pavie-Macquin (Saint-Émilion -84% Merlot, 12% Cabernet-Franc, 2 % Cabernet-Sauvignon) : nez dégageant une grande fraîcheur. Bouche fougueuse d'une impressionnante concentration, avec un fruit explosif,  un superbe toucher de bouche, et une finale d'anthologie. Les mots manquent pour parler ce vin qui est mon choc du jour (ce qui est loin d'être toujours le cas de Pavie-Macquin en primeur, souvent bourru à ce stade).  

Clos Fourtet (Saint-Émilion - 90 % Merlot, 3 % Cabernet-Franc, 7 % Cabernet-Sauvignon) : bouche ample, harmonieuse, déployant une matière dense et classe. Finale longue et racée. Superbe !

Excellent 

Château Haut-Selves (Graves - 55 % Merlot, 45 % Cabernet-Sauvignon) :  superbe tension, fine acidité traçante, matière soyeuse, fruit pur et intense. Je vais m'intéresser à ce domaine dont les vins sont peut onéreux(13-15 €).

Château de Malleret (Haut-Médoc - 60 % Cabernet-Sauvignon, 36 % Merlot, 4 % Petit Verdot) : nez fin et complexe. Bouche à la fois  ample et tendue, avec une matière sensuelle, charmeuse. Grande fraîcheur.

Château Rol Valentin (Saint-Émilion -90% Merlot, 10 % Cabernet-Franc) : joli nez sur la violette, puis les fruits rouges/noirs et les épices. Bouche fine, élancée, à la fois intense et racée. Equilibre superbe. Finale très fraîche, tonique. Que du bonheur !

Château Beauséjour Duffau-Lagarosse (Saint-Émilion -90% Merlot, 10 % Cabernet-Franc) : pour l'instant, seul son côté un peu monolithique m'empêche de le mettre dans excellent +. Mais sinon, la matière dense et soyeuse, la tension, l'énergie, la fraîcheur sont de haut niveau.

Château les Grandes Murailles ( Saint-Émilion  - 100 % Merlot) : là, je gaffe. Je commence à me servir car il n'y avait personne derrière le stand. Un monsieur d'un certain âge que je devais voir  au domaine suivant  me prend la bouteille des mains pour me servir. En commençant à prendre des notes, je regarde mon carnet et dis  "tiens, Cuvelier a repris les Grandes Murailles ? – Cuvelier c'est moi, me répond-il" À ma décharge, je connaissais bien le fils que j'ai rencontré plusieurs fois à Clos Fourtet – et qui était coincé dans un train ce jour-là – mais jamais le père. En tout cas, le vin est superbe : bouche veloutée et énergique alliant un fruit très pur et une minéralité intense (craie). Vous êtes embarqué !

Très  bien +

Château Canon-Pécresse ( Canon-Fronsac - 85 % Merlot, 15 % Cabernet-Franc) : voilà un autre domaine auquel il va falloir que je m'intéresse, car tout me séduit : nez frais et subtil. Bouche ronde, fraîche, élégante,  à la fois classe et précise. Finale nette, au fruit intense, sans dureté. Il faut dire que les vignes sont sur le plateau calcaire de Fronsac, proche géologiquement du plateau de Saint-Emilion

Château des Fougères (Graves - 45 % Merlot, 55 % Cabernet-Sauvignon) : c'est la matière riche, saline, intense, au superbe toucher velouté qui m'a fait kiffer. Ca envoie du lourd, sans jamais agresser. Hyper recommandable. 

Château Paveil de Luze (Margaux - 80 % Cabernet-Sauvignon, 20 % Merlot) : là aussi, du minéral/salin, mais sous une forme plus élégante, soyeuse. Margalienne, quoi. La finale est aussi très saline (on lèche la pierre de sel). 

Château Prieuré-Lichine (Margaux - 50 % Cabernet-Sauvignon, 45 % Merlot, 5 % Petit Verdot) :  nez très fin, épuré. Bouche tendue, mais charmeuse et sensuelle. Finale subtilement crayeuse, avec des notes florales et fruits noirs. Jamais bu aussi bien ce domaine.

Château Edmus (Saint-Émilion - 60 % Merlot, 40 % Cabernet-Franc) : le nez superbe (très floral)  évoque plus un parfum qu'un vin. Bouche à la fois ample et tendue, soyeuse, au fruit pur. Ensemble vrament classe (pas loin de l'excellent). 

Clos Vieux Taillefer (Pomerol - 100% Merlot) :  bouche ample et veloutée, séveuse, au fruit intense. Finale minérale, marquée par les notes ferreuses. 

Domaine de l'A (Castillon - 80 % Merlot, 20 % Cabernet-Franc) : un domaine que je connais très bien. Jamais je ne l'ai goûté autant sur la finesse : c'est super traçant, élégant, dégageant une sacrée classe. Un des musts en "pas trop cher".

Château Saint-Georges Côte Pavie ( Saint-Émilion  - 80 % Merlot, 20 % Cabernet-Franc) :  situé juste en face d'Ausone et voisin de Pavie et de Moulin Saint-Geroges. On retrouve l'élégance des vins du secteur (Pavie est artificiellement monstrueux). C'est ample, aérien, avec une matière soyeuse et une sacrée expression minérale. La sobriété dans ce qu'elle peut avoir de plus beau.

Château Larcis Ducasse (Saint-Émilion - 87% Merlot, 13 % Cabernet-Franc) : voisin de Pavie, de l'autre côté. Eh bien, de la finesse, de l'attaque jusqu'en finale, tout en ne manquant pas de concentration, avec un fruit très pur. Très beau potentiel. 

Château Poujaux (Moulis - 50 % Cabernet-Sauvignon, 40 % Merlot,  5 % Cabernet-Franc, 5 % Petit Verdot) : son seul tort était d'être servi après Clos Fourtet. Mais sinon, je n'ai jamais goûté aussi bien un Moulis :  c'est fin, tendu, salin, avec une matière mûre et soyeuse,  de la fraîcheur, et une fin intense. 

Château la Gaffelière (Saint-Émilion - 75 % Merlot, 25 % Cabernet-Franc) : fin, racé, ample belle énergie.Manque juste une grande finale pour passer dans la catégorie supérieure

Très bien

Château Tour de Capet ( Saint-Émilion  - 80 % Merlot, 20 % Cabernet-Franc) : bouche fine, aérienne,  élancée. Finale très gourmande.

Château Talbot (Saint-Julien - 68 % Cabernet-Sauvignon, 28 % Merlot, 4 % Petit Verdot) : très belle bouche tendue, saline, intense. Finale savoureuse. 

Château La Tour Figeac (Saint-Émilion  - 65% Merlot, 35 % Cabernet-Franc) : joli nez fruité et complexe. Bouche fine et élégante, ample. Finale à intense, mâchue.

Château Saint-Pierre (Pomerol  - 85% Merlot, 15 % Cabernet-Franc) : Bouche ample, ronde, moelleuse/veloutée. Très beau fruit.

 Château Capet-Guillier (Saint-Émilion - 85% Merlot, 15 % Cabernet-Franc) : très belle bouche alliant fraîcheur et maturité, avec une texture sensuelle et gourmande.

Château Louis (Saint-Émilion - 90% Merlot, 10 % Cabernet-Franc) : bouche ample, douce et harmonieuse. 

Château Fonplégade (Saint-Émilion - 90% Merlot, 10 % Cabernet-Franc) :  bouche tendue et aérienne, avec une matière fine et élégante. Finale très gourmande.

Château Maison Blanche (Médoc - 20 % Cabernet-Sauvignon,  78 % Merlot, 2 % Petit Verdot) : nez très fin, sympa. Bouche fine et veloutée, alliant classe et gourmandise.

Château Hanteillan (Haut-Médoc - 45 % Cabernet-Sauvignon, 50 % Merlot, 5 % Petit Verdot) : vin fin, élancé, avec une matière sensuelle. Fin mâchue et gourmande.

Château La Tour de Ségur (Lussac Saint-Emilion - 92 % Merlot, 8 % Cabernet-Franc) : joli nez. Bouche fraîche, harmonieuse, avec une grande tension. Extra, ai-je noté. 

Château Vrai-Canon Bouché (Canon Fronsac - 60 % Merlot, 40 % Cabernet-Franc) : matière veloutée et  fraîche, belle tension, grande harmonie générale. Vraiment très bon !

Château Sanctus (Saint-Emilion - 70 % Merlot, 30 % Cabernet-Franc) :  matière proche ,  mais plus d'énergie. Finale savoureuse.  

P1020495

Le repas s'est déroulé dans la salle attenante

P1020496

Présentation très palace (le pain grignoté, c'est moi...)

P1020499

Présentation du millésime 2018 par Stéphane Derenoncourt

P1020501

On est plus sur du  room service que sur la cuisiné étoilée de Christian Le Squer

P1020502

Coulibiac de saumon

P1020503

Lingot de foie gras, mimosa de poireaux, pâté en croûte

P1020504

Risotto acquarello à la fontina, sot l'y laisse au jus

P1020505

Parmentier de queue de boeuf braisée au jus

P1020498

Superbe étal de fromage, dont un Chaource d'anthologie !

J'avoue : j'ai calé après le fromage. J'aurais été incapable de manger quoi que ce soit d'autres. Pourtant, la carte des desserts était tentante... Je précise que les vins qui accompagnaient le repas étaient des millésimes plus anciens  de certains participants, dont Edmus, Malleret, Haut-Selves... Tout était top !

Merci à l'équipe  Derenoncourt pour son accueil 

 

 



Commentaires sur Derenoncourt 2018 ou ma soirée au Georges V

  • Poisson d’avril ?

    Posté par Mirelha, 01 avril 2019 à 08:47 | | Répondre
Nouveau commentaire