A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

05 octobre 2016

Beau repas-dégustation à Toulouse

015

Vendredi dernier, je devais animer une soirée pour un club de dégustation de Toulouse. Cécile, une cliente de Vins étonnants que j'avais rencontrée l'été dernier au Pays basque m'avait proposé de m'heberger lors de mon séjour dans la ville rose. Lorque je lui ai demandé si elle connaissait un endroit pour réunir le temps d'une soirée quelques membres du forum La passion du vin, elle m'a répondu "pourquoi pas à la maison ?". Et ainsi fut fait :-)

Nous avons choisi l'option "auberge espagnole" pour la préparation du repas. Chacun apportait l'un des élément du repas, ce qui évitait à Cécile de passer la journée en cuisine (elle l'a passée avec moi chez des producteurs de Gaillac). 

 

En guise de pré-apéro, Cécile nous a servi un vin de Toscane, le Podere Le Boncie "5" 2013. Un vin plein de fruit et de fraîcheur dont les tannins demandent encore un peu de temps pour se fondre (ou d'accompagner un plat un peu riche, genre confit de canard).

Tous les autres vins seront servis à l'aveugle, sauf le Parisy de Reynaud.

018

Les verrines d'avocat, pomme vert et crevettes, amenées par Cathy et Christophe, ont été servies avec une bulle :

Pascal Doquet - Vertus Coeur de Terroir - Champagne Blanc de Blancs 2004 

La robe est dorée avec des bulles très fines et éparses. Le nez est fin et pénétrant sur des notes de noisette grillée, de brioche chaude et de mousseron, avec une pointe de truffe. La bouche est tonique, avec une acidité traçante équilibrée par une matière mûre, presque grasse, soulignée par des bulles délicatement crépitantes. La finale est franche et nette, avec une mâche finement crayeuse. J'aime beaucoup cette bouteille que j'ai achetée à Epernay il y a un an.

 

021

Le foie gras maison, apporté par Cathy et Christophe, servi avec un liquoreux amené par Antoine :

Château Lafaurie Peyraguey - Sauternes 1GCC 2005 

La robe est d'un or intense, avec des larmes tapissant les parois du verre. Le nez est riche, sur des notes de raisins rôtis, d'orange confite, puis de truffe noire. La bouche est ample, mûre, onctueuse, avec une belle fraîcheur équilibrant l'ensemble. La finale poursuit sur la même voie, sans être jamais écoeurante, se concluant sur des notes confites/truffées. Si tous les Sauternes étaient comme ça...

023

Puis une terrine aux deux saumons et cabillaud amenée par Antoine et Ludivine, avec deux blancs secs


Domaine Vocoret - Chablis 1er Cru Côte de Léchet 2008 

La robe est jaune pâle. Le nez évoque ce que JP Héaumé appellait poétiquement le "bigorneau à marée basse". La bouche me paraît déséquilibrée et décharnée, ce qui me douter que c'est uniquement un problème de réduction. Après aération/agitation, cela ne s'améliore guère. Rebu le lendemain, c'est encore pire. Vin clairement défectueux.

Domaine Coche - Bizouard - Meursault 2010

La robe est un chouïa plus jaune que le précédent. Par contre, le nez est plus sexy : fruits blancs, agrumes confits, noisette fraîche. La bouche est tendue, incisive, avec une matière mûre et charnue, donnant un vin classieux et digeste. La finale est savoureuse, finement astringente sur des notes beurrées/citronnées. J'aime beaucoup ce Meursault dans un style rappelant Roulot (peut-être un peu moins cristallin ?).

027

Puis une daube de joue de boeuf préparée par Cécile, avec divers vins plus ou moins rouges...

Château des Tours - Côtes du Rhône Rouge 2012

La robe est d'une couleur grenadine à l'eau. Le nez est très expressif, sur la fraise confite, le tabac, le lard fumé et l'orange sanguine. Comme il a été servi très frais, je n'ai pas pensé de suite à Reynaud, mais c'est pourtant d'une évidence totale. La bouche est souple, avec une matière fine, soyeuse, digeste (bu frais). La finale épicée, gourmande, n'est pas interminable, mais on s'en f... un peu. On en boit une autre gorgée, et puis voilà.

Pierre Bourée et Fils - Chambertin Grand Cru 1990 

La robe est grenat sombre, aux reflets tuilés. Le nez évoque la cerise confite, la fumée, avec des notes de vieille fûtaille un peu obsédantes. La bouche est modèle d'équilibre, avec une tension superbe – sans la moindre raideur – et une matière soyeuse, enveloppante. L'ensemble est d'une grande fraîcheur, avec une classe évidente. À ce moment-là, je ne sais pas ce que c'est, mais je pressens du beau terroir. La finale fumée, a de la race et de l'allonge. Il n'y aurait pas ce nez bof-bof, j'adorerais ce vin (rebu le lendemain, il était encore meilleur).

Château Eugénie - Haute Collection - Cahors 2002 

La robe est encore plus sombre mais moins évoluée. Le nez est marqué par les fruits noirs et des notes fumées/résineuses très italiennes. La bouche est dense, mûre, veloutée, avec un fruit très expressif et pas mal d'épices. La finale est fraîche, épicée, avec des notes plus tertiaires qui peuvent donner un indice sur l'âge du vin. Mais il fait tout de même moins que son âge. J'aime beaucoup. 

Domaine des Tours - Parisy - VDT Rosé 2013

La robe est assez surréaliste, sur un rose framboisé limite flashy. Le nez rappelle beaucoup le Château des Tours, avec encore plus d'exubérance et une pointe résineuse. La bouche est fraîche, tonique, avec une matière soyeuse, caressante, mais surtout un fruit épicé qui peut paraître très envahissant à la limite du too much. Mais ce soir-là, le too much me convient bien. La finale se poursuit dans la même veine, avec une légère impression de douceur. Dans son genre, de la bombe, mais ça plaira pas à tout le monde...

032

Six fromages des Pyrénées amenés par Jérômes avec des vins blancs et rouge

Domaine Michel Bouzereau et Fils - Meursault Les Grands Charrons 2000

La robe est d'un or intense. Le nez a des notes d'évolution assez marquées, sur des notes d'encaustique, de noix  et de beurre rance. La bouche est tendue, avec une matière ronde et mûre, légèrement oxydative. La finale doucereuse prolonge cette aromatique, avec un manque de peps. Pour moi, ce vin aurait déjà dû être bu depuis plusieurs années. Il ne m'offre que peu de plaisir.

Sieur d'Arques - Toques & Clochers Autan - Limoux 2012 

La robe est dorée, moins intense que le précédent. Le nez fait très Chardonnay surmûri, avec des notes de caramel au beurre et de poire confite. La bouche allie rondeur et fraîcheur, avec une aromatique "chupa chups" qui me dérange. La finale fatigante amplifie encore la chose. Pas du tout mon truc. 

JP Gaussen - Longue garde - Bandol 2011 

La robe est grenat très sombre. Le nez marqué par le vernis et les notes fermentaires semble indiquer un souci. Ça se confirme en bouche : léger perlant, sécheresse des tannins, sucrosité bizarre en finale. La bouteille est totalement déviante. Cécile en a ouverte une nouvelle bouteille le lendemain : le vin était superbe, avec un nez très complexe, sur les fruits noirs, la tapenade, le lard fumé et la baie de genièvre. La bouche était d'une densité impressionnante, avec des tannins fermes mais veloutés, et une très belle acidité volatile qui apportait juste qu'il fallait de tension. La finale était ferme, mais très classe. Excellent vin au grand potentiel. 

Côteaux d'Engraviès - Fount Cassat - Vin de pays d'Ariège 2007 

La robe est grenat sombre, un peu trouble. Le nez est expressif, sur le cassis, le sang séché (ferreux) et les épices. La bouche est ronde, charnue, gourmande, avec une bonne fraîcheur. La finale est mâchue, sur le cassis et les épices, avec une pointe résineuse. Très sympa (et ne fait pas son âge).

038

Une tarte aux pommes, coing et yuzu, crumble de sarrasin et noisette, préparé par votre serviteur

Clos Lapeyre - La Magendia - Jurançon 2002

La robe est d'un or intense, aux reflets cuivrés. Le nez très expressif est dominé par la truffe, complété par les fruits secs et les agrumes confits. La bouche est pure, tendue, avec une acidité tranchante équilibrée par une matière riche et dense, très aromatique. La finale est tonique, bourrée de fraîcheur, très marquée par la truffe elle aussi, mais aussi le toffee et les fruits confits. Un vin qui ne peut laisser indifférent, dans un sens ou dans l'autre. Perso, j'aime beaucoup !

040

Merci à Cécile et Philippe pour l'accueil, et à tous pour votre bonne humeur !



Commentaires sur Beau repas-dégustation à Toulouse

    De le truffe noire dans le Sauternes, intéressant ça... Très imagé sinon, "le bigorneau à marée basse" (je vois exactement...), "des notes de vieille futaille", "une aromatique chupa chups", du "sang séché", miam miam... Par ailleurs quel tombeur cet Eric, qui se débrouille toujours pour loger chez l'habitante...

    Posté par Ludovic, 07 octobre 2016 à 13:31 | | Répondre
  • Je vois l'auteur de ce bigorneau demain;je vais le taquiner.Encore un beau repas,des beaux canons et des belles photos.J'ai dégusté le Longue Garde de J.P Gaussen mais sur un millésime beaucoup plus ancien (95),c'est un très grand Bandol pour moi.

    Posté par Durocher, 07 octobre 2016 à 14:15 | | Répondre
Nouveau commentaire