A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

25 novembre 2015

Joyeuse pendaison !

001 - Copie

Dimanche dernier, c'était pendaison de crémaillère chez Sandrine. Aidée par son homme, amateur de vins et de bonne chère, elle nous a concocté un beau repas accompagné de belle bouteilles (servies à l'aveugle, of course). Récit.

003 - Copie

Pour échauffer les mandibules, des chips de pommes de terres déshydratées au micro-onde. 0 % Lipide !

010 - Copie

Puis un velouté de butternut au safran avec des moules, un peu d'ail et de persil.

012

Avec une bulle à la robe dorée. Le nez est charmeur et complexe, sur des notes de brioche toastée, de fruits secs, de pomme chaude. La bouche est à la fois tendue, ciselée, et en même dense et vineuse, avec des fines bulles toniques mais pas agressives. La finale à la mâche calcaire est longue et aromatique. Y a bon ! C'était la cuvée 735 de Jacquesson (base 2007)

015

Puis un tartare de thon rouge et d'huîtres. Ces dernières apportent une touche iodée à l'ensemble du plat.

017

Au départ, le vin blanc est austère, au nez comme en bouche. Un vin cistercien, ai-je dit. Avec le plat, il gagne en ampleur et en gras, sans devenir toutefois un joyeux drille. Ceci dit, l'accord est très réussi, le vin mettant le plat en valeur, et inversement. J'étais parti sur du Chenin, genre Savennières. Connaissant les goûts d'Olivier, j'aurais dû penser à Brégeon qu'il affectionne. Car j'avais croisé ses vins il y a quelques années et certains avaient ce côté austère.

020

En entrée chaude, des noix de Saint-Jacques avec une compote de pomme/coing, de la crème de boudin noir et une espuma camembert/échalote/citronnelle.

022

Le vin qui l'accompagnait avait une robe d'un or intense. Le nez riche, touffu, évoquait le coing confit, le miel de châtaignier, l'écorce d'orange, les épices... La bouche est très ample, avec une texture presque moelleuse parfaitement équilibrée par une fine et longue acidité. La finale savoureuse est dominée par le coing, ce qui fait un très bel accord avec le plat. Là, ce coup-ci, c'est vraiment du Chenin, plutôt d'Anjou. Bon, c'était un vin de France, mais il venait bien d'Anjou et c'était du Chenin : la Lune 2009 de Mark Angéli.

023

Sandrine apporte le tajine

024

Mmmm !!!... Il est à base d'agneau. Il y a des carottes, des navets, des oignons, des abricots secs, des pistaches, des pignons, de la coriandre fraîche. C'était un pur régal dont je me suis resservi deux fois. 

026

Avec la semoule aux raisins secs.

028

D'instinct, j'aurais plutôt servi un blanc avec ce plat. Mais le choix d'Olivier fut des plus judicieux. La robe était d'un grenat translucide bien évoluée. Le nez évoquait la prune, la fraise confite, le cuir, les épices chaudes. La bouche était ronde, ample, soyeuse, avec une belle acidité et aucun tanin qui dépasse. La finale était fraîche et épicée, tonique, gourmande. Très bel accord. Pas surpris que ce fut le Clos du Mont Olivet 2001 dont j'ai déjà pu apprécier la production avec beaucoup de plaisir.

030

Un repas sans fromage, c'est comme titi sans gros minet. Autant que l'accord avec le vin soit réussi.  

032

Avec le Livarot qui est une pâte lavée comme le Munster, un Gewurztraminer convient très bien. Surtout lorsque le millésime est top (2008 !) et qu'il est signé Boxler: de la richesse, de la fraîcheur, un sucre discret, et pas trop d'exubérance même si l'on reconnaît bien le cépage.

036

Et voilà le dessert : poires poêlées, noisettes grillées, pain d'épices croustillant et glace aux agrumes.  

039

Le vin servi n'était pas idéal – nos hôtes le reconnaissent – mais Sandrine voulait nous faire découvrir son coup de coeur de son escapade jurassienne de l'été dernier : Audace 2011 de Tissot, un "vin de paille " de Poulsard (raisin rouge). Le nez fait très liqueur de fruits rouges et noirs agrémentée d'épices. En bouche, c'est doux sans être écoeurant ni alcooleux, équilibré et tonifié par une belle acidité. Un régal !

042

Merci à Sandrine et Olivier pour ce beau moment de partage ! 



Commentaires sur Joyeuse pendaison !

    Waouh ! Quel reportage ! On s'y croirait
    Merci 😊

    Posté par dinedoc, 25 novembre 2015 à 13:30 | | Répondre
  • Oui,on s'y croirait. J'ai dégusté ce Gorges 2004 qui avait été mon coup de cœur lors d'une dégustation lpvienne; Depuis j'ai visité le domaine avec des fans et copains lpv et j'ai été emballé par la production et le travail sérieux de Fred remplaçant du Maître présent ce jour et toujours aussi charismatique.
    Bonne idée pour l'accompagnement de là tajine,la prochaine fois c'est ch9.
    Encore des belles photos,bravo et à bientôt.

    Posté par Durocher, 25 novembre 2015 à 14:02 | | Répondre
Nouveau commentaire