A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

17 avril 2013

Quatre journées peu ordinaires (3ème jour) : Pécoula

Après une courte nuit (nous sommes rentrés vers 2h du mat' du domaine du Coquelicot ), je prends mon petit déj' avec Franck et Isabelle du Jonc Blanc. Je les abandonne rapidement, car j'ai un rendez-vous au Domaine de Pécoula, situé à 30 km de là (à Pomport). J'en ai lu beaucoup de bien sur le forum LPV. Je voulais me faire ma propre idée.

180

A ce moment-là, je suis presque arrivé. J'ai pris la photo de l'intérieur de la voiture, d'où le petit flou...

181

Peu  dire que ça ne paie pas de mine. Plus embêtant, y a personne... Heureusement, il y a un numéro de portable sur la porte. J'appelle pour signaler mon arrivée. Le propriétaire me répond qu'il arrive de suite. Effectivement, deux minutes plus tard, il est là.  Pas de long préambule, ni de visites du domaine. Il me demande de suite ce que je veux goûter. Je lui dis que ce sont surtout les liquoreux qui m'intéresse, mais je veux bien aussi déguster les blancs secs. Mais pas les rouges (après ma soirée de la veille, pffff...)

183

Blanc sec 2010 (60 % Sauvignon, 35 % Sémilon, 5 % Muscadelle) : nez très typé Sauvignon (bourgeon cassis, agrume). Bouche fraîche et aromatique, bien agréable. Finale avec juste ce qu'il faut d'amertume. Pas mal, mais bon, vu 10 000 fois...

Moelleux 2010 (60 % Sauvignon, 35 % Sémilon, 5 % Muscadelle) :  nez sur la fleur d'acacia, le miel. Bouche ronde, aérienne, légère comme une plume, avec un sucre se faisant à peine sentir. Un peu dans l'esprit de la Rosette faite sur l'autre rive de la Dordogne. Bien agréable. À 5,00 €, rien à redire.

182

Monbazillac 2009 (80 % Sémillon, 15 % Sauvignon, 5 % Muscadelle) : nez bien confit. Bouche fraîche, tendre, et très agréable. On sent à peine le sucre, alors que ce doit être assez riche.  À 7.80 €, c'est vraiment bien.

Monbazillac 2006 cuvée Millénaire : nez intense sur l'orange confite. Bouche droite, longue, avec une très belle liqueur très digeste. Finale aux beaux accents confits. Très bon ! Le prix grimpe pour cette cuvée contenant 200 g de sucres résiduels : 9.50 €  (!)

Monbazillac 2007 Harmonie : nez encore plus confit, avec en plus des notes grillées, vanillées. Bouche riche, intense, avec une grande droiture (très belle acidité). Finale sur l'abricot confit. Un régal. 13.50 €

Monbazillac 2005 Harmonie : nez sur l'abricot, la cannelle, la mangue. Bouche riche, grasse, onctueuse, rôtie, avec une grande fraîcheur. Superbe équilibre, et très beau vin. 15 €

184

Monbazillac Prestige 1999 (environ 250 g / litre de sucre résiduel): nez sur l'orange confite, l'encaustique, le miel de châtaignier, les épices... Bouche de grande intensité, complexe, très onctueuse, et en même temps parfaitement équilibrée. Finale en "queue de paon" qui envoie, presque interminable. Y a du lourd ! 15.50 € (les 50 cl, faut pas déc...)

Monbazillac 2001 Prestige : nez plus frais, sur des notes exotiques (ananas rôti, mangue), miel... Bouche ample, grasse, avec une acidité un peu plus vive, et plus de fruit. Très belle persistance (11,00 les 50 cl).

Je comprends la très bonne réputation du domaine. Les prix sont hallucinants dans le bon sens. Heureusement qu'ils ont une grande surface (33 ha) et une grande clientèle particulière pour s'y retrouver financièrement. En tout cas, tant mieux pour nous, consommateur : on en profite. Mais on en culpabiliserait presque..

185



Commentaires sur Quatre journées peu ordinaires (3ème jour) : Pécoula

Nouveau commentaire