A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

18 juillet 2012

Une journée peu banale à Saint-Émilion

se1

Mon ami Pierre et moi-même ne finirons jamais milliardaires en écrivant des livres sur les châteaux bordelais, mais force est d'admettre que cela nous permet d'avoir un accueil qui sort de l'ordinaire. En me rendant à notre premier rendez-vous à Pressac, je n'ai pu me retenir de faire un détour à Faugères : le soleil levant éclairait merveilleusement la façade Est du bâtiment imaginé par Mario Botta (je n'en reviens toujours pas qu'il ait réussi à imposer le verre à Martini en rive droite !)

se2

A Pressac nous sommes accueillis par Jean-François Quenin avec qui nous évoquons les dernières rumeurs sur le petit monde de Saint-Émilion, mais aussi la mise en œuvre d'un nouveau cuvier permettant de réaliser des vinifications parcellaires.

se3

Dès 9h15, nous démarrons au rouge avec une intéressante "horizontale" de 2007 de micro-vinifications par cépage. J'avoue être tombé sous le charme du Carmenère et du Cabernet Sauvignon. L'assemblage des différents cépages à parts égales est très enthousiasmant même s'il ne représente pas la réalité. 

se4

10h30 : nous sommes à la Gaffelière pour une dégustation parcellaire des 2011. Très instructive car l'on perd un peu ses repères, avec des Cabernet-Franc d'une rondeur tout merlotienne et des Merlot d'une grande Franchise. 

se5

Fin de matinée libre : nous en profitons pour déambuler dans les parcelles d'un domaine mythique, armés d'une carte pédologique pour mieux comprendre les nuances des différents sols (et c'est incroyable de voir les évolutions en quelques mètres!)

se6

Des graves comme cela, il n'y en a pas dans dix châteaux. Et des chais comme ci-dessous qui semblent épouser le ciel encore moins.  Mais oui, vous êtes bien à Cheval Blanc.

se7

Ca ne se voit pas comme cela, mais avant de rencontrer le maître des lieux, nous avons fait un aller-retour sur Saint-Émilion pour casser la croûte en compagnie de David Suire et Cyrille Thienpont (la dream team de Larcis Ducasse/Pavie Macquin/Berliquet ... je cite Berliquet car déjà qu'on n'en parlera pas dans notre livre, alors si je n'en parle pas non plus sur le blog, où va-t-on ?)

se8

Ensuite donc, une petite heure en compagnie de Pierre Lurton. Que dire si ce n'est que cet homme est à l'image des vins qu'il représente : hors du commun. Il ne fait pas deux mètres et ne soulève pas des locomotives. Par contre, son langage, sa gestuelle et même son costume d'une finesse arachnéenne vous laissent sans voix. Le pire est qu'il ne se prend même pas au sérieux – il a un sens de l'auto-dérision très developpé – et il se permet d'être drôle, attachant, ouvert... Limite énervant, mais non, on t'aime, Pierre !

se9

Bon allez, on se calme en buvant un canon. Heu non, en dégustant à Canon. Mais comme nous sommes un peu en avance, nous en profitons pour visiter le cimetière voisin. 

se10

Pendant que Pierre déambule de son côté, je suis irrésistiblement attiré par cette tombe :

se11

Lorsque je lis cette plaque, je pressens le drame. Je la photographie en me disant que je vais "enquêter" pour savoir ce qui est arrivé à Thomas Méneret. Mon ami google m'apprend rapidement que l'homme était journaliste, et qu'il a séjourné en hopital psychiatrique après une tentative de suicide. Durant cette période, il a écrit des lettres à sa mère. Avant une ultime tentative. La dernière et la "bonne". Sa mère a fait un recueil de ses lettres et l'a fait éditer en 2009 (cf cet article). 

se12

Un petit Canon, donc. Enfin plusieurs : 2000, 2008 et 2009. Et un Clos Canon 2008.
Une belle initiation à la subtilité des vins de ce domaine.

se13

Et pour finir, Clos Fourtet en compagnie du très sympathique Tony Ballu et de Daniel Allard.

se14

Nous avons été gâtés puisque nous avons eu droit à une verticale de 10 millésimes du domaine : 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2006, 2008 et 2009 ! Si dans un premier temps, j'ai beaucoup apprécié le 2001 et le 2009 (ma-gni-fi-que et méritant le 100/100 de Parker), l'aération a beaucoup profité au 1998 qui est un très grand vin ! Le 2004 et le 2008 sortent aussi leur épingle du jeu. Moins fan du 2000, du 2003 et du 2006.

se15

Si voulez voir des vraies belles photos, allez voir ICI !



Commentaires sur Une journée peu banale à Saint-Émilion

  • belle journée

    J aurai bien aimé vous servir de chauffeur.....un verre a la main. Belle journée...un reve pour bien des amateurs!!

    Posté par 19survin, 19 juillet 2012 à 21:34 | | Répondre
  • plaisir

    quel plaisir ce reportage. Merci. Et voir ainsi CLos Fourtet repasser au firmament après avoir connu les geoles de l'enfer du landerneau...Toujours de très belles photos.

    Posté par Ripeau, 20 juillet 2012 à 19:45 | | Répondre
  • passion

    Triste destin que celui de ce journaliste. D'après le texte, c'est l'alcool qui a joué en sa défaveur ? Horrible revers de la médaille du plaisir et de la passion du vin.

    Posté par Ripeau, 20 juillet 2012 à 19:48 | | Répondre
Nouveau commentaire