A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

19 mai 2011

Retour à Tirecul la Gravière

001

Le temps qu'il fait ce samedi me rappelle plus la Normandie que la Dordogne. Pourtant, je suis bien à Tirecul la Gravière. Mais bon, ce que m'apprête à boire devrait ensoleiller ma journée :o)

002

Je suis ému de  retrouver cette pièce à la fois simple et raffinée où j'ai eu plaisir à faire déguster les vins du domaine. Sans parler de la joie de revoir Bruno Bilancini

tir1

Claudie n'est point là, grâce à la déco, son esprit planait dans la pièce ;o)

004

Bruno commence à me faire découvrir les 2008 du domaine que j'ai connu dans leur prime enfance. Peu de dire que je les reconnais à peine.

Mademoiselle 2008 (100 % muscadelle) : robe assez pâle. Nez sur l'amande, le citron et les épices. La bouche est ample, avec une matière fine et délicate, très aérienne, avec une fraicheur discrète mais efficace. La finale épicée évoque le calcaire (impression de poudreux/crayeux).

Andrea 2008 (sémillon et muscadelle) : robe plus dorée. Nez assez exubérant mêlant les notes de miel, d'agrume confit, de vanille et de toasté. Bouche plus ample encore, avec une matière mûre et soyeuse et une grande intensité aromatique. Longue finale expressive sur un registre confit/grillé.

Je retrouve aussi avec plaisir le sec 2002 qui me semble toujours aussi vaillant. Robe et nez intense : miel, chèvrefeuille, résine, pointe de truffe blanche. Bouche riche, généreuse et fraîche, avec une droiture inflexible et une finale corsée. Un vin d'amateur au sens noble du terme, idéale avec un homard ou une poularde de Bresse.

005

Puis descente au chai pour déguster à même la barrique. Deux verres, une pipette, un crachoir. C'est parti! Nous commençons par les 2008. Ce qui devrait devenir la cuvée château a une matière fine et soyeuse, équilibrée par une belle acidité. Si le niveau de ce vin est déjà élevé, la version Madame le fait totalement oublier tellement elle est jubilatoire : rien que la sentir est une bonheur rare. Mais en bouche, vous ne pouvez que tomber sous le charme de cet entrelacs de soie sensuelle étiré par une acidité évoquant les plus beaux riesling rhénans. La finale frôle l'interminable. Immense.

011

Le millésime 2009 se présente très bien aussi, dans un style un peu plus tendu, avec néanmoins une matière onctueuse. Une année supplémentaire lui apportera la complexité qui lui manque un peu pour l'instant.

Les 2010 n'ont pas encore fini de fermenter, mais il y a là aussi un potentiel superbe.

J'ai également dégusté deux Monbazillac qui allaient être embouteillés deux jours plus tard. Les Pins 2006, muni d'une fraîcheur citronnée très tonique, et une matière digne de la "cuvée château".  Et le Château Tirecul La Gravière 2007, d'un niveau proche d'une Madame par sa longueur et son "autorité naturelle". 

013

Nous sommes ensuite repassés au salon pour déguster les Madame 2001 et 2005. Peut-être aurions-nous dû les boire avant de descendre au chai, car si je les ai beaucoup appréciés, je n'ai pas retrouvé la magie du 2008 (mais il faut dire que la concurrence est rude).

Nous ne sommes pas fait le coup des adieux, mais juste dits "à demain". Car une invitation m'attend le dimanche chez les Bilancini (to be continued)

012



Commentaires sur Retour à Tirecul la Gravière

  • souvenirs

    voilà qui me rappelle de bons souvenirs de visite avec un pique-nique champêtre des plus sympa.
    amitiés
    Didier

    Posté par didier, 19 mai 2011 à 13:24 | | Répondre
  • Hello Eric... Et Didier,

    Et oui, bons souvenirs de ce pique nique. Il y a presque 2 ans.
    Les bouteilles sont bues pour celles qui devaient l'être, et à la cave pour celles qui doivent attendre. A bientôt

    Posté par laurent75005, 19 mai 2011 à 14:39 | | Répondre
Nouveau commentaire