A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

12 septembre 2010

Combrillac : un (futur) grand du Bergeracois

001

Je viens de me faire doubler par Jacques Dupont, et ça me met les nerfs. Alors que je tenais un scoop sur LE domaine bergeracois qui monte, voilà-t-y pas qu'il y consacre une partie de son article sur cette appellation dans le dernier numéro du Point, avec une photo du jeune prodige (Florent Girou*).  Bon, pour se consoler, l'autre domaine qu'il met en avant est le Jonc Blanc, dont je disais déjà le plus grand bien dès 2007. Rhaaaa, ce Jacques Dupont, quel suiveur....

Ceci dit, les lecteurs attentifs auront tilté au nom de Combrillac. J'en ai parlé il y a un bon mois, car Florent Girou était venu à la maison et m'avait apporté une bouteille. J'avais alors écrit: 

château Combrillac "l'inédit" 2005. Un vin que je place à l'aveugle dans le Médoc, car il sent le BEAU cabernet sauvignon. Normal : il ne contient quasiment que cela et provient de côteaux de graves exposés plein sud. Un vin plein de fruit et de noblesse, des tannins denses et veloutés, une grande rectitude. L'un des plus beaux Bergerac rouge que je n'ai jamais bu.

025

C'est d'ailleurs la dégustation de ce vin qui m'a décidé à me rendre au domaine afin de découvrir les lieux et les autres cuvées. Et je n'ai pas été déçu.

005

De chez moi, il faut un petit quart d'heure pour s'y rendre, à travers vignes et bois. A un moment, on débouche sur un coteau qui domine la vallée de la Dordogne. Je suis arrivé. Florent et son père sont en pleine maçonnerie : il faut construire un local pour le pressoir pneumatique avant le début des vendanges. 

Après avoir fait les présentations, Florent m'emmène faire un tour du vignoble, en me montrant les différentes situations géologiques (soit le plateau, carrément argileux, soit le rebord de coteau ou les graves sont plus affleurantes). Les vignes sont enherbées, y compris sous le rang, les rognages limités, l'effeuillage a minima. 

006

La Tenuta la Novella où Florent exerce aussi ses talents est en bio, et cela inspire Florent, autant dans la vigne que pour les matériaux de construction du nouveau chai à barrique (briques monomurs, chaux, laine de chanvre).

007

Le sémillon est au centre des attentions du domaine : c'est lui qui participe majoritairement à l'assemblage de la Rosette, une micro-appellation bergeracoise qui comprend moins de 10 producteurs. Des vignes quasi-centenaires permettent de faire une sélection massale pour remplacer les pieds manquants.

Mais nous avons aussi goûté le sauvignon qui sera vendangé la semaine prochaine, car il "pète le fruit". Cela ne dure qu'un temps, et ce serait dommage de le laisser s'échapper.

008

Retour au chai, qui n'a rien d'exceptionnel, mais qui a tout ce qu'il faut pour produire de bons vins, comme ces cuves qui sont aussi larges que hautes, permettant une bonne surface de contact entre le marc et le moût. Le pressoir évoqué plus haut est un modèle pneumatique, ce qui permet d'effectuer des pressurages en douceur.

010

Nous finissons la visite dans la salle d'accueil où je fais une dégustation exhaustive.

Blanc sec 09 (50% sauvignon, 50% sémillon): nez frais sur le zeste d'agrume, le menthol et le bourgeon de cassis. Bouche ronde, assez ample, avec une bonne fraîcheur. Fin droite et nette. 

Blanc sec "Inédit" 09 (100% sauvignon) : nez plus riche, plus expressif sur le pomelo, les fleurs blanches. Bouche élancée, plus ample, plus grasse, avec de la profondeur. Finale intense d'une noble astringence sur l'écorce d'agrume. 

Blanc sec "inédit" 06 (100% sauvignon) : robe beaucoup plus dorée. Nez évolué et complexe sur l'orange confite, la pêche, le miel, la pâte d'amande... Bouche à la fois grasse et tendue, d'une grande densité aromatique, avec quelque chose de vibrant. Vin riche, mais sans aucune lourdeur. Finale persistante sur le zeste d'orange et les épices. Un régal (ne vous précipitez pas, j'ai acheté les dernières bouteilles...)

012

Bergerac rosé 2009 (issu de pressée, cabernet franc) : joli nez frais et fruité. Bouche très ample, toute en rondeur, avec une fine acidité qui équilibre parfaitement le vin. Grande fraîcheur. Une belle réussite.

009

Bergerac rouge 2009 : nez réduit, mais on perçoit derrière un joli fruit frais (mûre, framboise). Bouche ronde, souple, très digeste,  avec une petite mâche en finale. Sympa. 5

Bergerac "Inédit" 2008 (90% cabernet sauvignon, 10% merlot): nez intense sur le cassis, le poivre, les épices. Bouche ample, douce et droite, aux tannins soigneusement polis. Un ensemble d'une grande fraîcheur qui se conclue sur une finale prégnante, marquée par le cassis frais et le menthol.

Bergerac "Inédit" 2006 (90% cabernet sauvignon, 10% merlot): nez doux et fin d'abord sur le moka, puis arrive la terre fraîchement remuée, les fruits noirs, quelques épices. Bouche droite, tendue, avec une matière dense, savoureuse et des tannins bien fondus, se concluant sur une finale fraîche, d'une grande rectitude.

Bergerac "Inédit" 2005 (50% cabernet sauvignon, 50% merlot) : cette bouteille me semble différente de celle que j'avais bu un mois plus tôt, plus évoluée (bouchon ?) même s'il n'y aucune déviance constatable. Nez sur la crème de fruits noirs, la confiture de figue. Bouche ample, bien mûre, avec des tannins veloutés et une belle tension sous-jacente. Belle finale sur le cassis poivré.

014

Rosette 09 (70% sémillon, 20% sauvignon, 10% muscadelle, environ 30 g de sucre résiduel) : robe or pâle. Nez sur la fleur d'acacia, la pêche, le miel. Bouche douce, légèrement moelleuse, avec un léger perlant qui titille les papilles. Finale fraîche sans sucrosité, avec une astringence désaltérante. Charmant.

Conclusion : un domaine que je trouve prometteur à plusieurs titres. D'abord l'on sent qu'il y a un gros potentiel en dégustant les Inédits rouges. Le cabernet sauvignon a ici un terroir d'élection, et Florent réussit à le mettre en valeur, en y allant doucement sur les extractions et un élevage qui reste discret. Le blanc sec, s'il a un intérêt limité lorsqu'il est très jeune, évolue d'une façon remarquable (cf le 2006). Le plus intéressant étant que Florent ne se satisfait pas totalement de la qualité actuelle, et qu'il fait tout à la vigne et au chai pour s'améliorer dans les années qui viennent. A suivre de près, donc... 

(Nota : la gamme de prix va de 5 à 9 €).

______________________________________

* Ingénieur agronome et oenologue de formation, Florent a exercé ses talents en plusieurs points du globe. Il a réalisé en 2005 un film documentaire avec Etienne Besancenot, "les voix du terroir" (30.000 kms en avion, 150 acteurs du vin interviewés) qui permet de mieux comprendre comme ce mot peut être perçu à travers le monde. Il partage aujourd'hui sa vie entre la Tenuta la Novella (Chianti) dont il est le directeur technique et le Château Combrillac, domaine qu'il a tenu à garder dans la famille.

011

Tous les renseignements sur leur nouveau site

www.combrillac.fr



Commentaires sur Combrillac : un (futur) grand du Bergeracois

    BRAVO

    Bonjour et bravo pour votre nouveau job !
    J'espère que vous continuerez à nous envoyer vos messages tant gastronomiques que touristiques superbement réalisés, mais je saurai attendre le temps qui vous sera nécessaire pour prendre vos marques en pays normand - mais comme c'est un retour, cela ne devrait pas être trop long ! -
    J'espère que vous recevrez ce mail, les précédents semblent ne pas vous être parvenus - je me suis sans doute mal débrouillée !
    J'aimerais recevoir votre livre sur les crus médocais, je vous remercie d'avance de me contacter à ce sujet !
    Bien cordialement et encore une fois toutes mes félicitations,
    Danièle la charentaise

    Posté par MAITREAU Daniele, 13 septembre 2010 à 09:45 | | Répondre
Nouveau commentaire