A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

07 mars 2010

L'Allemagne : l'autre pays du riesling

058

Même si c'est un peu provoc, le parallèle avec l'autre pays du fromage ne manque pas de pertinence. Le vin allemand est à peu près aussi bien considéré en France que le fromage hollandais. Et pourtant, il y a des vieux goudas hollandais superbes... et des rieslings allemands d'une beauté et d'une pureté inouïes (sans oublier des pinots noirs magnifiques, mais c'est une autre histoire).

J'avoue avoir eu beaucoup de chance : c'est Marc Kreydenweiss qui m'a fait découvrir ces vins en 96 alors que je travaillais chez lui. Et j'ai eu tout de suite droit à ce qu'il se fait de mieux outre-rhin : Georg Breuer et Egon Müller. Comme initiation, on fait pire ;o)

 

Mais venons-en à cette soirée de mercredi dernier. Le plaisir était d'autant plus grand que nous ne savions pas du tout ce qui nous attendait. En effet, depuis la nouvelle saison, c'est la surprise à chaque fois au  QSCB, et c'est très bien ainsi.

059

061L'entrée en matière s'est faite avec des bulles. Ce n'est d'ailleurs pas ce qui manque dans le verre. On est loin du fin cordon central : il y en a PARTOUT. Nombreuses et très nerveuses (mon pauvre appareil photo ne suit pas le rythme...). Sinon la robe est d'un beau jaune paille, limite fluo. Le nez est sur l'écorce de citron confit, avec un soupçon de fleur de tilleul. La bouche est assez ample, mais surtout d'une vivacité exacerbée, avec une acidité vraiment tranchante. Et je ne vous raconte pas les milliers de p'tites bulles qui explosent ici et là. Vous vous en prenez plein la figure bouche. La finale qui mêle amertume et astringence vous achève définitivement. Pour tout dire, je n'ai pas fini mon verre.

Peut-être que ce vin correspond à un certain goût allemand. Mais amateur de champagnes fins, élégants, à la bulle caressante, j'ai un peu de mal.  C'est un Rheingau Riesling Sekt Brut 2007 de Langwerth von Simmern.

063Riesling Würzburger Innere Leiste Trocken 2006
, Weingut Am Stein : robe or pâle. Nez sur le citron et sur l'aiguille de pin. Bouche de belle ampleur, avec une matière puissante, dense, presque tannique, et une finale possédant une mâche "calcaire" qui m'évoque un Corton Charlemagne. On a autant l'impression de manger que de boire. Après renseignement, on est bien sur du calcaire : le fameux Muschelkalk. La parcelle d'où provient ce vin est l'une des meilleures de la région Franken, et mérite de produire à ce titre un grand cru (grosses Gewächs).

stein

parcelle d'Innere Leiste

062Riesling Erbacher Marcobrunn 2007, Baron von Knyphausen (Rheingau) : robe plus intense. Nez fin et complexe sur la rose, la violette, le miel et même des fruits rouges. Bouche douce, délicate, avec un gras subtil, et une allonge qui vous emmène vers une finale tonique, marquée une noble amertume. Un vin classieux et envoûtant. Un des mes (nombreux) coups de coeur de la soirée. Le prix est d064e 20€, ce que je trouve bien placé au vu de la qualité.

Schlossböckelheimer Felsenberg Riesling trocken, Weingut Dönnhoff (Nahe) : robe pâle. Nez fin, sur la pêche, l'orange et la résine. Bouche ronde, légèrement perlante, avec un côté vif et rafraîchissant sur le citrus. Finale astringente, agréablement salivante.

065Ungeheuer Riesling grosses Gewächs 2006, Georg Mosbacher (Pfalz) : robe d'un or intense. Nez sur la cire, l'hydromel, la résine de pin. Bouche ample, douce, avec une matière fine et soyeuse, légèrement grasse, portée par une acidité de haute volée. C'est très très long. D'une persistance incroyable. Je suis tombé amoureux de ce vin (je m'en suis resservi avec bonheur). Son prix : 30€. Pas donné bien sûr, mais je connais peu de vin de cette qualité à ce prix.

067Pechstein Forst Riesling grosses Gewächs 2007, Reichsrat von Buhl (Mittelrhein) : robe paille. Nez fin et élégant sur l'écorce de citron et les fleurs blanches, avec une petite touche terpénique. La bouche est toute en longueur et en concentration, affutée comme une lame d'acier. C'est réellement impressionnant. D'autant que la finale est d'une tonicité rare (décapante, ai-je écrit). Bu le lendemain, le monstre s'était assagi. Il avait gagné en rondeur et en complexité. A signaler qu'il provient d'un terroir basaltique (ancien volcan).

069Niersteiner Hipping Spätlese Riesling trocken 2007, weingut Manz (Rheinhessen) : robe paille. Nez plus ample, sur le miel, la pêche jaune, la cire d'abeille. Bouche vive, perlante, avec une matière dense, charnue. Finale tendue, très sèche, qui "arrache" (sic). Encore un p... de caractère ! Le vignoble est situé sur des schistes rouges.

070Riesling Herrenberg Spätlese Trocken 2007, Maximin Grünhaus (Mosel Saar Ruwer) : nez sur des notes minérales (coquille d'huître, hydrocarbure) souligné par le zeste d'agrume. Bouche ample, finement perlante, avec une matière savoureuse, mâchue,à la limite du tannique (calcaire encore ?). Finale marquée par l'astringence de l'écorce d'agrume, avec un retour sur la coquille d'huître. A priori, encore un vignoble sur schistes rouges. Comme quoi... A noter l'étiquette dans le plus beau style germano-craignosse (cliquer dessus pour profiter des moindre détails).

071Riesling  alte Reben Mandelberg 2007, Philipp Kuhn (Pfalz) : nez plus confit, avec des notes miellées et terpéniques. Bouche de grande ampleur, avec une matière ronde, fruitée, généreuse, évoquant une roussanne castelpapale (pêche, abricot), si ce n'est que l'acidité  veille et équilibre parfaitement l'ensemble. Très belle finale délicieusement astringente. Un coup de coeur de plus ! Et à 18€, c'est encore un très bon rapport qualité/prix.

072Scharzhofberger Riesling Pergentsknopp 2007, Van Volxem (Saar) : nez sur l'écorce de pomelos, et une pointe de résine de pin. Bouche ample, avec une matière riche, onctueuse, soulignée par une acidité bien intégrée. Finale ébouriffante, mêlant magistralement amertume, astringence et notes terpéniques, vous laissant coi (32 €, bien mérités).

Scharzhof Riesling QbA 2007, Egon Müller scharzhof (Mosel Saar Ruwer) : très joli nez sur la rose, le citrus et la verveine. Un peu de résine, aussi. Bouche fine, tendue, avec une acidité faisant office de colonne vertébrale. et une matière légèrement grasse et perlante. Finale très astringente (mais dieu que c'est bon !) sur l'écorce de citron. A 16 €, c'est irréprochable !

Scharzhofberger Riesling Kabinett 2007, Egon Müller scharzhof (Mosel Saar Ruwer) : ah ben voilà un riesling qui pétrole (le premier de la soirée!). Y a un peu de citron, aussi. Une fois que l'on ne pense plus  au côté franchement perlant qui peut agacer (pas moi), on se régale de cette bouche mâchue, puissante, d'une intensité bouleversifiante, mais aussi  vive, tonique, stimulante ... énergisante ! La finale est tannique, astringente, marquée par la citronnelle et dieu que c'est bon ! J'A-DORE !!! (à 35€, c'est là encore irréprochable, limite cadeau pour le bonheur offert).

Reste à souligner que c'est tout de même très particulier, et que ce n'est pas forcément le vin à servir à l'apéro à l'oncle Maurice. Il est capable de vous dire qu'il a tous les défauts du monde...



Commentaires sur L'Allemagne : l'autre pays du riesling

  • l'autre pays?

    Je dirais, que l'Allemagne, c'est "LE" pays du Riesling - et cela ne pas par chauvinisme, mais ayants eu la chance de gouter des merveilles dans toute la gamme, et souvent déjà dans la fourchette de prix entre 7 et 12 €, qui m'ont enchantés.

    C'est vrai, que c'est difficile, de les trouver en France - et pourtant, on peut en commander facilement en direct chez les vignerons de Moselle par ex., à des prix de transport défiant tous qu'on peut trouver en France.

    Si tu veux des adresses...

    Posté par Iris, 06 mars 2010 à 17:01 | | Répondre
  • LE pays plutôt

    complètement d'accord avec Iris, la France (enfin l'Alsace) c'est l'autre pays du riesling (2000 ha en Fr ?).

    Les vignobles de Mosel-Saar-Ruwer sont splendides (regroupés sous le nom unique de Mosel depuis quelques années). Mais le Mittelrhein est superbe aussi, le Rheingau, ...

    petit vignoble par rapport à la France, mais grand vignoble tout court !

    amicalement,
    Laurent

    Posté par laurentp, 06 mars 2010 à 17:33 | | Répondre
  • Iris,

    je veux bien connaître tes adresses, les choses évoluent, je ne suis pas retourné sur place depuis quelques années. Par mail privé peut-être pour ne pas surcharger les correspondances de cet article peut-être.

    Danke,
    Lorenz

    Posté par laurentp, 06 mars 2010 à 17:56 | | Répondre
  • Un raport bien fondé sur cet degustation exceptionelle.
    Il est tres interéssant d'avoir une perspective française sur le riesling allemand. Et je crois, que votre impression de ces vins n'est pas tres different de celle d'un amateur de riesling en Allemagne.

    En effet le "Sekt" de Langwerth von Simmern ne peux pas enthousiasmer du tout. Mais il faut dire que le riesling de cette domaine s'améliore les dernières années.

    Le "Weingut am Stein" est actuellement peut-être le meilleur domaine de Würzburg. Mois je prefaire le silvaner ici, qui est tres bien (mais c'est devient un autre degustation ). Néanmoin les arômes calcaires et iodés (?) sont tres jolie.

    Et le "Ungeheuer" ,c'est-à-dire "monstre" en francais , du domaine Mosbacher est uncroyable, n'est pas? Il bénéficie beaucoup de aérer et decanter et je pense que c'est un vin qui peut vieillir plusieurs années.

    Merci beaucoup Eric
    Matthias

    Posté par Matthias, 07 mars 2010 à 18:17 | | Répondre
  • J'en salive... Tu m'avais donné l'adresse d'un caviste (dans la Drôme) spécialiste des vins allemands, mais comme mon ancien mail n'est plus vraiment opérationnel, je ne l'ai plus, pourrais tu stp me la redonner ?

    Posté par Tiuscha, 10 mars 2010 à 21:10 | | Répondre
Nouveau commentaire