A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

09 novembre 2009

Les Ormes de Pez : un accueil unique !

013

L'histoire démarre il y a une quinzaine de jours. Je rencontre Jean-Michel Cazes pour évoquer ensemble mon futur professionnel. A la fin de notre échange, il me dit que ce serait bien que j'en discute avec sa fille Marina. Je lui répond que je retourne le 5 novembre dans le Médoc pour une dégustation à Cos d'Estournel et une soirée à Millésima. Coup de fil à Marina : elle n'est pas disponible le 5, mais par contre, c'est possible la veille. Jean-Michel Cazes propose donc de m'héberger le 4 au soir aux Ormes de Pez, propriété familiale qui fait maison d'hôtes. J'accepte avec plaisir cette invitation. Et voilà comment je me retrouve mercredi  soir dernier dans ce domaine réputé de Saint-Estèphe ;o)

008

La personne chargée de l'accueil attendait ma venue pour me montrer ma chambre. Je ne serai pas dérangé par les voisins : je suis le seul occupant du château ce soir. Après m'avoir fait visiter les lieux, elle me confie les clés de la bâtisse et me souhaite une bonne soirée.

005

La chambre est tout ce qu'il y a de confortable. Le lit est somptueux (autant le matelas d'une épaisseur impressionnante que la couette ultra douillette). La salle de bain est irréprochable. Et puis une belle télévision à écran plat, l'accès WI-FI... Que demande le peuple ?

007

006

easyJe profite de l'accès à internet pour consulter mes mails, faire un tour sur mon forum favori. Et puis je décide de faire un petit tour du propriétaire. Je tombe sur une grande salle de séjour munie d'une belle bibliothèque. Je ne suis pas vraiment surpris de tomber sur Easy Marx. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser supposer, ce n'est pas la version anglaise de Karl Marx expliqués aux nuls mais un livre de cuisine écrit par Thierry Marx, le chef charismatique de l'hôtel-Restaurant Cordeillan-Bages, autre propriété de Jean-Michel Cazes. Carossé comme un frigo avec sa couverture épaisse et lavable, ce livre propose 500 recettes mises à la portée de la cuisinière, avec des astuces vraiment intéressantes. J'ai emmené le livre dans ma chambre et passé ma soirée à le consulter avec beaucoup d'intérêt. Et me suis quasiment endormi dessus ;o)

010

Le matin se lève, avec une splendide lumière. La journée est prometteuse. Je fais un petit tour dehors pour photographier le château superbement éclairé (photo en haut de l'article). Je passe devant la salle à manger et voit que mon petit déjeuner m'attend.

012

C'est assez classique et copieux : pain au chocolat, croissant, pain, beurre et confiture, avec jus d'orange et café. De quoi tenir la matinée sans petit creux.

  017

A 9h30, je dois rencontrer Nicolas Labenne, le directeur technique de Lynch-Bages ... et des Ormes de Pez. Je l'ai déjà rencontré à plusieurs reprises dans le cadre du chapitre consacré au cru classé dans notre livre sur le Médoc. Aussi a-t-il accepté tout de suite lorsque je lui ai demandé de me faire visiter la propriété.

024

Connaissant mon intérêt pour les terroirs, il me propose d'abord de faire un tour des différentes parcelles du domaine. Les 40 hectares sont répartis sur l'ensemble de l'appellation. Les parcelles les plus à l'est sont sur sur des sols de graves. Plus on monte au nord et à l'ouest, plus l'argile montre son nez. Il suffit de faire parfois quelques mètres pour voir les sols changer du tout au tout. Mais aussi la végétation : il est des endroits ou les vignes ont déjà gelé et les feuilles sont tombées. Et d'autres plus privilégiés où les vignes sont encore parées de leur habit d'automne.

027

La photo ci-dessus a été prise sur la parcelle la plus au Nord de Saint-Estèphe. En bas de pente commence le marais de Reysson et les vignes que l'on aperçoit au loin sont celles du château Verdus, en appellation Haut-Médoc. En haut de cette croupe; il y a de belles graves qui conviennent bien au cabernet sauvignon. En bas de pente, l'argile domine. Le merlot prend alors le relais.

030

Nous visitons ensuite le cuvier dont les installations semblent avoir été calquées sur celles de Lynch-Bages. Pas vraiment surprenant en soi...

033

Puis nous faisons un tour dans un petit chai à barriques spécialement chauffé où  environ 30% des vins de chaque lot font leur fermentation malolactique. Elle est d'ailleurs achevée, ce qui nous permet de faire une dégustation par cépage du millésime 2009.

Petit verdot : nez de fruits noirs très mûrs et d'épices chaudes. La bouche est vive, intense, concentrée, et d'une belle gourmandise. Très grande persistance.

Cabernet franc : bouche ample, avec une chair, un fruit, une profondeur ... d'une justesse, d'une subtilité incroyables vu la grande jeunesse de ce vin. Il provient de vieilles vignes situées à côté du cimetierre de Saint Estèphe.

Merlot : la bouche est plus charnue, avec un fruit intense, puissant, mais l'ensemble est moins subtil pour l'heure que le vin précédent. Le sol argileux n'y est pas étranger.

Cabernet sauvignon (graves argileuses) : bouche plus élancée, reposant sur une trame acide. L'argile lui apporte une mâche importante (mais les tannins sont bien mûrs).

Cabernet sauvignon (graves) : bouche plus tonique encore, avec plus de finesse dans les tannins. Très joli fruit et une fraîcheur éclatante. Très beau vin en devenir.

035

Nous changeons de bâtiment et nous dirigeons vers le "vrai' chai à barriques. Ce n'est pas le bâtiment ci-dessus qui est ancien bâtiment agricole (séchoir).

036

Non, nous ne recommençons pas une nouvelle dégustation du millésime 2008 qui repose ici. Il ne faut pas exagérer, non plus ;o) D'abord parce que Nicolas Labenne doit repartir travailler. Et que j'ai une autre dégustation qui m'attend au sud de Saint-Estèphe.

037

Pour terminer, nous faisons un tour dans le parc du château où nous parlons de l'avancement du livre. Celui-ci, tranquillement, approche de la fin. Les visites des domaines se terminent ; il reste quelques chapitres à terminer. Et malgré tout plein de petits détails à peaufiner...

041

Il est temps de se séparer. Je remercie Nicolas Labenne ainsi que la famille Cazes pour cet accueil privilégié, qui prouve que l'hospitalité n'est pas un vain mot en terre médocaine. Direction Cos d'Estournel pour une dégustation toute aussi intéressante...

054



Commentaires sur Les Ormes de Pez : un accueil unique !

  • Luxe, calme et volupté

    Dommage, Karl Marx dans une chambre pareille... il s'en serait sûrement retourné dans sa tombe !
    Un peu lunaire les rangs ?!

    Posté par J-C, 09 novembre 2009 à 09:15 | | Répondre
Nouveau commentaire