A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

30 octobre 2009

Mijotée de queue de boeuf & purée de céleri rave

066

Lorsque je débarque samedi dernier chez mon boucher, je ne suis pas vraiment fixé sur ce que j'allais lui acheter. Et puis voilà que je vois des tronçons de queue de boeuf joliment ficelés en rosace. C'est cela qu'il me faut ! Ni une ni deux, je lui ordonne de décrocher le précieux colis, le paie et l'embarque chez moi pour l'accommoder.

Simple is beautiful
. Tel est le mot d'ordre du jour. La queue du boeuf, ça se suffit à elle-même. Pas besoin de tralala. Dans une grande cocotte, je fais revenir avec un peu de graisse de canard mes tronçons sur toutes leurs faces, mais aussi deux moitiés d'oignons (uniquement du côté coupé jusqu'à ce que soit bien doré). Puis je couvre d'eau et j'ajoute un bouquet garni en infusette (très pratique). On pose le couvercle et on laisse mijoter à feu très très doux pendant 4 heures.

J'ai ensuite retiré mes tronçons, fait réduire de moitié le jus de cuisson. Puis je l'ai laissé reposer sur le rebord de fenêtre pour la nuit pour le dégraisser.

Le lendemain, j'ai récupéré toute la viande possible sur mes tronçons. Dégraissé mon jus devenue gelée. Puis j'ai réuni la viande et la gelée, et laissé de nouveau compoter ensemble deux petites heures.

Il me restait à trouver l'accompagnement. J'aurais pu faire une simple purée de pommes de terre. Mais je pensais que l'on pouvait faire un peu moins classique (même si ce n'est pas des plus destroy...). Une purée de céleri.

J'ai donc épluché celui-ci, l'ai coupé en morceaux réguliers puis les ai versés dans un mélange de crème liquide et de lait (moitié-moitié). J'ai aussi ajouté un peu de sel et de noix de muscade. Cuisson à couvert durant 30 minutes. J'ai ensuite mixé mes légumes avec un peu de lait crémé et de jus de boeuf. Et réservé le reste du lait pour une entrée improvisée (à paraître demain).

Il n'y avait plus qu'à servir.

065

Ayant ouvert (et non achevé) une bouteille de blanc au repas précédent et étant absent les jours qui suivaient, j'ai pris la lourde décision de ne pas ouvrir de bouteille de vin rouge (je n'aime ni gâcher ni me murger). Mais rien ne vous oblige à faire la même chose. Je vois bien un Crozes-Hermitage avec ce plat. Ou un Givry de Joblot.



Commentaires sur Mijotée de queue de boeuf & purée de céleri rave

    Pour trois grands mangeurs (deux tu connais) combien de queue de boeuf? Je n'ai jamais cuisiné ce morceau et tout le monde dit que c'est suculent.

    Posté par maloud, 30 octobre 2009 à 14:03 | | Répondre
  • je pleure de ne pas gouter ...............apres lecture

    Posté par numidia, 30 octobre 2009 à 22:51 | | Répondre
  • j'adore ce morceau mais je ne l'ai jamais marié avec le céleri ....
    comment vas tu ?

    Posté par Marie, 31 octobre 2009 à 18:30 | | Répondre
  • La simplicité de cette recette me tente bien, je verrais bien ça avec un Anjou Rouge, Les Gelinettes de Mark Angeli, ouais... ça me tente bien !

    Et BRAVO pour votre blog, un vrai plaisir à lire le soir après une journée de travail.

    Posté par bulwa, 01 novembre 2009 à 01:59 | | Répondre
  • tu sais rendre appétissant cette viande que j'aime bcp. la double cuisson est intéressante. et la purée de celeri irrésistible avec cette viande (je te conseille la patate douce aussi avec cette viande)

    Posté par marie, 04 novembre 2009 à 10:50 | | Répondre
  • Je vais adorer. La queue de boeuf un délice et avec une purée de céleri ça va vraiment le faire

    Posté par charyb, 12 mars 2010 à 15:14 | | Répondre
Nouveau commentaire