A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

10 mai 2009

"De torrente in via bibet" ou la délectation morose

bibetC'était il y a une vingtaine d'années. J'écoutais Philippe Meyer qui avait une émission sur France Musique - en plus de la chronique qu'il tenait sur France Inter - et le thème du jour était la délectation morose. Il illustrait celle-ci par des exemples, et l'un me frappa comme la foudre quand je l'entendis (appuyer ICI et revenir au texte en laissant la musique tourner).

Ces deux voix déchirées qui s'entrecroisent sont d'une tristesse absolue, et en même temps, on ressent une jubilation inouïe à les écouter tellement c'est beau, profond, sublime. Certainement l'un des sommets de l'histoire de la musique, particulièrement dans cette version de Gardiner qui a une trentaine d'années, mais n'a jamais été égalée depuis.

En cadeau bonus, une autre merveille illustrant à perfection cette délectation morose : le "qui est homo" du stabat Mater de Pergolese, dans la version Jacobs/Henning. Magnifique. C'est ICI.



Commentaires sur "De torrente in via bibet" ou la délectation morose

  • Bonjour Eric,

    C'est super beau, cet extrait, mais, malgré que je sois enregistrée sur Deezer, je n'arrive guère plus loin que la moitié du morceau de musique. C'est normal?
    Bon dimanche ensoleillé(?)

    Posté par daminou, 10 mai 2009 à 10:06 | | Répondre
  • D'accord à 100 % pour la version Gardiner.
    C'est l'aspect le plus aride de la délectation morose, qui a aussi un versant plus fleuri, mais tout aussi poignant, avec Gesualdo. Mais le prince-assassin est aussi plus cruel

    Posté par Olivia_Mohune, 10 mai 2009 à 11:29 | | Répondre
  • Je comprends ce que tu veux dire par ce mélange de mélancolie et de jubilation, et je partage.. merci !

    Posté par Tiuscha, 10 mai 2009 à 13:42 | | Répondre
  • super beaux

    Posté par mariedines, 11 mai 2009 à 08:56 | | Répondre
Nouveau commentaire