A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

13 février 2009

Bar cuit "à l'assiette" au basilic, pousses d'épinard

P2110392

Suite de l'entrée d'hier, nous continuons avec le même filet de bar. Content du résultat lors de mon premier essai, je renouvelle ce mode de cuisson  conseillé par Jean-François Piège. C'est vraiment très simple : vous huilez un filet de poisson sur ses deux faces. Vous le posez sur une assiette et la recouvrez d'une autre. Et faites cuire le tout 3mn sur une casserole d'eau bouillante. Puis vous retournez ensemble les deux assiettes, et c'est reparti pour 3mn.

J'ai "complexifié la recette en mélangeant avec mon huile d'olive un peu de pesto (classique, à base de basilic). Et j'ai passé cette huile parfumée au pinceau sur mon filet.

Je m'en suis resservi ensuite pour parfumer les pousses d'épinard crues qui accompagnaient le plat (évidemmment, le pesto était tombé au fond, ça fait donc un peu "désordre"...).

Je vous préviens. Il y a un épongeage d'assiette à prévoir (avec de l'essuie-tout). Et pour enlever l'eau qui apparaît dans l'assiette, et pour enlever la substance blanche qui ressort du poisson. Mais comme l'assiette est bien chaude, et le poisson aussi, ça ne refroidit pas pendant cette opération ;o)

En tout cas, la cuisson est parfaite. Le poisson est moelleux et ferme à la fois, et délicatement parfumé au basilic. J'allais oublier : j'ai mis quelques gouttes de citron dessus avant de servir.

Cela fait une recette très légère, qui est parfaite pour un soir lorsqu'on veut bien dormir ;o)

P2110391

J'ai évidemment bu le même vin qu'hier.



Commentaires sur Bar cuit "à l'assiette" au basilic, pousses d'épinard

  • j'adore ce mode de cuisson simple et presque inratable...

    Posté par veronica, 13 février 2009 à 09:50 | | Répondre
  • ah ces photos qui viennent en appui des recettes formidables de simplicité mais de gout maximum. je vais la faire ce week end
    .

    Posté par Nadine Kintzinge, 13 février 2009 à 10:36 | | Répondre
  • excellente recette , Eric , évidemment(J-F Piège est une "pointure" !), mais très égoïste ! Pouvez-vous imaginer la taille du piano nécessaire à ce mode de cuisson si vous avez une dizaine d'invités ? Vous me répondrez qu'on peut juxtaposer les filets de bar , mais là , c'est la taille de l'assiette qui prend des proportions préoccupantes ! A réserver pour les diners en solitaire , ou en amoureux !

    Posté par jean-charles, 13 février 2009 à 12:25 | | Répondre
  • Depuis que tu as publié ce mode de cuisson, je le pratique souvent. Nous ne sommes que trois presque toujours.

    Posté par maloud, 13 février 2009 à 14:05 | | Répondre
  • Ce mode de cuisson que pratiquait déjà ma grand-mère (elle appelait ça le « filet de sole régime ») a un autre avantage non négligeable : aucune odeur intempestive de poisson !

    Posté par OliviaMohune, 13 février 2009 à 16:51 | | Répondre
  • Comme quoi pas besoin d'avoir le dernier matériel pour se faire plaisir et faire une cuisine gouteuse.
    Tres belle interpretation de cette recette.

    Posté par stephane, 13 février 2009 à 20:46 | | Répondre
  • Connaissais pas mais puisque je suis de virée aux Sables ce we, vais tenter le truc.
    Merci pour ce tuyau !

    Posté par J-C, 14 février 2009 à 07:34 | | Répondre
  • il ne faut pas s'imaginer avoir inventé l'eau chaude, c'est tout bonnement le principe de cuisson à la vapeur!!!

    Posté par polonisation, 16 février 2009 à 10:44 | | Répondre
  • Très ingénieux ton cuit vapeur. Je n'y aurai jamais songé ! et en plus l'assiette est chaude pour le service

    Posté par eglantine, 17 février 2009 à 12:38 | | Répondre
Nouveau commentaire