A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

01 février 2009

Belle dégustation autour du millésime 1990

P1310293

Bon allez, c'est promis, après ce billet, je ne parlerai plus vin pendant quatre jours (plus, c'est difficile)! Mais je ne vous embête pas pour rien, puisque c'est une dégustation autour de quelques Bordeaux de 1990, l'un des plus beaux millésimes des 20 dernières années.

P1310294


Comme cela est souvent arrivé, l'idée de cette dégustation est née sur le forum La Passion du Vin, qui porte si bien son nom. Philippe, un peintre ayant une galerie sur Mérignac, a proposé aux amateurs intéressés d'amener et de partager avec lui des Bordeaux du millésime 1990. Ayant déjà bu les quelques 90 que j'avais en ma possession - ils sont si bons, seigneur! - j'avais proposé d'amener autre chose pour remplacer. En l'occurence une Grande Dame de Veuve Cliquot ... 1990! Proposition acceptée. Et ainsi me suis-je trouvé embarqué dans cette belle galère et je ne le regrette pas une seconde...

P1310288Afin d'attendre les retardataires, nous nous faisons la bouche sur un vin "bonus" encore dans la fleur de sa jeunesse. Pavie Maquin 2002. Le nez est sur la mûre et le cassis, très légèrement épicé. La bouche est ronde, veloutée, avec un beau fruité. Il faudra encore quelques années pour que les tannins se fondent totalement et que le tout se complexifie, mais c'est déjà bien agréable!

Ca ne rate pas : le fait d'avoir servi le vin fait immanquablement arriver les retardataires  dans les 5 minutes qui suivent. A peine assis, leurs verres sont remplis. On laisse tout de même à Christian le temps de préparer ses bouteilles pour la dégustation, et nous démarrons!

P1310285La Grande Dame 1990, Veuve Cliquot Ponsardin :  la bouteille a été placée trois heures plus tôt dans une carafe étroite. Cela lui a permis de s'aérer, de s'ouvrir et de gagner en ampleur. La robe est dorée. Les bulles qui ont survécu sont très fines et s'avéreront caressantes en bouche. Le nez évoque le pain d'épices, la cire et les fruits secs grillés. La bouche est d'une densité et d'une intensité aromatique impressionnantes; avec aussi une fraîcheur, une vivacité qui surprennent pour un vin de presque 20 ans! La finale est dans la lignée, puissante et persistante (prégnante dirais-je même). Plus un vin de repas - il sera parfait avec un homard ou une queue de langouste - qu'un mousseux pour l'apéro.

P1310279

Et voilà un duo intéressant que j'attendais plutôt pour la fin de repas. Mais Philippe aime bien en boire pour démarrer. Nous suivons donc. Sans regret aucun. Car nous les avons rebus  ensuite deux heures plus tard, et ils étaient totalement différents. C'était donc intéressant de pouvoir comparer ;o)

P1310280

A gauche donc, Fargues 1990, le challenger. Produit par le Comte de Lur Saluces. Et à droite Yquem 1990. Le champion en titre. Produit par le Comte de Lur Saluces. Le même? Oui, le même. C'est bien pour cela que c'est un match intéressant. Avant même de les sentir, on peut constater une différence de couleur de robe. Alors que l'Yquem est d' un bel or, son alter ego commence à prendre des tons cuivrés..

P1310278Au nez, le Fargues est au premier abord beaucoup plus expressif. Sur la figue sèche, l'orange confite, le miel de chataignier. La bouche est très fine, élégante, avec un joli gras et une fraîcheur vivifiante. Vraiment un bel équilibre, et une grande persistance. Ce vin me semble déjà avoir atteint sa phase de maturité. Deux heures plus tard. Ca se confirme. Le nez semble beaucoup plus évolué, et la bouche me fait penser à un vin qui a 10-15 ans de plus (donc info utile pour ceux qui ouvrent de Fargues : vous débouchez et vous servez de suite!).

P1310274L'Yquem a au départ un nez beaucoup plus discret. Vanille, abricot, cire. A côte de son voisin, il paraît d'abord pataud, avec une liqueur pas vraiment en place. Si ce n'est une texture très soyeuse, une bonne persistance aromatique, il n'a pas grand chose à offrir... Deux heures plus tard, il s'est métamorphose. Le nez est beaucoup plus expressif, sur l'écorce d'orange confite, la bouche a perdu son gras superflu : elle est maintenant élancée, vibrante, avec une puissance un peu désordonnée qui demandera encore du temps pour être domptée. Beaucoup plus de plaisir qu'il y a deux heures, donc. Mais je pense qu'il n'est pas encore dans une phase vraiment intéressante de son évolution  (info utile n°2 : si vous avez du Yquem 90, ne l'ouvrez pas maintenant : c'est un infanticide!).

P1310281

Les deux bouteilles qui suivent sont servies à l'aveugle. Nous savons qu'il y a le premier et le second vin du même domaine. Et devons bien sûr les deviner. Cela s'avérera vraiment trop facile...

Le premier a un nez de cuir, de rouille, pas plus excitant que ça (ça fait vieux...). La bouche est souple, les tannins très légers. C'est pas mauvais, mais un poil passé, tout de même. A priori, c'est le second vin.

Le second - qui est donc forcément le premier (vous suivez?) - a un nez beaucoup plus causant, avec encore du fruit, du sous-bois, un chouia de truffe. La bouche est charnue, goûteuse, avec des tannins bien fondus. Bonne finale. Ca tient la route.

C'est donc l'Abeille de Fieuzal et Fieuzal 1990. Pour ceux qui se demandaient  encore quelle est la différence entre un premier et un second vin, la réponse est ici sans appel : ça n'a rien à voir!

giscoursNous remontons au nord de Bordeaux pour poursuivre la dégustation avec un Margaux, Giscours 1990. Le nez est très fin, clairement sur des notes d'évolution (prune, humus, épices), annonçant une bouche dans le même registre. C'est très délicat, à la limite du fluet. Avec une finale assez courte.  Typique l'image que l'on pouvait avoir d'un Margaux il y a 20 ans. Féminin, disait-on. Depuis, on s'est aperçu qu'on pouvait faire tout de même plus concentré dans cette appellation. Ceci dit, ce n'est pas désagréable dans un registre "fin et élégant". Mais il est temps de le boire!

P1310282

Un faux-filet signant

P1310277Nous redescendons en Pessac Léognan pour un Haut-Bailly 1990 : le nez est vraiment très beau, mélangeant cassis, truffe, épices. La bouche n'est qu'harmonie : sphérique, amplissant le palais, avec une fraîcheur et un fruit impressionnants, et comme dirait mon ami JU, une grande précision. Et pour ne rien gâter, un finale longue, sans dureté aucune. Ce vin a vraiment tout : le prototype de que l'on peu attendre d'un bordeaux à maturité. La grande surprise du jour!


P1310273Peut-être aurait-on dû laisser la dame passer devant. Ladies first, comme on dit. Parce que la Comtesse de Lalande 1990 a un peu de mal derrière la perfection du Haut Bailly. Elle fait un peu vulgaire. Nez un peu trop appuyé. Bouche élancée - avec tout de même une matière douce et une bonne intensité aromatique - finissant de façon plutôt légère et trop chaleureuse. Bref, un équilibre pas vraiment satisfaisant. Cette bouteille confirme la réputation moyenne de ce château dans ce millésime (alors qu'il paraît que son voisin le Baron a fait une bouteille d'anthologie).


beaus_jourBeauséjour Bécot 1990 a l'élégance de ne pas humilier la Comtesse. Ce millésime  solaire est assurément plus une année à Cabernet. Ce vin essentiellement consitué de merlot fait penser à du porto, au nez, comme en bouche. C'est chaud, manquant d'élégance. Vraiment peu de plaisir sur cette bouteille.

bagatelleArrive ensuite une curiosité : un magnum de Clos Bagatelle 1990 (appellation Saint Chinian). Ce qui est bien, c'est que nous n'en attendons rien de particulier. Nous ne pouvons qu'être déçus en bien (pour reprendre cette belle expression hélvétique). Et c'est le cas : nez sur la fraise cuite, la prune, les épices. Bouche légère, fine, friande, avec des tannins d'une totale discrétion, et surtout sans aucune sensation de chaleur (contrairement aux deux vins précédents. On se croirait plutôt en Bourgogne car ce vin a tendance à pinoter. Et c'est encore plus le cas le soir-même (on m'a donné le bébé à garder), où le nez est passé sur un registre plus élégant : rose fanée, ronce, groseille.

leoPour finir la série de rouge, Léoville Las Cases 1990. L'ayant apprécié

la semaine précédente en compagnie du directeur du Château, je conseille de le carafer comme nous l'avions fait. Il a gagné certes en complexité et en ampleur par rapport à l'ouverture, mais il paraît un peu déséquilibré (momentanément. Rebu une heure plus tard après les liquoreux, il est de nouveau équilibré, droit dans ses bottes). Sinon que dire : un nez d'une grande noblesse (fourrure, havane, léger moka). Bouche ample, riche, d'une belle intensité aromatique, avec pour seul défaut un peu trop de générosité (et donc comme dirait JU, une moins bonne définition que le Haut Bailly). Tout de même une p... de matière qui tiendra encore quelques décennies, sans la certitude toutefois qu'il sera meilleur!

P1310283

Un bavarois à la poire

P1310287

Comme je l'ai écrit plus haut, nous sommes ensuite retournés à nos deux liquoreux, complétés par un troisième, débouché entre temps : un Château Loubens 1990 (Sainte Croix du Mont). Sa robe se distingue des deux autres par une robe plus "jaune", limite phosphorescente. Cette apparente jeunesse se confirme au nez aux parfums de citronnelle et de zeste de citron frais. La bouche est vigoureuse, d'une fraîcheur explosive, avec des sucres pas totalement bien intégrés, et se conclut par de beaux amers. Un vin qui a une forte personnalité et prêt à affronter les décennies avec une grande insolence!

Loin donc d'avoir la honte par rapport aux deux autres beaucoup plus prestigieux, mais se situant dans un registre très différent. Cependant, dur de croire qu'ils ont le même âge (on m'aurait dit que le Loubens était un 2001, je l'aurais cru). En tout cas, il me semble mieux comprendre pourquoi les Sainte-Croix du Mont d'une cinquantaine d'année sont encore fringants ;o)

P1310291

Vraiment un beau moment de partage. Merci au personnel du Beaubourg qui a supporté durant plus de quatre heures les drôles de zigues que nous sommes. Je me rappellerai longtemps du regard effaré de la serveuse lorsque je lui ai demandé un crachoir ;o)



Commentaires sur Belle dégustation autour du millésime 1990

  • Vous recyclez les bouchons? Chez-nous on le fait, malgré la super production de liège.

    Posté par maloud, 01 février 2009 à 14:50 | | Répondre
  • Merci pour cet article qui me rappel de bons souvenirs de dégustation. Le millésime 1990 est tout simplement exceptionnel dans toutes les régions viticoles de France.

    Posté par Grands-Crus, 02 février 2015 à 16:10 | | Répondre
Nouveau commentaire