A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

20 août 2008

COMME d'habitude, c'était une belle soirée!

DSCF0583Samedi soir dernier, j'ai passé la soirée chez Corinne et Jean-Michel Comme. J'ai déjà évoqué dans mon blog ce couple qui travaille avec passion le domaine du Champ des Treilles. Mais aussi le blog de Corinne qui raconte son quotidien de vigneronne, mais aussi d'épouse et de mère.

Depuis notre première rencontre s'est tissée une relation forte entre nous, et il est rare que nous ne nous donnions pas de nouvelles pendant plus d'une semaine d'affilée. Et lorsque nous nous retrouvons, c'est une véritable fête ! L'enthousiasme que nous avons à communiquer et à partager est incommensurable! Le temps file trop vite : nous avons tellement de choses à nous dire...

Pour démarrer la soirée, nous commençons par goûter le dernier vin embouteillé par la maison: VIN PASSION. Issu d'un assemblage à part égale de sauvignon, sémillon et muscadelle, il est d'une rare finesse. Le nez est très floral, avec quelques notes miellées, plus muscadelle que sauvignon. En bouche, c'est rond, frais, mais surtout minéral. Il y a une sacrée densité dans ce vin, et cela se ressent encore plus dans la finale, persistante et saline.

Du coup, le Clos des Verdots blanc bu en parallèle, que j'aime plutôt bien en d'autres circonstances, parait très artificiel : le nez "sauvignonne" outrancièrement, la bouche dévoile une acidité un brin agressive. Le plaisir n'y est pas.

Du coup, je retourne au premier vin, et il me paraît pour le coup encore meilleur : son réchauffement ne lui a pas nui, bien au contraire. Son volume et sa personnalité me semble plus affirmés encore, sans que la moindre sensation alcooleuse ne pointe son nez. Pour un vin qui devrait être aux alentours de 6 euros, j'affirme sans craindre de me tromper que vous avez là le meilleur rapport qualité/prix en Bordeaux blanc (et je ne dis pas ça parce que ce sont des amis) !

  DSCF0584

Commence véritablement le repas avec une salade de gésiers, très goûteuse. Pour l'accompagner, un autre vin de la propriété : les petits champs 2006.  Je ne connais pas la composition du sol du domaine, mais je jurerais en humant et en goûtant ce vin qu'il est riche en fer. Tout évoque le sang dans ce vin, que ce soit la couleur rouge intense du vin nuancée d'une teinte rouille. Au nez du fruit bien sûr, un peu de poivre, mais aussi cette odeur ferreuse matinée d'humus. On respire la terre ! En bouche, c'est souple, fruité, avec des tannins parfaitement intégrés, et là encore la présence du sang par ce côté salin et ferreux. Mais dois-je être vraiment surpris ? Jean-Michel répète souvent que la sève de ses vignes coule dans ses veines et que son sang circule dans les ceps. CQFD ;o)

DSCF0586

DSCF0589J'ai omis de photographier le plat suivant : un poulet rôti et des haricots verts. Il faut croire que j'étais vraiment trop pris par nos discussions pour perdre ce réflexe tellement ancré depuis trois ans ! Jean-Michel avait sorti pour l'occasion un château Gruaud Larose 1988. La robe est rouge sombre avec quelques reflets d'évolution. Le nez est très beau : son intensité et sa complexité ne feront que s'accroître dans l'heure où nous le dégusterons: havane, fruits mûrs, humus, cacao... La bouche est mûre, généreuse, de belle ampleur, avec des tannins parfaitement polis par le temps et une fraîcheur impeccable. Et tout cela finit sur une finale d'une grande élégance. Bref, toute la beauté d'un vin à maturité idéale. Si vous avez des Médoc de cette belle année, n'hésitez à ouvrir quelques bouteilles : vous vous ferez vraiment plaisir !

DSCF0587

Et l'on finit cette belle soirée par une tarte aux brugnons maison. Accompagnée d'un Monbazillac 2004 de Tirecul La Gravière que j'ai amené. Ca devait forcément arriver : cela fait des semaines que Jean-Michel me taquine sur ma passion monomaniaque des vins de ce domaine. Il fallait que je lui fasse goûter. A la fois pour lui confirmer qu'il n'avait pas vraiment tort. Mais aussi pour lui transmettre le virus. Et je crains qu'après avoir taté de ce flacon, il n'ait qu'une seule idée : goûter les autres vins produits par ce domaine !

J'avais donc emmené le 2004 que je n'avais pas encore dégusté, mais que j'avais acheté en confiance. J'avais bien fait : c'est un petit bijou ! Robe épaisse d'un doré intense. Nez superbe sur l'orange confite, la pêche rôtie et le safran. Bouche onctueuse, très savoureuse, avec une texture soyeuse et une grande fraîcheur. L'équilibre est impressionnant, sans une once de sucrosité, même lorsque le vin monte en température dans le verre. Bien au contraire, le vin gagne alors en amplitude et en richesse. Une pure gourmandise !

Et c'est sur cette jolie finale que je tire ma révérence. On a beau être samedi soir, je travaille le lendemain (et eux aussi). Aussi devons-nous rester dans le raisonnable. Mais bon, ce n'est que partie remise, et nous trouverons plein de bonnes raisons de nous revoir ;o)



Commentaires sur COMME d'habitude, c'était une belle soirée!

  • Merci de nous faire partager de si beaux moments! J'ai Ouvert un Gruaud 1997 la semaine dernière, qui n'est certes pas le meilleur des millésimes, mais il s'est révélé tout à fait plaisant sur des arômes de tabac et de fruits noirs mûrs. Prêt à boire aujourd'hui, je pense qu'il serait dommage de le faire attendre davantage...
    Je suis très curieuse de ce fameux VIN PASSION. J'habite le Médoc, est-il possible de le trouver dans le coin?
    Merci!

    Posté par Tartine Jeanne, 20 août 2008 à 09:36 | | Répondre
  • comme d'hab !

    Bjr, comme d'hab tu t'es régalé en liquide comme en solide ...

    Posté par toon, 23 août 2008 à 14:28 | | Répondre
  • pourtant

    A propos de Gruaud Larose...,pourtant quel écart entre les pratiques des COMME et celles du cru classé de ST JULIEN qui utilise à outrance les traitements les plus durs. L'effet terroir est encore là, mais pour combien de temps encore si les pesticides continuent leur travail sournois qui conduit tous les gds crus vers cette standardisation de goût que tous les dégustateurs un peu consciencieux ne peuvent que constater et déplorer. Bon courage aux COMME

    Posté par claude D, 01 septembre 2008 à 09:01 | | Répondre
Nouveau commentaire