A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

28 décembre 2007

Château Branaire 1937: quand l'émotion traverse le temps

DSCF7784

Lors d'un repas que j'avais fait en compagnie de François Audouze, j'avais pu découvrir que  certains vins avaient une capacité de vieillissement exceptionnelle, tel son Nuits Saint Georges "Cailles" 1915 d'une jeunesse insolente.

Ce fut de nouveau le cas à Noël avec cette bouteille de Branaire 1937, clin d'oeil à l'année de naissance des parents d'Olivier. Suivant les conseils avisés de François Audouze, nous avons ouvert cette bouteille six heures avant le repas afin qu'elle s'oxygène en douceur. Voir des capsules en étain comme ci-dessus est émouvant et vous donne déjà l'impression d'être hors du temps.

   DSCF7786

Le bouchon est totalement imbibé de vin, et donc fragilisé: il s'est cassé en deux pendant le débouchage. Dieu merci, il ne s'est pas enfoncé dans la bouteille! Olivier verse un peu de vin dans un verre afin d'établir un premier diagnostic. Le vin paraît fatigué, autant par la robe acajou que par le nez,  comme épuisé par cette longue marche de 70 ans. Pour avoir vécu déjà des moment similaires, nous ne nous affolons pas. Nous savons qu'il va reprendre des forces dans les heures qui vont suivre, au fur et à mesure qu'il s'habitue à l'oxygène du XXième siècle.

DSCF7787

Six heures plus tard, nous avons affaire à un tout autre vin. La robe s'est métamorphosée, reprenant des teintes plus pimpantes. Le nez est d'une puissance et d'une complexité ébouriffantes: vieux cuir, fougère, ronce, réglisse, santal, faisant penser à un parfum précieux des années 30. En bouche, le vin dégage une puissance que l'on n'aurait pu soupçonner: non seulement sa matière veloutée vous emplit le palais, mais celle-ci est soutenue par une remarquable acidité, véritable colonne vertébrale du vin. De l'attaque jusqu'en finale, elle amène une tension en bouche qui ne vous lâche pas une seconde, et vous habite longtemps (je la ressens encore trois jours plus tard)!

Si le souvenir de sa perfection persiste longtemps, celle-là est pourtant éphémère. Au bout d'une vingtaine de minutes, le déclin s'amorce. Les tannins se durcissent en fin de bouche, les arômes dégénèrent sur des notes d'oxydation, et le plaisir progressivement s'évanouit. Au point de ne pas finir mon dernier verre: il mérite que l'on se souvienne de lui lorsqu'il était dans sa gloire :o)

 DSCF7789



Commentaires sur Château Branaire 1937: quand l'émotion traverse le temps

    j'ai bien aimé lire ce billet! comme je n'y connais pas grand-chose, j'ai essayé d'imaginer toutes ces sensations, mais je crois que le meilleur moyen, c'est de gouter "en vrai"! )
    bonne fin d'année et belle année 2008!

    Posté par auntie jo, 28 décembre 2007 à 10:54 | | Répondre
  • Belle histoire...

    Une chance de pouvoir goûter des vins aussi vieux et toujours aussi pimpants : un beau rêve, merci !

    Posté par J_M_, 28 décembre 2007 à 11:43 | | Répondre
  • 1937

    Nous voila lancés dans une remontée du temps... Nous essayerons de poursuivre, lors d'une prochaine rencontre.

    Posté par Baraou, 28 décembre 2007 à 12:31 | | Répondre
  • Ca a été une vraie émotion que de partager même virtuellement une expérience encore inconnue pour moi. Les vins les plus vieux qu'il m'ait été donné de déguster avaient entre 25 et 30 ans.
    Je suis étonné de ce qu'il faille laisser autant de temps au vin pour s'ouvrir. Je l'aurai imaginé plus fragile...

    Posté par François, 28 décembre 2007 à 16:24 | | Répondre
  • (c'est fou, j'ai du 98 en cave, ils ont pas touché l'étiquette en 60 ans ...)

    Et donc si j'ai bien compris, la technique miraculeuse que F.Audouze réserve aux vieux vins c'est de les ouvrir puis de les laisser en bouteille sans y toucher pendant plusieurs heures, en priant ensuite pour tomber sur un moment d'ouverture ?

    PS : c'est quoi ta technique pour sortir un bouchon cassé ?

    Posté par Eric C., 28 décembre 2007 à 18:25 | | Répondre
  • Nous avons dégusté il y a quelques années (enfin, dégusté est un grand mot) un bordeaux de 1933 offert, pour l'anniversaire de mon Père né cette année là ...

    Le sympathique donateur était reparti à l'étranger, et malheureusement, nous n'avions pas la connaissance requise pour savoir le consommer comme j'apprends qu'il se doit sur ce billet !!

    Résultat ... beurck ... nous, le bouchon était tombé et nous l'avions goûté immédiatement ..

    Grâce à toi, je sais dorénavant qu'il faudra être patient une prochaine fois si l'occasion se re - présente ...

    Posté par Mnémosyne, 05 janvier 2008 à 13:40 | | Répondre
Nouveau commentaire