A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

06 juillet 2007

Quand l'Autriche et l'Allemagne me font voir rouge!...

DSCF5958

neippergLe 20 juin dernier, Stephan von Neipperg avait invité en son château Canon la Gaffelière des amis viticulteurs allemands, autrichiens, italiens... et français pour une dégustation de très haut niveau. Je n'ai pas été surpris pas la haute qualité des blancs allemands et autrichiens, qu'ils soient secs ou liquoreux. Leur réputation n'est plus à faire. Par contre, j'ai été stupéfait, puis émerveillé par la qualité de leurs vins rouges. Rarement enthousiasmé par les rouges alsaciens, j'étais resté sur l'idée qu'il était difficile de produire de bons vins rouges à cette latitude. Erreur: on peut y faire des petites merveilles supérieures à de nombreux grands vins français. D'ailleurs, les Bordeaux, qui ont eu le malheur d'être goûtés ensuite, m'ont paru bien patauds et peu expressifs. Et pourtant, ce n'était pas des petites pointures: Pontet Canet, Smith-Haut-Lafitte, Clos de l'Oratoire, Branaire, Gazin.

Commençons par les vins autrichiens: deux maisons présentaient leurs rouges.

heinrichHeinrich (Burgenland): soit du pur Zweigelt, soit des assemblages avec du Blaufränkisch et quelques autres cépages, français ou autochtones. La plupart des cuvées présentent des nez assez envoûtants et des tannins d'un poli, voire d'un soyeux à faire pâlir les meilleurs producteurs mondiaux.

J'ai adoré la cuvée Gabarinza (60% Zweigelt, 15% Blaufränkisch, 15% Merlot, 10% St. Laurent) avec un nez de liqueur de fruits noirs,d'orange confite et d'épices orientales, une bouche d'une grande densité, mûre, moelleuse, aux tannins soyeux et d'un équlibre parfait (beaucoup de fraîcheur!). Longue finale sans une once de durcissement tannique. Superbe!

Les cuvées Pannobile et Salzberg sont également de haut niveau. vin_moric

Il y avait aussi la maison Moric (Mittelburgenland): celle-ci fait plutôt dans le Blaufränkisch, dont le nez me rappelle beaucoup le pineau d'Aunis, même si en bouche, cela s'avère beaucoup moins rustique... La cuvée qui m'a le plus impressionné est Alte Reben Neckenmarkt 2004 avec un nez très balsamique et une intensité en bouche assez rare. Très beau!

Passons ensuite aux pinots noirs allemands. Moins impressionnants certes que les zweigelt autrichiens, ils m'ont tout de même parus d'un très bon niveau, supérieur en tout cas à pas mal de bourgognes français. Ils ont l'avantage d'être culivé sur schistes, ce qui permet d'obtenir des tannins très soyeux sans durcissement en finale (contrairement aux vignoble sur argilo-calcaire).

Première surprise: Georg Breuer! On l'attend bien sûr sur ses rieslings, secs ou liquoreux, mais pas sur son pinot noir! Son Spätburgunder "B" Rheingau 2004 a un nez séduisant d'une grande profondeur, une bouche moelleuse, bien mûre, aux tannins soyeux et une belle finale toute en douceur. Mmmm!

DSCF5961

Le Domaine Fischer, dont j'ai adoré une vendange tardive de Pinot blanc, font également un pinot noir au nez très minéral aux notes schisteuses, une bouche toute en rondeur d'une belle intensité aromatique, avec des tannins très doux, et là encore, une finale toute en souplesse. Très joli!

meyerUn domaine ne présentait que des pinots noirs: Meyer Näkel. Mais quel pinots noirs! Du premier servi, un ("S" Späturgunder 2005,d'une finesse et d'un soyeux rare, jusqu'au Walporzheimer Kraüterberg 2004, au nez digne d'un grand bourgogne, alliant puissance, densité et élégance, avec des tannins irréels de douceur, aucune fausse note. Que du très beau vin!

Le comte de Neipperg ne se contente pas de produire de grands Bordeaux et de très beaux Rieslings (et un super chouette Muscat VT): il fait aussi un pinot noir "top klass": le Neipperger Schlossberg 2003. Nez envoûtant, Bouche sphérique, à la matière mûre et soyeuse, grande profondeur. Grande et belle finale. Un régal!

Vous l'avez compris. j'ai passé un moment quasi irréel avec ces pinots noirs allemands. Je suis vraiment redescendu sur terre en goûtant ensuite les bordelais présent à cette manifestation :o(

DSCF5959



Commentaires sur Quand l'Autriche et l'Allemagne me font voir rouge!...

  • Aucun doutes

    sur la qualité des ces pinots noirs allemands et autres assemblages autrichiens en dégustation pure, mais comment se comporteraient-ils à table ?

    Posté par Gildas, 06 juillet 2007 à 09:59 | | Répondre
  • Voilà un domaine que je ne connaissais pas.

    Posté par Minouchka, 06 juillet 2007 à 11:02 | | Répondre
  • Et oui...

    ... on trouve des vins alsaciens fabuleux ! Moi la Libournaise élevée au Pomerol et au Saint-Emilion comme tu t'en doutes (au passage : j'adore tes photos de ces lieux, il faut que tu assistes à la Jurade !), j'ai été ébranlée dans mes convictions chauvines par deux dîners somptueux il y a quelques années, au Crocodile et chez Burehisel. Que des vins alsaciens, des vendanges tardives de l'apéritif aux pinots noirs que je découvrais à cette occasion, j'ai été éblouie. Depuis, je suis plus ouverte aux vins d'ailleurs

    Posté par céline-marine, 06 juillet 2007 à 19:28 | | Répondre
Nouveau commentaire