A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

31 décembre 2006

Mes vins de fêtes (part I): Noël

DSCF4196

Depuis plusieurs années, nous avons un deal avec mon beau-père: il fait les repas et nous amenons les vins. Ainsi, tous les vins décrits ci-après proviennent de notre cave. Etalés sur plusieurs repas, je les ai regroupés ci par "grandes familles".

DSCF4270Riesling Zero défaut 2000, Gérard Schueller: robe jaune doré. Nez délicat sur la rose, l'aiguille de pin et les agrumes confits. La bouche est quasi crémeuse, dense, d'une grande expressivité et remarquablement équilibrée par une acidité tranchante. C'est noble, élégant et d'une grande finesse. Finale pourvue d'une grande rémanence sur des notes de citron confit et de thérébentine. Très beau riesling et très beau vin tout court! (Quand on pense qu'il a été refusé à l'agrément Grand Cru...). Servi sur des fruits de mer.

Saint-Aubin 1996, Joseph Drouhin: robe jaune citron. Nez sur la pomme beurrée, DSCF4269l'amande, la coquille d'huître, le miel et le citron confit. Bouche ronde, pleine, séveuse, d'une belle densité. Grande présence minérale par des arômes pierreux, fumés et une acidité sous-jacente. Les sensations en bouche vont crescendo jusqu'à une très belle finale digne d'un beau chablis sur des notes d'agrumes et de pierres. Une très belle surprise. On l'avait acheté sans trop savoir ce que ça valait... Servi sur une cassolette de Saint-Jacques.

DSCF4188Côteaux du Languedoc "Seigneur d'Aupenac" 2001, cave de Roquebrun (roussane/grenache blanc): robe d'un beau doré. Nez sur la cire, le praliné, la pêche rôtie et l'orange confite. Bouche alliant densité de la matière et intensité aromatique. Matière grasse, voluptueuse équilibrée par une fraîcheur toute en filigrane. Finale puissante et longue sur l'abricot confit. Miam. Servi sur des entrées.DSCF4192

Pessac-Léognan, Château de Fieuzal 1996: robe rouge/acajou. Nez sur la terre, la ronce, le pruneau, les épices et une pointe de suie. Bouche ronde, assez ample avec des tannins un poil cartonneux. Palette aromatique assez monochrome. Finale assez courte. Une déception.  Le lendemain, les tannins se sont fondus et des notes de cassis et de menthol sont apparues. Un peu mieux, mais pas top, tout de même... Servi sur des cailles.

DSCF4255Bordeaux blanc "Caillou blanc" 1998, château Talbot: robe jaune dorée. Nez superbe, d'une grande complexité sur des notes florales (jasmin, rose), fruitées (agrumes confit, abricot, fruits secs grillés) et d'épices. Bouche d'une ampleur rare, diablement gourmande, aux arômes changeants et multiples. C'est d'une élégance et d'une finesse émouvantes. Finale interminable sur des notes de fruits secs et de thé fumé. Mon plus beau Bordeaux blanc sec jamais bu, et assurément mon coup de coeur de Noël (et il nous en reste encore deux...). Servi sur du saumon.DSCF4258

Bordeaux supérieur 2003, château Fleur Haut-Gaussens (Magnum): robe rouge sombre, nez sur les fruit noirs (cassis!), les épices, et une pointe de graphite. Bouche ample, pleine, charnue, aux tannins bien fondus, et le tout est d'une belle fraîcheur. Finale un tantinet courte. Bon vin sans défaut, mais sans génie non plus, qui en donne largement pour son prix (12 euros les 150cl). Servi sur un poulet de 4.5kg et le fromage.

DSCF4272Pomerol, Château Gazin 1996: robe grenat légèrement évoluée. Nez fin et élégant sur la mûre, la truffe, la boîte à cigare, le moka et les épices. Bouche ample, généreuse, avec des tannins soyeux. La matière est mûre, gourmande et rappelle à quoi peut ressembler un bon Bordeaux. La finale est à l'image du vin: en finesse sans souci démonstratif. Dieu que c'est bon! Servi sur un gigot d'agneau.DSCF4268

Chambertin Clos de Bèze 1998, Bruno Clair: robe grenat peu évoluée. Nez sur les fruits rouges et noirs légèrement confits, le jus de viande et les épices (girofle, laurier). Bouche impressionnante par la densité de la matière mais aussi son soyeux. Il y a une grande puissance dans ce vin, mais toute en retenue, avec une élégance très bourguignonne. Et le tout est d'une fraîcheur remarquable. On peut tout de même lui reprocher une certaine dureté en finale qui s'estompera avec le temps. Très beau vin! Servi sur un pavé de biche.

DSCF4271Chateauneuf du Pape "vieilles vignes" 2000, domaine de Villeneuve: robe très sombre. Nez sur des notes de pruneau, de noyau et de cacao. Bouche pleine, mûre, aux tannins veloutés virant au ferme sur la finale. C'est bien, mais demande encore à vieillir... Servi sur un pavé de biche et fromages.

Macvin, les chais du vieux bourg : robe cuivrée. Nez sur le coing, la mirabelle, la noix, la pomme tapée, les épices et le pollen. La bouche est ronde, soyeuse, d'une alliant richesse et intensité aromatique. Sur la fin de bouche, la matière se fait plus granuleuse, comparable à la chair du coing. Finale longe et fraîche sur des notes de mirabelle séchée, de pomelos et d'épices. Belle finale!

DSCF4205



Commentaires sur Mes vins de fêtes (part I): Noël

  • Bonnes fêtes de fin d'année !

    Posté par Fabienne, 31 décembre 2006 à 09:47 | | Répondre
Nouveau commentaire