A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

23 novembre 2006

Week-end Arômes (part 4 midable): Repas au bord de mer au domaine de Rochevilaine

2006_1119fleurs0116

Dimanche 19 novembre, Domaine de Rochevilaine, 11h30

Nous nous sommes donnés rendez-vous tous les cinq dans ce magnifique domaine dédié à la balnéothérapie. On ne peut qu'être séduit par le charme du lieu. Pour décrire la magie de celui-ci, on tombe vite dans l'indicible. Voici donc quelques photos prises pendant notre promenade apéritive:

2006_1119fleurs0135

2006_1119fleurs0118

2006_1119fleurs0117

2006_1119fleurs0122

2006_1119fleurs0124

2006_1119fleurs0129

2006_1119fleurs0130

2006_1119fleurs0139

2006_1119fleurs0137

2006_1119fleurs0125

Avant d'aller à table nous devisons dans un grand salon avec une très belle vue sur la mer.

2006_1119fleurs0109

2006_1119fleurs0113

2006_1119fleurs0191

Enfin, le maître d'hôtel nous emmène à notre table dans une salle à part qui fera office de salon privé. Je pense que cette délicate attention aura joué un rôle non négligeable dans notre sentiment de bien-être. Une autre surprise nous attend sur la table: des menus ont été imprimés à notre attention comportant les vins et les plats. Cela me permet de préciser que Nidal avait donné à l'avance au restaurant la liste des vins amenés ce jour et que les plats ont été préparés en fonction des vins.

2006_1119fleurs0145

2006_1119fleurs0149Puisque nous parlons de vin, parlons du premier qui nous fut servi: Krug 90. La robe est d'un beau doré avec une multitude de fins cordons de bulle d'une régularité étonnante. Le nez est tout simplement magnifique et d'une complexité incroyable . Au fur et à mesure que la bouteille se videra, celui-ci évoluera sans cesse, nous faisant voyager jusque dans les souks orientaux avec des odeurs de nigelle et fenugrec. Sinon plus classiquement nous avons relevé successivement: l'abricot sec, la pêche rôtie, le praliné, l'ambre et la brioche toastée. Le mettre en bouche fut un véritable choc sensorielje n'avais jamais rien bu de tel! Réussir à réunir dans un seul vin du voluptueux, du soyeux, des bulles d'un raffinement extrême, une vinosité et une intensité aromatique hors norme est un véritable exploit! J'avais l'impression d'avoir un véritable geyser en bouche, mais un geyser frais, sensuel, raffiné... Sublime!

2006_1119fleurs0147

On nous sert en premier lieu une mise en bouche dont je n'ai pas l'intitulé exact: on va appeler ça un croustillant au foie gras sur une émulsion de champignons sauvages. C'est absolument délicieux. Du foie gras cru a été cuit entre deux très fines tranches de pain brioché, ce qui a permis de faire cuire le foie gras et d'imprégner les tranches croustillantes. L'idée est excellente (je l'ai déjà reproduite à la maison - recette à venir)! Le mariage avec le champagne est plus que parfait, il est fantastique: on se régale!

2006_1119fleurs0151

Puis arrivent des noix de Saint-Jacques de la baie d'Erquy contisée au caviar. Contisée signifier que des incisions ont été faites dans la noix pour y insérer des grains de caviar. Les noix ont été à peine cuites, juste réchauffées (vapeur?) et l'on peut apprécier leur texture délicate avec de ci de là des grains de caviar qui mettent leur grain de sel. Quelle finesse! En gentleman, le champagne s'accommode de cette délicatesse et se fait plus discret. Petit reproche de Jean Philippe: l'émulsion a été un peu trop crémée à son goût. Il eut préféré retrouver le côté plus brut du cresson pour retrouver l'amertume qui lui est chère.

2006_1119fleurs0144Nous passons ensuite au Corton Charlemagne 1992 de Bonneau du Martray. La robe jaune pâle se fait discrête. Le nez et la bouche aussi, d'ailleurs. Après le Krug, forcément. Mais il faut patienter pour qu'il trouve ses marques. Et la patience paie: quand on hume le verre, on a l'impression d'être cerné par le parfum du vin. A la fois diffus et pourtant bien présent:  citron confit, pâte d'amande, noyau de pêche, pointe de menthol... En bouche, une sensation que l'on a déjà plus ou moins ressenti avec le Batard Montrachet mais à un degré supérieur: on a l'impression d'avoir une mer calme qui monte progressivement en bouche et qui avance, avance, vous envahit et vous submerge (de bonheur)! Et tout ça, l'air de rien, avec une texture très douce, arachnéenne... Irréel!

2006_1119fleurs0153

Et pourtant avec le Homard poché au beurre demi-sel, gnocchi de potimarron, le vin totalement sa place, ne l'écrase pas, mais l'accompagne et l'on a encore un accord de toute beauté. Le homard est absolument délicieux: la chair est ferme, presque croquante et délicatement parfumée (iode, corail et beurre). Les gnocchis de potimarron apportent une touche de féminité au plat avec leurs notes sucrées. Mmmm!

2006_1119fleurs0162Après de telles expérience aussi émotionnelles que sensorielles, que peut-on encore attendre? Le Clos Saint-Hune 1981 sera-t-il à la hauteur? Jean Trimbach a prévenu qu'il pouvait être passé ou génial. Il fut génial: la robe dorée intense. Un nez d'une douceur irréelle mais d'une belle expressivité: pomme rôtie, résine, agrume confit, pétale de rose... La bouche est d'une rondeur idéelle, d'une finesse exquise,  ce qui  n'exclue pas une grande intensité aromatique, ni une acidité toute en filligrane. La finale s'épanouit longuement sur des notes amères de gentiane et d'orange confite. Un joyau!

2006_1119fleurs0159

Le plat d'accompagnement était un turbot rôti à l'arrête, tête de veau, jus de carotte réduit. J'aime beaucoup les mariages terre/mer. Ce plat n'a pas échappé à la règle. Il était très bon, même si certains d'entre nous ont trouvé le turbot un peu trop cuit. Personnellement, je n'ai pas eu trop à m'en plaindre... Là encore, le mariage a bien fonctionné, même si le vin éclipsait un petit peu le plat, je pense...

2006_1119fleurs0143Après ce moment de grâce, un vin rouge un peu tannique pouvait-il prendre la suite? Apparemment non. En tout cas, le Pavie-Macquin 1998 l'a mal supporté. Le nez paraissait un peu too much avec des notes d'élevage flatteuses, un côté épicé qui nous emmenait du côté de rioga, et des fruits un peu trop compotés. En bouche, les tannins marqués n'arrangent rien. Sans parler de la finale, un brin alcooleuse. Un bide!

2006_1119fleurs0164

Si il y a un plat qui a rattrapé le coup, c'est bien celui-ci: le filet de canard colvert et sa cuisse en salmis. Particulière la cuisse confite qui a gommé partiellement les tannins du vin et l'a rendu plus aimable. Encore un beau plat, fait spécialement pour notre tablée. Merci, chef!

2006_1119fleurs0166

Le fromage arriva sous la forme d'une tomme de Muzillac, tiédie en boîte. Faisons court: excellente!

2006_1119fleurs0173

Passons au clou final: Rieussec 2001. La robe est de l'or liquide. Le nez intense a des parfums de safran, de cire, de mangue, d'orange confite et de crème catalane. La bouche est grasse, onctueuse, opulente même, mais parfaitement équilibrée par une acidité bien présente. La finale paraît un peu chaude au départ, mais dès que sont servies les mangues rôties, sorbet litchi, tuile au thym, ce petit défaut disparaît et nous pouvons apprécier ce vin au meilleur de lui-même.

2006_1119fleurs0176

Sur le deuxième dessert, un soufflé au caramel, beurre coulant, palet breton, le vin prend des arômes de pâte d'amande et de citron vert et devient peut-être encore plus bouleversant. Belle finale!

2006_1119fleurs0184

Il ne nous reste plus qu'à repasser au salon pour les cafés et les mignardises, mais aussi les cohibas que nous a apporté Charles. Ils seront à l'image de ce beau repas, doux et harmonieux.

2006_1119fleurs0126

Après un aussi beau week-end, autant dire que la séparation fut difficile: nous avions partagé de si belles choses ensemble que nous avions le sentiment d'être reliés, et que partir chacun de son côté était une véritable déchirure. Promis, nous recommencerons!



Commentaires sur Week-end Arômes (part 4 midable): Repas au bord de mer au domaine de Rochevilaine

  • Magnifique! Je suis impatiente de découvrir cette recette defoie gras cru cuit entre deux tranches fines de pain brioché ...hum...

    Posté par kitchenette, 23 novembre 2006 à 21:11 | | Répondre
  • les vues sont superbes et le repas a l'air terrible!!!!

    Posté par kashyle, 23 novembre 2006 à 21:20 | | Répondre
  • Eric,

    Bravo pour ce travail juste, parfait et distingué!
    Quel talent!
    J'ai eu une vraie chance, un vrai plaisir et un grand honneur de te côtoyer de près pendant ce week-end "inoubliable". J'ai également eu la corvée d'ouvrir 36 huîtres pour ta magnifique entrée! Mais quel régale. J’ai absolument adoré ta cuisine et ta culture, avec ce « Eric touch ! »
    Amitiés,

    Nidal

    Posté par nidal, 23 novembre 2006 à 21:29 | | Répondre
  • belles photos, quant au repas... il attaque aussi même sur l'écran... surtout le homard et son vin, en ce qui me concerne.

    Posté par Stanislas, 23 novembre 2006 à 22:38 | | Répondre
  • merci de nous faire découvrir ce lieu superbe, et de nous faire partager cet excellent repas

    Posté par Chantal33, 24 novembre 2006 à 10:02 | | Répondre
  • Salut Eric et merci pour ton CR gastro oeno...
    Est ce que la Rochevilaine
    mérite de retrouver son macaron perdu il y a 2 ans ?

    Posté par docadn, 24 novembre 2006 à 10:11 | | Répondre
  • Pour Laurent et Charles qui fréquentent pas mal d'étoilés, on est au niveau 2*

    Posté par Eric, 24 novembre 2006 à 11:03 | | Répondre
  • A voir

    Il faut changer le titre du blog ; "A voir, à boire et à manger" serait plus approprié à ton travail tant les images parlent.
    Bravo !

    Posté par Baraou, 24 novembre 2006 à 11:24 | | Répondre
  • Tout ce que tu nous fais découvrir fait vraiment rêver!!!

    Posté par Charline, 24 novembre 2006 à 14:07 | | Répondre
  • C'est amusant car je viens d'entendre parler du domaine de Rochevilaine par des amis qui y sont allés récemment, ils avaient l'air enchantés et quand je vois tes photos je comprends pourquoi !

    Posté par Cathy, 24 novembre 2006 à 19:42 | | Répondre
  • A voir, A boire et A manger...

    Quelle belle idée...

    Bravo Baraou !...et Bravo Eric !

    Nidal

    Posté par nidal, 24 novembre 2006 à 21:26 | | Répondre
  • Magnifique reportage, et très belles photos.

    Posté par Marie Cuisine, 24 novembre 2006 à 21:27 | | Répondre
  • Quelles photos superbes !

    Posté par cuisine guylaine, 26 novembre 2006 à 23:27 | | Répondre
Nouveau commentaire