A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

01 septembre 2006

Au programme: mauzac, terret-Bourret, Alicante et petit verdot

2006_0830fleurs0005

Mardi dernier, le Cercle Normand* s'est réuni pour la 4ème fois chez Benoît pour la dégustation de la rentrée. C'est étonnant de constater que sans nous donner le mot, chacun a apporté des bouteilles avec des cépages pas ordinaires. De fait, la soirée fut passionnante et pas banale ;o)

2006_0830fleurs0007En guise de mise en bouche, Benoit nous sert un breuvage d'un beau doré fleurant le champignon, le coing le raisin de corynthe et une pointe d'iode. On sent que la vendange a été cueillie tardivement car tout indique un mélange de pourriture noble et de pourriture grise. La bouche est ronde, assez grasse, avec une belle acidité, mais totalement sèche: il n'y a pas de sucre résiduel perceptible dans ce vin! La finale est assez longue sur des notes confites. Plusieurs partent sur la Loire, because chenin, forcément chenin... Y a bon: c'est un Saumur 99 du Domaine du Vieux Pressoir!

Commencent alors les choses sérieuses: un vin à bulles! La robe est dorée, avec moultes2006_0830fleurs0009 petites bulles qui montent en fins cordons dans le verre. Le nez est épatant: pomme au four bien beurrées et caramélisées, miel et vanille! La bouche est toute en rondeur, avec une sensation de perlant. C'est un vin doux, légèrement sucré, mais qui garde une belle fraîcheur avec un côté désaltérant. La finale est très gourmande sur des notes miellées. R'achement bon! La pomme me fait partir sur du Mauzac. Ca ne ressemble pas du tout à un Limoux. C'est donc du ... Gaillac! Bingo: c'est une méthode Gaillacoise "Symphonie" de René Rieux (j'ai dit René... pas André!).

2006_0830fleurs0010Allez, encore un blanc: robe là aussi dorée. Décidément. Au début, le nez est pas banal: il sent le viandox et le lard fumé! Bigre! La bouche est elle aussi un peu bizarre: fluide, presque huileuse, avec une fin de bouche fuyante. Curieux, vraiment curieux... Tout le monde est perplexe... On peut en reprendre une goutte pour mieux appréhender ce vin? Benoît ressert, et là, miracle: me nez s'est totalement transformé: nous sommes maintenant sur la pêche et l'abricot bien mûr. La bouche est ample, avec une belle fraîcheur et une jolie matière. Exit l'huile! La finale étoffée n'est plus du tout fuyante! Comme quoi, un peu d'aération et quelques degré de moins changent totalement la perception d'un vin. Nous ne sommes alors pas surpris d'apprendre que le vin contient 80% de roussane et 20% de rolle. C'est un Morties 2003 (côteaux du Languedoc).   

Le dernier blanc avant de passer aux choses sérieuses: la robe est un peu moins2006_0830fleurs0011 dorée que les précédents, mais d'un beau jaune toutefois. Le nez est touffu: poire, pêche blanche, amande, fleurs blanches, fenouil. Miam! La bouche est très miam aussi: ronde, riche, bien mûre, avec de la fraîcheur et une belle intensité aromatique. Jolie finale! C'est un mélange subtil de chazan (hybride de Chardonnay), Terret Bourret et de viognier. C'est un vin de pays des côteaux du Salagou: Mas des Chimères 2003.

2006_0830fleurs0012C'est parti pour les rouges! La robe est très sombre presque noire, opaque. Le nez est sur les fruits noirs presque confits, la figue et quelques notes d'élevage. La bouche est ronde, assez ample, avec des tannins bien fondus. Une amertume apparait en milieu de bouche et ne fait que d'accroître jusqu'à la finale. Un peu dommage, mais ce vin est tout de même très agréable. C'est de l'Allicante, certainement l'un des seuls cépages teinturiers (= dont le jus est rouge) encore autorisés en France. Merci au Domaine Crès-Ricard de faire perdurer ce vestige de la viticulture Languedocienne (cuvée Cousin-cousine 2005, vin de pays du Mont Baudile). 2006_0830fleurs0013

Next: belle robe grenat. Nez est frais avec du fruit (pruneau, noyau de cerise, fraise écrasée) et des épices (poivre blanc, séchuan). Bouche ronde, juteuse, gourmande. Les tannins sont d'une discrétion absolue pour le grand plaisir du buveur. La finale est épicée et donne un goût de revienzy. Trop bon pour être français, ça: effectivement, c'est un vin australien de la Barossa Valley. Torbreck 2000 "juveniles" pour être plus précis. Cette cuvée a été élaborée pour le bar à vin Juveniles à Paris. C'est un assemblage de 60% grenache, 20% mourvêdre et 20% syrah provenant de vieilles vignes.

2006_0830fleurs0015Continuons: robe rouge sombre légèrement évoluée. Nez assez discret sur la framboise et les épices. La bouche me déçoit franchement: rèche, avec des tannins pas vraiment fondus. A cela s'ajoute des arômes pas vraiment nets, style barrique mal lavée. Bof. Pour le coup, c'est un vin français :o( C'est la Cuvée Nicolas 1998 du Père Puig (100% cabernet Sauvignon, vin de pays des côtes catalanes). 2006_0830fleurs0017

C'est pas fini! Robe pourpre sombre, opaque. Nez sur les fruits noirs confits, le cèdre, la violette et les épices. Très appétissant. La bouche est soyeuse, ample, riche, et avec une acidité étonnante qui apporte une belle fraîcheur au vin. Très belle finale. Du grand art! C'est un Petit Verdot 2002 de la Casa de la Ermita (jumilla). Autant, j'ai rarement été convaincu par le petit verdot français, force est d'avouer que c'est ici une grande réussite!

Encore un effort! Robe rubis sombre. Nez d'un raffinement exquis: fruits secs et confits, épices orientales, café, pain d'épice grillé, caramel. La bouche est suave, épicée, avec néanmoins de la fraîcheur. Belle finale! Dieu que c'est bon, les rioja! Et en particulier ce Marques de Riscal 01 reserva! Mmmmm!

aigiSissi, c'est le dernier **(rouge)! Robe rouge sombre aux reflets pourpres. Très beau nez sur les fruits noirs bien mûrs (mûre, myrtille), les épices, et des notes fumées. La bouche est d'une grande ampleur, alliant puissance et raffinement. La matière est veloutée, savoureuse, avec des tannins soyeux et une tension impressionnante.Un équillibre, disons... impérial ;o) Et pourtant, ce n'est qu'un comte qui le produit: Stefan von Neipperg. Il s'agit du château d'Aiguilhe 2003 (côtes de Castillon).

C'est le moment des douceurs! La première est étonnante: robe rose bonbon intense. Nez sur la 2006_0830fleurs0018framboise, la rose, la violette et les plantes médicinales. La bouche est ronde, riche, toute en fraîcheur, avec un côté friand. On ne sent pas vraiment le sucre el l'alcool que cette boisson contient. Je dis boisson, car ça ne peut être du vin, ça! C'est en fait une carthagène produite par le Mas Julllien à base de Cinsault. Incroyable: on a du mal à croire qu'il n'y ait que du raisin pour obtenir de tels arômes!

Ce coup-ci, c'est vraiment le dernier: robe d'un or intense. Nez confit sur l'ananas, la cire, l'encaustique et gentiane. Bouche sphérique, ample, munie d'une belle acidité qui apporte équilibre et fraîcheur au vin. Finale persistante. Slurp! Ce vin à un goût de "déja vu". Normal: ce sont les vendanges dorées 2001 du Domaine d'Escausses. J'ai les mêmes à la maison!

100_2268Voilà: cette très belle soirée se termine. Beaucoup de belles découvertes, d'émotions partagées. Ca aurait dû être nos adieux au Cercle Normand puisque nous nous expatrions dans le sud. Mais on ne peut pas partir comme ça: on se se revoit encore une fois le 12 septembre prochain avec nos "super coups de coeur". Ca promet!!!

(*)Le Cercle Normand est un subtil mélange de membres du forum LPV et de l'Oenothèque de l'Eure, certains ne reculant pas à faire partie des deux...

(**) Phrase chuchotée par François-Joseph à sa femme lors d'un défilé à Vienne en 1852.



Commentaires sur Au programme: mauzac, terret-Bourret, Alicante et petit verdot

  • Impressionnant !

    Et bien voilà un joli tour de table, qui confirme certaines sensations que j'ai eu en Languedoc récemment et particulièrement avec le domaine Crès-Ricard.
    Par contre, pour l'expérience d'hier soir j'ai pas osé le 2003 du Château d'Aiguilhe...

    Posté par Baraou, 01 septembre 2006 à 10:30 | | Répondre
  • Si tu as l'occasion de gouter le rouge de Morties en 2003 (le Pic Saint-Loup "de base", sans même taper dans le Jamais Content), c'est du bonheur en barres. Enfin, en flacon
    Faudrait que je regoute leur blanc ...
    Concernant la carthagène d'O. Jullien, j'avoue que je me laisserais bien tenter ; mais de mémoire il me semble que la btl n'est pas donnée, non ?

    Posté par Eric C., 01 septembre 2006 à 12:49 | | Répondre
  • Homérique dégust, avec plein d'icônes personnels dedans (Aiguilhe - avec un h - Morties, Escausses et Jullien) que j'aurais été parfaitement infoutu de reconnaître à l'aveugle.

    Posté par Estebe, 01 septembre 2006 à 16:42 | | Répondre
  • "Le Cercle Normand est un subtil mélange de membres du forum LPV et de l'Oenothèque de l'Eure, certains ne reculant pas à faire partie des deux..." et même le cercle de Maigremont !
    Sans rire, ce que j'ai aimé dans cette soirée : la méthode Gaillacoise de René Rieu : attention à ne pas en avoir trop dans le frigo, on risque de ne pas s'arrêter tellement c'est "slurp".
    Content de ma trouvaille d'Espagne pour le 100 % petit Verdot de la Casa de la Ermita : atypique.
    Enfin, l'Aiguilhe 03 : simplement superbe !
    Encore une belle soirée, vivement dans 2 semaines qu'on recommence.

    Posté par Gildas, 01 septembre 2006 à 21:38 | | Répondre
Nouveau commentaire