A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

21 juillet 2006

Visite dégustation au château Beauséjour-Bécot

L'avant-dernier de notre périple libournais... On a tourné 10 minutes sur la plateau de Saint-Emilion avant de le trouver. Il faut dire que le panneau d'indication est très mal placé. Merci au château Canon voisin de nous avoir montré le chemin ;-) Il faut ensuite faire le tour du bâtiment pour trouver une porte ouverte. Nous tombons sur Dominique Bécot qui appelle Alex, le maître de chai pour qu'il nous fasse la visite...

2006_0719eric0002

Rien de révolutionnaire dans l'ensemble de la vinif. table de tri, égrappoir, pompe, cuve inox, 28°, etc, etc... Les techniques les plus innovantes comme la pré-macération à froid sont réservées à Joanin-Bécot, leur domaine en Côtes de Castilllon. Quant à la Gomerie, elle a son chai spécifique au coeur de la parcelle. N'étant que grand cru, ce vin n'a pas le droit d'être élevé dans un chai de 1er grand cru classé.

2006_0719eric0003

Le chai à barrique est situé en dessous du chai de vinif. Les barriques, neuves à 80% sont donc remplies par gravité. Pour le reste, tous est encore très classique: soutirage trimestriel, collage au blanc d'oeuf frais, etc...

Eux aussi ont leur lot de galeries souterraines que nous nous faisons un bonheur de visiter. Il y fait si frais!

2006_0719eric0009

2006_0719eric0012

A noter une petite salle de récéption souterraine

assez croquignolette...

2006_0719eric0014

2006_0719eric0016

2006_0719eric0018

2006_0719eric0019

Toute une ambiance... et avec vue sur les vignes!

2006_0719eric0022

Bon c'est pas tout, mais qu'est-ce qu'on boit?

Tout d'abord, du Joanin Bécot 2001: la couleur est sombre. Le nez inspire le respect par sa force tranquille, son évidence, sa finesse (ronce, graphite, menthol)... Si la suite est à la hauteur, ce sera un grand vin. On goûte... Alors?... Eh bien oui, ça suit! C'est d'une grande ampleur, avec des tannins entre le velours et la soie. La bouche est mûre, gourmande, sans aspérité. Un régal! Une réussite pour ce premier millésime depuis la reprise par la famille Bécot!

On passe au 1er cru classé, Beauséjour-Bécot 2002: je ne sais pas si c'est l'effet millésime, mais il est un peu écrasé par le précédent. La robe est un peu plus fluide, le nez est encore dominé par l'élevage: on se croirait chez un torréfacteur! La bouche est souple, les tannins parfaitement fondus. La matière est tout sauf impressionnante. Nous avons affaire à un 2002 typique déjà prêt à boire si tant est qu'on aime ces arômes délevage un peu prononcés ;-) En tout cas, si j'ai à choisir, je prends le côtes de castillon plutôt que le 1er cru. Comme quoi , le prestige de l'étiquette n'est plus ce qu'il était :-D

Allez, plus qu'un! (ce sera Troplong Mondot).



Commentaires sur Visite dégustation au château Beauséjour-Bécot

  • J'adore les têtes de mort ... Les visites se succèdent toujours aussi belles ...

    Posté par Fabienne, 21 juillet 2006 à 15:31 | | Répondre
  • JOANIN VS BEAUSEJOUR

    Bonjour,
    je tiens à dire que je suis entrain de gouter ou plutôt devrais-je dire déguster le joanin bécot 2001. Pour une 1ere vendange c'est une excellente réussite, voir un vrai momentum !! Pas d'erreur, par rapport au 1er grand cru de cousin, pas de photo , joanin lui est bien supérieur !!!

    Martin

    Posté par MARTIN, 30 août 2007 à 21:12 | | Répondre
Nouveau commentaire