A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

14 juillet 2006

Michel Bras (IV): le repas

2006_0710eric0078Tout commence par la lecture du menu en sirotant notre apéritif: un vin blanc macéré à la pelure d'orange pour Olivier, une "fraîcheur réglisse et gentiane" pour moi. Olivier s'intéresse à la "carte" des vins qui se rapproche plus en taille d'un annuaire téléphonique ;-) Nous penchons vite pour un "menu découverte et nature" qui comprend la fameux gargouillou. Reste la problématique des vins... Nous faisons appeler le sommelier, tout en grignotant notre première "mise en bouche":

2006_0710eric0080

Oeufs brouillés au pesto et leurs mouillettes aux céréales croustillantes

Au départ, on cherche le pesto. Et puis lorsque l'on remonte la première cuillerée, un filet vert vif apparaît à la surface jaune de l'oeuf. L'ensemble est aérien et subtilement dosé. Les mouillettes sont vraiment très croustillantes.

Sergio arrive. Il nous propose de nous servir des vins au verre. Certains feront plusieurs plats, car cela nous ferait 9 verres! Pas vraiment raisonnable, hein, même si on dort sur place... A peine le temps de causer, une nouvelle mise en bouche est déposée sur notre table:

2006_0710eric0081

Fines tartelettes de cèpes

Il faut manger celle-ci d'une bouchée, car la pâte feuilletée est très fragile... Le cèpe est fondant et intensément parfumé. La pâte est aérienne et croustillante. Très bon! "Tu m'en feras à la maison!" me dit Olivier...

Puis une serveur nous propose de passer à table. A peine sommes-nous assis que Véronique Bras vient nous chercher afin de nous faire visiter la cuisine... Mais c'est une autre histoire.

Nous voilà de retour à table. A peine le temps d'échanger nos impressions sur la cuisine, arrive une troisième mise en bouche

2006_0710eric0096

Alors de mémoire, à gauche c'est de l'omble chevalier; au centre du caillé de brebis et à droite de la terrine d'agneau. Je demande à Véronique qui passe par là d'où vient l'omble chevalier. Elle me répond qu'il vien d'un élevage artisanal de Lodève. La poisson est transporté vivant jusquà Laguiole et attend son heure dans un vivier. Il ne peut donc pas être plus frais...

Un serveur approche. Les gargouillous aussi. Et notre estomac donc...

2006_0710eric0099

Le gargouillou de jeunes légumes;

graines et herbes, une huile au sureau d'ici.

Que dire qui ni pas déjà été dit? Contraste des couleurs, des textures et des saveurs. Comme on ne connaît pas la moitié des 50 composants, c'est la surprise à chaque bouchée. La cuisson des légumes est évidemment d'une grande maîtrise. Caché tout en dessous, une belle tranche de lard, élément primordial de la recette. Peut-être est-ce seul reproche que je fais à ce plat. On le découvre trop tard. J'aurais aimé en manger des petites bouchées ça et là avec d'autres éléments du plat...

Je n'ai pas parlé du vin servi: c'est un sauvignon classic 2000 du Domaine de la Madura (Saint-Chinian). Nez délicat d'amande fraîche et d'agrumes. Bouche ronde, fraîche, avenante. Pas un grand vin, certes, mais qui accompagne plutôt bien le plat.

A peine dit ça, un nouveau plat arrive:

2006_0710eric0101

le filet de turbot de Béganton poêlé à l'huile d'olive;

tomate, tomate cocktail roulée dans un jus noir, tombée d'oseille & boutons d'ail.

Il faut le reconnaître: le turbot est absolument superbe, tant par sa texture que sa saveur. La cuisson est vraiment parfaite! Pour le reste, c'est très bon, mais pas renversant. Mais peut-être en demande-je trop???

Trouverai-je mon bonheur dans le prochain plat? Réponse tout de suite...

2006_0710eric0103

la tranche de foie gras de canard poêlée;

abricot au parfum de noyau, touche de citron.

Sublime: le foie gras est vraiment exceptionnel par sa qualité, sa cuisson d'une précision incroyable et son goût, pour le coup, renversant... L'accompagnement est parfait, que ce soit l'abricot recouvert de fleur de serpolet, les amandes, les noisettes torréfiées ou les fleurs de monardes (les pétales rouges sur le foie gras)  incroyablement parfumées.  Pour compléter le tableau, le Jurançon 2004 de Charles Hours est absolument parfait. Il abandonne même ses parfums habituels de fruits exotiques pour un parfum d'abricot confit et de verveine. Son acidité tranche délicatement avec le foie gras. L'accord parfait!

2006_0710eric0107

truffe d'été & truffo

Qu'on ne s'y trompe pas. Truffo signifie pomme de terre en Auvergne (d'où la fameuse truffade). Il se cache donc une crème de pomme de terre à l'intérieur de ce cylindre croustillant. Les truffes d'été sont excellentes. Le reste un peu fade par contraste. Le cylindre mériterait d'être mangé à la main pour y prendre un maximum de plaisir. Mais on n'ose pas... Dommage. Le découpage est un peu ardu. Vous avez plein de petits morceaux dans l'assiette. M'enfin.

On nous a servi un Solen 2002 du Domaine d'Aurel: la robe est sombre, le nez est superbe, presque pomerolais avec ses notes de truffe, de pivoine et de terre. La bouche est massive, les tannins sont denses et polis. La fin de bouche généreuse et parfumée. Très bon vin qui accompagnera aussi le plat suivant:

2006_0710eric0111

la poitrine de pigeon rôtie sur os;

jus au lard & sésame, maïs doux, blette & balsamite

Je dois le dire: j'ai pris la photo un peu tard. J'avais attaqué le plat lorsque je me suis dit: "P..., la photo!". C'est donc un peu mieux présenté que ça... Là encore, la cuisson est parfaite. Le meilleur pigeon de mon existence. Mais comme pour le turbot, ça pêche pour moi au niveau de l'accompagnement. La balsamite, c'est plutôt intéressant. Mais la blette et le maïs n'ont rien d'emballant. Dommage, car je le redis, le pigeon est génial, et l'accord met/vin frise la perfection!...

Afin de faire le lien entre le plat et le fromage, il nous est servi une assiette d'aligot, qui est un mélange de purée de pommes de terre et de tomme de cantal fraîche. Simple et bon. Le service de ce plat vaut le coup d'oeil. Ca bouge!

2006_0710eric0112

Et nous sommes déjà au fromage. Je n'aime pas ce moment-là au restaurant. On sent que le fin approche... Le plateau est bien tentant. Voyons, voyons...

2006_0710eric0113

En accord avec le sommelier, nous sommes partis sur du vin blanc. J'ai donc choisi des fromages qui iraient le mieux avec.

2006_0710eric0115

Devant, une tomme de vache, plus haut un Laguiole 18 mois, un rocamadour, un autre chèvre, et puis l'autres, j'sais plus... Le rocamadour est d'une fondant incroyable, et la tomme de Laguiole excellente. Nous buvons donc avec ça un Arbois 2000 "cuvée sacha" de Jacques Puffeney. Nez oxydatif sur la noisette et et le curry, bouche ample et ronde, sans sécheresse, mais d'une belle fraîcheur. Longue finale. Un beau vin qui se marie particulièrement bien avec la tomme de 18 mois. 

Et voilà un petit clin d'oeil:

2006_0710eric0116

Sur une interprétation du coulant, originel de 81;

le biscuit tiède coco aux fruits rouges:

sorbet au poivron rouge

Je ne sais pas s'il a fait ce dessert parce qu'il s'est dit que par ces chaleurs, le chocolat, c'est un peu too much, ou parce que le dessert originel a été tellement copié qu'il devait se renouveler. Quoiqu'il en soit, je reste sur ma faim. J'aime tellement le chocolat!!! Ceci dit, c'est bon, coulant à souhait. Le poivron rouge et les fruits rouges se fondent bien. Mais Michel, rends-nous l'Originel!!!

2006_0710eric0120

Et v'là une autre nouveauté, servi comme le plat précédent avec un Rasteau 2000 du domaine de la Soumade: robe sombre, nez sur la cerise noire et le moka. Bouche onctueuse et fraîche. Belle liqueur.

2006_0710eric0121

sous une croûte à l'olive noire,

compotée de cerises à l'origan et yaourt glacé.

Ben c'est très bon, ça! Cerise, olive noire et origan font bons ménage. Y a du croustillant, du moelleux, du chaud, du glacé. Un p'tit régal! Dommage que l'on commence un peu à saturer. D'ailleurs, Olivier ne mangera pas le dessert qui suit...

2006_0710eric0123

A Murat, le cornet est fourré de crème;

ici la corolle d'hémérocalle du jour est garnie

d'une saveur fraîche & épicée, jus de fraises.

La saveur fraîche et épicée, c'est du gingembre. C'est très bon, mais là encore pas renversant...

Pour finir, arrive quelques friandises:

2006_0710eric0125

Ca c'est picoti-picota ;-)

Les billes ne se mangent pas!

2006_0710eric0126

Et là des billes qui se mangent!

(enfin celles du dessus)

Le garçon nous invite à retourner au salon pour prendre le café. Nous avons cette grande pièce pour nous tout seul...

2006_0710eric0128

Avec le café, arrivent encore quelques mignardises...

2006_0710eric0132

crèmes de lait au café et à la fraise

2006_0710eric0134

crunch aux céréales

2006_0710eric0135

et les "canards" à l'eau de vie

Après tout ça, il ne restait plus qu'à boire un bon digestif...

Pour Olivier, ce fut un Bas Armagnac 73, et moi

2006_0710eric0136

Une chartreuse Tarragone

"Cuvée du centenaire"

une petite merveille!!!

Et il ne restait plus qu'à se coucher, 50m plus bas ;-)

2006_0710eric0143

Que dire de cette soirée? Tout d'abord une très belle ambiance à laquelle participe l'ensemble des "acteurs": que ce soit la famille Bras, très présente, les serveurs, le sommelier. Tout le monde est au petit soin avec un grande chaleur humaine. On se sent vraiment à l'aise car il n'y a pas le cérémonial des grands restaus parisiens.

2006_0710eric0069Pour être honnête, la cuisine m'a moins bluffé que lors de notre première visite il y a 3 ans. J'admire le travail des cuissons, la qualité des ingrédients, les très belles présentations, mais j'aurais aimé être plus étonné, plus ému aussi. Je comprends la difficulté de se renouveler et de toujours surprendre, mais n'est-ce pas ce qu'on attend de tels établissements?

Peut-être devraient-ils s'inspirer de Cordeillan-Bages: faire tester chaque dimanche les2006_0710eric0073 inventions de la semaine, et ne garder que ce qui plaît le plus aux clients... Je ne suis pas certain que l'accompagnement du pigeon ou du turbot auraient dépassé le stade du test.

Il est certes facile de critiquer. Mais si l'on crie au génie quand ce n'est pas mérité, je ne vois pas comment il est possible de se remettre en question et d'avancer.

Quoiqu'il en soit, ce séjour fut absolument remarquable, et nous nous en souviendrons longtemps! 

2006_0710eric0087



Commentaires sur Michel Bras (IV): le repas

    A Bras raccourci !

    Pourquoi Havane ?
    Peut-être à t'il tout simplement fumé un Opus X ou
    encore un Asthon VSG ;o)
    Ceci dit , j'avais eû plus d'émotions cz Olivier Roellinger, du moins dans l'assiette ! La carte des vins restant nettement supérieure cz Bras
    Beau CR en tout cas ...Merci !

    Posté par Fenec, 03 décembre 2007 à 16:37 | | Répondre
  • maintenant je suis achevee pour la journee

    Posté par veronica, 13 juillet 2006 à 11:58 | | Répondre
  • je comprends Olivier, bien que très gourmande, je me doute qu'on doit finir par avoir une légère sensation de plus faim qui doit gâcher le plaisir... n'empêche que tout ça est drôlement beau et fin... la petite Turtle que je suis n'a encore jamais eu la chance d'aller dans ce genre de sanctuaire de la gourmandise, mais ça viendra!

    Posté par Alhya, 13 juillet 2006 à 13:21 | | Répondre
  • Superbe repas ! Aurais je pu tout manger ? c'est beaucoup pour un seul repas !

    Posté par MarieT, 13 juillet 2006 à 13:27 | | Répondre
  • comme si nous y étions!

    Géniaux tous tes reportages, un grand merci!

    Posté par lilizen, 13 juillet 2006 à 16:46 | | Répondre
  • Wauouwwwwww moi je craque pour la truffe! Mais tout le reste... sublime.

    Posté par Stéphane, 13 juillet 2006 à 20:45 | | Répondre
  • Merci de nous avoir fait partager ces plaisirs gastronomiques! c'est un grand moment qui me rappelle d'excellents souvenirs!

    Posté par Chantal 33, 13 juillet 2006 à 20:55 | | Répondre
  • C'est décidé je vais y aller....

    Merci !

    Posté par stephane, 13 juillet 2006 à 23:03 | | Répondre
  • Lors de mes vacances en Aubrac l'an passé, j'étais passée devant cette grande et belle maison qui surplombait la route. Merci de m'y avaoir fait entrer...

    Posté par Patricia, 14 juillet 2006 à 15:06 | | Répondre
  • La bouteille de Chartreuse que tu as bue est relativement rare, MAIS est-ce une Tarragone ? Je n'ai pas la réponse. C'est une bouteille dite du centenaire, commémorative du travail des Chartreux à Tarragone. Centenaire 1903 - 2003. Or les moines ont quitté Tarragone en 1989.
    Si tu en sais plus sur cette bouteille, peux-tu m'informer ?

    A tout hasard, une des plus belles caves de Tarragone millésimées est à la Pyramide chez Patrick Henriroux.

    Posté par Patrick, 14 juillet 2006 à 18:38 | | Répondre
  • Pas mal, pas mal... je serais bien venue, mais tu ne m'as pas invitée!!!!

    Posté par mamina, 14 juillet 2006 à 23:14 | | Répondre
  • je trouve très bien que tu exprimes des critiques, sinon, à quoi bon réaliser ce genre de merveilleux billet, au moins, on se dit que les critiques positives sont vraiment méritées.. merci pour cette série fort enrichissante!

    Posté par Alhya, 15 juillet 2006 à 11:11 | | Répondre
  • Soyons politiquement incorrect

    Mais qu'à donc fumé ce cher Olivier avec son
    Bas Armagnac 73 ??

    Posté par docadn, 16 juillet 2006 à 14:30 | | Répondre
  • Sans me tromper un havane... Pour les détails, il va falloir le contacter directement. E-mail sur demande privée

    Posté par Eric, 16 juillet 2006 à 18:40 | | Répondre
  • Un doux rêve

    Encore merci pour ce voyage culinaire ! Les fromages ont l'air délicieux ! Miam !

    Posté par Marion, 22 juin 2012 à 16:36 | | Répondre
Nouveau commentaire