A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

02 juin 2006

Soirée dans un chai (I)

Le chai Carlina, bien sûr!

Si vous êtes un lecteur attentif du blog, vous ne pouvez pas être passé à côté de l'incontournable restau/cave à vin de Saint-Jean de Monts. Sinon, vous avez une leçon de rattrapage ICI.

J'vous plante le décor: une douzaine de personnes sont accoudées au bar et attendent impatiemment le lancement de cette nouvelle édition des Rencontres Vendéennes. Le gong sonne, C'EST PARTIII!!!

(les dégustations se font à l'aveugle)

2006_0528fleurs00011Domaine des Terres blanches 2004 (VDQS du pays touarsais, 100% cabernet franc): robe rouge sombre opaque. Nez sur les fruits noirs mûrs et la cour de ferme (brettanomyces?). Bouche de bonne ampleur, veloutée, marquée par des tannins un brin rustiques. Finale asséchante. Je n'ai pas le droit d'en dire du mal, c'est un ami d'ami qui le fait... N'empêche...

Domaine de Courbissac, Eos (pas noté le millésime, mais très récent): robe rouge2006_0528fleurs0002 sombre violacé, nez sur les noyaux, les épices et la raffle (dans un sens positif). La bouche est ronde, les tannins sont soyeux, il y a un joli fruit et une bonne persistance. Très sympa! (vin produit par l'alsacien Marc Tempé: grenache, syrah, carignan).

Mas cabrolous 2002 (Côteaux du Languedoc, syrah, grenache): robe rubis translucide aux bords légèrement évolués. Nez sur les fruits cuits et des notes de torréfaction. Attaque vive, tannins souples. Belle fraîcheur.  Légère sensation de chaleur en finale (servi certainement trop chaud). Agréable malgré tout.

2006_0528fleurs0004Domaine Murail "cuvée Création" (vin moelleux - vendéen - de chenin): Robe or pâle. Nez entre fleur (rose)et silex. Bouche ronde , fraîche, équilibrée, marquée par le silex. Finale légèrement doucereuse. Sinon, plutôt pas mal!

S'intercale ici la présentation du domaine Aloha (5 vins) que vous pouvez retrouver .

J'ai oublié de dire qu'on grignotait de bonnes choses, aussi, comme ça:

2006_0528fleurs0006

ou ça:

2006_0528fleurs0007

Bon, allez, on continue...

Orfeo 2003, prieuré de Chaume (80% merlot, 20% cabernet sauvignon): robe rouge2006_0528fleurs0009 sombre. Nez sur la crème de mûre, le pruneau, les épices et des notes torréfiées. Attaque vive, bouche ample avec des tannins qui demandent encore à se fondre. Matière dense et bien mûre. Petite amertume en finale. A attendre encore (ou à carafer).

Carmenère "casa mayor" 2005, Casa Silva (chili): Robe pourpre sombre. Nez sur le bourgeon de cassis, puis de fruits noirs. Bouche ample, riche, savoureuse, tannins mûrs. Bel équilibre. Certains lui trouvent un côté "too much" qui signe un vin étranger. Gagné! Perso, j'aime beaucoup (c'est moi qui l'ai amené)!.

Domaine Catherine Bernard 2005: je préfère ne rien en dire. La bouteille devait être défectueuse (j'ose espérer). 

2006_0528fleurs0012Anjou Princé 2005, La grange aux belles (cabernet franc): robe pourpre sombre, opaque. Nez sur la framboise bien mûre, le menthol et quelque notes de réduction. Bouche riche, veloutée, gourmande, avec une légère impression de sucrosité. Petit durcissement en finale. Bien tout de même!

Le vin sans Ricard, Vincent Ricard (méthode traditionnelle de sauvignon): sans commentaire2006_0528fleurs0013 - bouteille a priori défectueuse.

Haut Montravel 2002, chateau Laroque (muscadelle, sauvignon): robe pâle, nez fin sur des notes muscatées et florales (acacia). Bouche ronde, aérienne, toute en dentelles. Bonne persistance aromatique malgré tout. Personne n'imagine ce vin en Bergeracois. C'est bon!

2006_0528fleurs0014Côtes du Jura 2002, la maison de Rose (savagnin ouillé): robe dorée. Nez sur des arômes fermentaires, la noisette et la noix de coco. Bouche fraîche, mûre, légèrement noiseté. Belle finale sur des notes minérales. Une belle expression du savagnin!

L'effrontée 2004, Vincent Ricard (sauvignon de loire): robe dorée. Nez sur des notes de muscat, de poivre et de fumée. Bouche riche, grasse, bien équilibrée par l'acidité. Arômes de rose et d'ananas. Belle finale. Beau vin. Autant dire que personne n'a deviné que ça pouvait être du sauvignon!

Mailloche 2002, Stéphane Tissot (côtes du jura, chardonnay): robe d'un doré intense. Nez sur la noisette fraîche et des notes minérale légèrement fumées (et de l'asperge pour certains). Bouche fraîche, ronde, équilibrée, d'une grande intensité aromatique et à la minéralité marquée. Finale pierreuse looongue. Je ne m'en lasse pas, de c' vin! (le seul que j'ai reconnu...)

Riesling halbtrocken 2004, Selbach-Oster (riesling mosellan sur schistes): robe dorée. Nez sur le2006_0528fleurs0017 pomelos, le litchi, l'ardoise mouillée et le citron vert. Bouche fraîche, tranchante, soulignée par un léger perlant. Grande minéralité. Longue et belle finale légèrement sucrée. C'est bon, ça!

On passe aux rouges pour varier les plaisirs...

2006_0528fleurs0018Cuvée Alexandre 1998, Casa Lapostolle (Cabernet sauvignon, Chili): robe rubis. Nez sur la framboise et le poivre blanc. Bouche ronde, ample, tannins mûrs, matière puissante. Dommage que la finale qui démarre bien finit un bien alcooleuse. Je préfère mon chilien de tt'à l'heure (qui doit être 5-6 fois moins cher), mais je ne suis pas objectif ;-)

Petit Sid 2002, Cosse Maisonneuve (Cahors): robe rouge assez sombre. Nez sur des fruits compotés et la limaille de fer. Bouche acide, tranchante, avec persistance des notes ferreuses (ou ferrugineuses, hips?). Pas convaincu...

Singulier 2004, Stéphane Tissot (pour l'historique - drôle - du nom de ce vin , voir ici): robe2006_0528fleurs0019 d'un rouge léger. Nez friand avec des arômes fermentaires, de fruits rouges et de poivre. Bouche savoureuse, fraîche, avec du perlant. Finale légère. Se boit tout seul!

Yo no puedo mas 2004, Mas d'Agalis (55% carignan, 20% grenache, 10% mourvêdre, 10% syrah): robe ssombre. Nez confit sur les fruits compotés, le cuir et le zeste d'orange. Bouche ronde, souple, aux tannins fondus qui allie équilibre et fraîcheur. On sent tout de même l'alcool en finale. J'aime bien!

Sur ce vin très sympa, la soirée s'est terminée. Il était tout de même un peu plus de minuit... Dans dix heures, le marathon reprenait ;-)

2006_0528fleurs00231



Commentaires sur Soirée dans un chai (I)

    Le Mas Cabrolous de Doc, c'était du 2002! J'ai bien aimé aussi, même s'il a été servi au débotté pour les retardataires!

    Le vin sans Ricard, je n'ai pas trouvé la bouteille défectueuse! Je l'ai goûté un peu rapidement pour je ne sais plus quelle raison! J'y ai trempé mes lèvres, puis j'ai dû m'absenter, et quand je suis revenu, on m'avait déjà servi un nouveau vin! Je lui ai trouvé de jolies notes de Pulco citron, donc un côté acidulé, et une bulle vive. A regoûter une autre fois tranquillement, donc! L'effrontée, du même Vincent Ricard, j'ai beaucoup aimé, et je ne suis plus véritablement un fan du sauvignon (enfin, ça dépend lesquels!).

    Je me demande bien d'où pouvaient venir tous ces vins du Jura bus en Vendée!

    Posté par olif, 02 juin 2006 à 21:36 | | Répondre
  • Le cabrolous, j'ai le millésime. C'est l'Eos que je n'ai pas...

    Pas très grave...

    Posté par Eric, 02 juin 2006 à 22:26 | | Répondre
  • Sorry, j'ai lu et tapé trop vite! L'EOS est un vin de table, donc non officiellement millésimé, et ça ne figure pas explicitement sur l'étiquette. 2003 ou plutôt 2004, je crois!

    Posté par olif, 02 juin 2006 à 22:41 | | Répondre
  • Merci pour ces commentaires !

    Je suis d'accord avec toi, Eric, concernant le Casa Silva, c'est massif, plein de relief, too much, est le terme pour signifier, l'archétype du vin du nouveau monde, où la technique, et le climat prend régulièrement le dessus.

    Mais...j'aime beaucoup cela !! Bien plus que le Lapostole 98...;;-()

    Tissot est un monstre sacré, et le Jura une région magique, pleine de caractère et si déroutante, (Olif ne me contredira pas sur ce point je pense ) ;-()

    Et, LE riesling n'est jamais aussi majestueux qu'en Allemagne, où sa minéralité et sa fraicheur transcende ce cépage unique. Même dans des vins très abordables, (demi-sec dans le cas de cette bouteille), mais on n'en trouve pas assez facilement chez nous...dommage ! Un Kabinett du Rheingau ou Moselle, pour commencer, que c'est merveilleux...

    En tout cas, je vous envie de pouvoir déguster des vins en si bonne compagnie, et si joli endroit.

    Merci pour ce partage,

    Emmanuel

    Posté par sommelier, 03 juin 2006 à 01:29 | | Répondre
  • Alors

    Riesling halbtrocken 2004, Selbach-Oster que beaucoup ont mis en sauvignon si je me souviens
    bien, et que j'ai beaucoup aimé. Quant a ce trop fameux S. Tisssot, miam (encore un coup du lobby jurassien fougueusement animé par un certain O).
    Quant à Yo no puedo mas 2004 du Mas d'Agalis
    il fit parti de mon trio de tête des vins dégustés...lors du repas.
    Encore bravo Eric d'avoir eu l'esprit (clair) de tout noté lors de cette diagonale des fous du vin.

    Posté par docadn, 03 juin 2006 à 09:55 | | Répondre
  • Super!...

    Bravo Eric (et merci!) pour cette "revue de détail" des REncontres VEndéennes!...
    Je ne sais si cela peut inciter d'autres amateurs passionnés à nous rejoindre (je crois que si!...), mais, en tout cas, ça me donne l'eau à la bouche!... Vite! Un verre, une bouteille, un calepin!...

    Posté par PhilR, 03 juin 2006 à 10:20 | | Répondre
Nouveau commentaire