A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

19 mars 2006

Dégustation/repas Vins de Savoie

100_27161Hier soir avait donc lieu chez moi la première session "vin de Savoie" de mon club de dégustation: 11 personnes, 10 vins, 5 plats... Tous les ingrédients d'une bonne soirée!

La soirée commença dans le salon avec un verre de bienvenue, servi à l'aveugle, bien entendu. Tout le monde sécha, autant sur les cépages que sur l'origine de celui-ci. C'était un Sauvignon-sémillon "Casa Mayor" originaire du Chili, déjà évoqué sur mon blog. Equilibre, fraîcheur, complexité, ce vin a vraiment tout pour séduire!

Commença ensuite la soirée proprement Savoie...

Comme chacun avait deux verres à sa disposition, j'ai versé deux vins simultanément, puisqu'issus du même cépage, la Jacquère. Cela permettait de prendre conscience de l'importance du terroir sur un cépage.

100_2737Le premier est un Apremont Vieilles vignes 2004, de René et Béatrice Bernard. La robe est or pâle, lumineuse. Le nez est plutôt, jouant sur la  la finesse avec des notes d'agrumes (pomelos, citron) et de fumée . L'attaque est nette, avec un léger perlant qui apporte de la fraîcheur. Celle-ci se poursuit dans un milieu de bouche équilibré mais manquant un peu de corps. Cela se ressent dans la finale, vraiment courte. Vin agréable, mais pas inoubliable.

Ce vin était servi avec  un feuilleté marin aux deux mousses(saumon et thé vert/citron).

100_27151

100_2735Le deuxième est un Chignin vieilles vignes 2004 de Pascal et Annick Quenard. La robe est d'un or un peu plus prononcé avec des reflets verts. Le nez est plus intense que le précédent, mais loin d'être exubérant, avec des belles notes de cédrat,de miel et de fleurs blanches. Après une attaque ample et acidulée, la bouche se révèle fraîche, d'un bel équilibre, avec une matière plus riche que le vin précédent.  Bon vin, qui plus est moins cher que le précédent.

Ce vin a été servi avec des Saint-Jacques mi-salées, pommes granny, marinade citron/gingembre.

100_2719

Furent ensuite servis ensemble le 3ème et 4ème vin, puisque de la même appellation: Chignin Bergeron (tous les deux de 2004). Ces deux vins sont à base de cépage roussanne, grand cépage rhodanien (appelé ici bergeron). Ils ont été carafés une heure, puis remis en bouteille.

100_2733L'on retrouve tout d'abord une production de  Pascal Quenard (le producteur du Chignin précédent). La robe est dorée. Le nez est aromatique, subtil avec des notes fruitées (pêche) et minérales (pierre chauffée au soleil). Dès l'attaque, le vin se montre frais, équilibré, avec une matière plus imposante, plus ronde que les vins précédents. La finale, juste moyenne, manque de panache... Bon vin qui subit la comparaison avec le vin suivant.

Celui-ci vient du Domaine G. Berlioz. La robe est d'un bel or intense. Le nez est expressif,100_2739 d'une grande élégance, typé roussanne: abricot, pêche, vanille, brioche toastée, fruits confits...  Mmmmm! En bouche, c'est tout aussi bon, car ce vin a tout: gras, fraîcheur, puissance et complexité aromatique. Le bonheur se poursuit jusqu'à la finale, longue, intense et d'un équilibre royal. Ce très bon vin a toutes les qualités de la roussanne, sans ses défauts (une tendance à être  un peu "lourdingue"). Un des coups de coeur de la soirée!

Ces deux vins étaient servis avec un croustillant au ris de veau et foie gras, sauce aux morilles.

100_2720

Nous passions ensuite aux vins rouges, tous issus de la mondeuse. Deux vins furent servis ensemble.

100_27381Le n°5 est un Arbin "Confidentiel" 2002 des Fils de Charles Trosset . La robe est rubis foncée. Le nez est élégant et d'une belle puissance aromatique: fruits noirs, violette, cuir, olive, poivre blanc... L'attaque est franche avec une acidité bien présente. Le vin se montre charpenté, avec des tannins veloutés. Le milieu de bouche est étoffé avec une belle matière. En toute logique, la finale est assez virile, d'une longueur moyenne. Ce beau vin gagnera certainement à vieillir quelques années. Pour les pressés gourmands, carafage indispensable!

Le n°6 est un Arbin "prestige des Arpents" 2004 du même producteur . La robe est entre le pourpre et le rubis. Le nez est d'une belle intensité aromatique, plus sur le fruit que le précédent: cassis, mûre, groseille, framboise... Un vrai panier de fruit! La bouche est plus souple que le précédent, avec des tannins soyeux. La matière est ronde, pleine, aromatique... C'est bon, quoi! Tout le monde tombe sous le charme! Sera-t-il meilleur en vieillissant? Peut-être. En tout cas, c'est un bonheur dès maintenant!

Ces deux vins furent servis avec un pavé de biche, polenta et sauce aux fruits rouges et noirs.

100_2722

100_2736J'ai lu à plusieurs endroits que la Mondeuse et le reblochon faisaient bon ménage. J'ai donc tenté le mariage avec le vin n°7: une mondeuse 2002 de Gilles Berlioz. La robe est grenat sombre. Le nez est d'une grande expressivité, d'une race, d'une élégance, waohhh! Cassis, mûre, menthol, musc et épices... L'attaque est ample et d'un équilibre remarquable. La bouche conjugue puissance et velouté; corpulence et onctuosité... Comme avec le chignin bergeron, Gillez Berlioz explose les limites de son appellation et fait tout simplement un grand vin! Tout le monde craque pour ce grand séducteur, tellement bon maintenant, mais certainement encore meilleur dans quelques années...

Et l'on passe au dessert. C'est là que j'ai placé la Marestel 2002 de Dupasquier. Issu du cépage altesse (ou roussette), ce vin hors norme méritait un plat à sa hauteur. Après avoir goûté le vin le midi, j'ai construit le dessert autour de ses saveurs si particulières. Ainsi est née la pomme soyeuse au romarin et à l'écorce d'orange et son granité au romarin et miel de sapin.

100_2723

100_27341Mais passons au vin: la robe est d'un bel or intense. Le nez est intense sur des notes d'oranges confites et de thérébentine L'attaque est franche, mêlant acidité et onctuosité. La bouche est vive, presque mordante, avec une puissance aromatique étonnante.  La finale est un peu sèche pour certains, mais moi j'aime! Il y a un faux air de riesling dans ce vin, avec toutefois une acidité un peu plus marquée. Au final, ce vin divise les participants. Tout sauf un vin consensuel...

100_2732Nous finissons la soirée en douceur: j'ouvre un Montels doux 2003 (gaillac): sûrement une des meilleures affaires de France en rapport qualité/prix. Remarquable équilibre sucre/acidité. Belle complexité aromatique. Bon, quoi!

En tout cas, une bien belle soirée qui nous a fait découvrir une région viticole insuffisamment connue et qui fait de grands et bons vins. Essayez, vous adopterez!

100_2725

100_2729



Commentaires sur Dégustation/repas Vins de Savoie

    A votre avis...

    Bonjour,
    J'ai créé mon site internet www.les-vins-de-france.fr Certains des vins de votre blog y sont mentionnés... J'aimerais votre avis sur les vins qui sont en vente sur ma boutique, quelques commentaires, critiques, remarques... Je suis ouverte à tout ! Je vous remercie par avance pour votre attention.
    vins-de-france@jubii.fr
    Myriam

    Posté par Mymie, 14 février 2008 à 18:25 | | Répondre
  • Quel programme, quel menu dis donc !!
    C'est amusant, Gilles Berlioz je le connais bien , il est passé par "la cuisine de Mercotte" et il fait du vin "bio" et ça roule pour lui ! les vins des différentes famille Quenard sont ici très appréciés aussi , j'aime le bergeron d'André les bonnes années!
    j'attend la suite de ton reportage en voisine de tous ces productuers! !

    Posté par mercotte, 19 mars 2006 à 14:01 | | Répondre
  • Waouhhhhh !!!!!
    Le repas ainsi que les vins sont à tomber.
    J'aime beaucoup les jolies présentations à l'assiette. Je serais bien venue en petite souris... ;o)

    Posté par Sylvie, 19 mars 2006 à 16:37 | | Répondre
  • Ah bon, heureusement que le marestel arrive, tu ne pouvais pas passer à côté ! ouf c'est mon préféré !

    Posté par mercotte, 19 mars 2006 à 17:05 | | Répondre
  • Royal dessert?

    Je suis un peu surpris de la présence de son Altesse au dessert! A vrai dire, ce n'est certainement pas là que je l'aurais placée, étant donné sa minéralité et son côté "riesling", terpénique et vraiment sec! Mais bon, il faut oser!

    Les vins de Gilles Berlioz que j'ai eu l'occasion de goûter, grâce au même fournisseur, m'ont également emballé, notamment le Chignin-Bergeron 2002!

    Posté par olif, 19 mars 2006 à 20:39 | | Répondre
  • J'ai lu à divers endroits que l'altesse est servi en dessert en Savoie. Sinon, ca ne me serait pas venu à l'idée. Ceci dit, sa forte intensité et sa sa typicité oblige le cuisinier à travailler le poisson (ou autre chose) d'une sacrée façon pour qu'il n'écrase pas le plat. Françis B parle de crevettes à l'apéro. Ca me parait une bonne idée. Pourquoi pas un homard cuit sur des sarments de sapin???

    Eric

    Posté par eric, 19 mars 2006 à 20:46 | | Répondre
  • Eric , cette soirée est une réussite totale ...Gilles va particulèrement apprécié tes commentaires , et je me rends compte que les petits copains de DC sont passés à côté ...Pascal Quenard était présent à cette dégustation marathon de 28 Bergeron 2004 ...pour avoir dégusté ce vin de Gilles , je peux dire que ce vin est une grande réussite et je vais le joindre demain ( je lui ai donné les références de ton blog ) . Je vais également joindre les petits jeunes des Morainières pour retrouver ses vins à la carte de cette belle table .J'ai eu un petit problème avec une Mondeuse 2004 de Trosset ( bouteille qui sortait du même carton que la tienne ) ..ce n'est donc qu'un problème d"échantillon .
    Bienvenue au club des amoureux de la Mondeuse Trosset .

    Posté par Jean luc, 19 mars 2006 à 21:46 | | Répondre
Nouveau commentaire