A boire et à manger

Quand deux passions se rejoignent pour n'en faire qu'une: la gastronomie

EntréesPoissonsViandesVolaillesDessertsVins

12 décembre 2005

Les vins du week-end

Comme à chaque fois que nous allons chez les parents d'Olivier, nous amenons les vins. Ceux-ci sont ravis de boire des vins qui sortent de l'ordinaire, et nous de partager nos découvertes. J'aime également renverser les idées reçues de mon beau-père qui est "de la vieille école". Il y a quelques mois, nous lui avions fait déguster "en aveugle" un muscadet 97 du domaine de Chasseloir: il avait beaucoup aimé ce vin, mais était tombé sur le cul quand il apprit que c'était un muscadet!!!

Mais revenons aux vins du week-end...

ravPour accompagner une terrine de saumon, puis des crevettes caramélisées, nous avions amené un vin venant du site vins étonnants. Le nom est en lui même étonnant: Rav par 6. Ce vin est issu d'un seul cépage, le Rava6. Ce cépage hybride créé au début du siècle dernier pour résister au phylloxera a aujourd'hui presque totalement disparu, sa plantation n'étant plus autorisée.... Mais découvrons-le maintenant: la robe d'un beau doré est trouble. Normal le vin n'est ni filtré ni collé. Le nez est très sympathique: abricot, frangipane, fruits confits, miam! La bouche est assez déconcertante: on démarre sur une attaque fraîche, avec un léger perlant, puis on tombe dans une certaine mollesse: ça manque un peu de corps et d'acidité. Les arômes présents en bouche s'avérent également surprenants: raisin très mûr, brioche, litchi, avec en fond des arômes fermentaires (levure). La fin de bouche est plutôt fuyante et confirme le manque de punch de ce vin. Il est malgré tout très agréable à boire, et tout amateur un peu curieux doit tenter cette expérience absolument inédite...

roussAvec les noix de Saint-Jacques qui suivaient, nous avions débouché une Roussanne 2001 de Jean-Louis Denois. Déjà évoqué sur ce blog pour ses mousseux de Pinot Noir et de Carignan, il s'attaque ici à l'un des plus beaux cépages blancs de la Vallée du Rhône. La roussanne est cueillie ici en surmaturité dans un des terroirs les plus chauds du languedoc, ce qui donne un vin très riche. On le voit déjà à la robe or d'une grande intensité et aux larmes sur les parois du verre. Ca se confirme au nez, très puissant: les arômes empyreumatiques dominent (cade, café), soulignés par des notes de miel, de beurre et de vanille. En bouche, la matière est très belle: gras , fraîcheur, équilibre, tout y est... Si ce n'est qu'à mon goût, les arômes apportés par la barrique sont encore beaucoup trop dominants. Il faudra attendre quelques années  pour que ceux-ci se fondent plus harmonieusement...

Pour la charlotte aux cerises, un banyuls: un muté sur grains 2003 du Domaine de la Rectorie. La robe est rubis avec des reflets poupres de jeunesse. Très beau nez sur la framboise et la griotte. La bouche est friande, pulpeuse, un vrai panier de fruits rouge! Et le tout d'une grande fraîcheur! L'on oublierait facilement que cette gourmandise titre 16,5° d'alcool...

La prochaine visite sera pour Noël. Attention les pupilles!!!...



Commentaires sur Les vins du week-end

    Carignan mousseux!

    Salut Eric,

    Puisque tu l'as déjà goûté, le Carignan mousseux de J.L. Denois, qui possède un peu de résiduel, à ce que j'ai cru comprendre, tu le préconiserais plutôt en apéritif ou sur un dessert?

    Posté par olif, 12 décembre 2005 à 13:22 | | Répondre
  • Nous l'avions bu en apéro lors de la soirée étonnante: il passe très bien, on ne sent pas vraiment le sucre résiduel. Mais je ne vois pas vraiment ce qu'on peut grignoter avec... Avec le saucisson, c'est pas top

    Je le verrais donc bien en dessert avec un dessert aux fruits rouges (tarte au fraise, par exemple, ou un framboisier...)

    Posté par ericevreux, 12 décembre 2005 à 13:34 | | Répondre
Nouveau commentaire